«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La Saskatchewan pourrait se séparer si Ottawa bloque le pipeline Énergie-Est

ÉNERGIE EST

Le vrai enjeu

vendredi 16 septembre 2016

Pourquoi est-ce si compliqué de comprendre les inquiétudes de bien des Québécois à l’égard du projet de pipeline Énergie Est ? À en croire le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, et l’ancien premier ministre Brian Mulroney, d’autres facteurs que les risques environnementaux devraient influer sur la décision.

Leurs déclarations sont venues coup sur coup en début de semaine. En entrevue avec la chaîne BNN lundi, M. Wall a dit s’inquiéter pour l’unité du pays si le processus « ne se terminait pas bien ». S’adressant à un auditoire albertain mardi soir, M. Mulroney a déclaré qu’une politique en matière de pipelines menée par M. Trudeau entraînerait des « centaines de milliards de dollars en nouveaux investissements, des millions de nouveaux emplois, rapprocherait l’Est et l’Ouest ».

Ce genre de déclarations passe sous silence le fait le Québec profiterait bien peu de ce projet alors qu’il assumerait l’essentiel des risques du nouveau tronçon à construire. On parle de 33 emplois directs permanents, une fois la construction terminée, selon les données du promoteur. De plus, ce pétrole qui traverserait son territoire ne servirait pas à réduire sa dépendance au pétrole étranger puisque aux dires mêmes de TransCanada, l’essentiel du bitume serait destiné à l’exportation et le reste, à la raffinerie Irving au Nouveau-Brunswick.

Encore plus irritante est cette manie qu’a M. Wall de braquer les projecteurs uniquement sur le Québec, un piège qu’évite M. Mulroney en évoquant d’autres projets. Or, il y en a un autre beaucoup moins long et plus près des producteurs de l’Ouest qui attend l’approbation du gouvernement fédéral. Il s’agit de la ligne Kinder Morgan entre l’Alberta et la Colombie-Britannique. Ce projet fait face à une opposition aussi farouche qu’au Québec. Personne, surtout pas M. Wall, n’accuse, même à mots couverts, le gouvernement britanno-colombien, les citoyens et les groupes de cette province de menacer l’unité canadienne.

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Canada - Chronique d’une dislocation annoncée

Ça craque de partout !

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
440$  1%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 12/01 Gilles Longtin: 50$
  • 11/01 Henri Marineau : 25$
  • 10/01 Majella D'Anjou: 100$
  • 9/01 Marc Huber: 40$
  • 9/01 Claude Viger: 40$
  • 9/01 Sylvain Bolduc: 10$
  • 9/01 Ludovic Marin: 10$
  • 9/01 Gilles Dionne: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités