«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Quels sont ses liens avec les Forces armées du Canada ?

Le tireur était inspiré par des sites critiquant l’islam

Avant de passer à l’acte, le présumé tireur de la grande mosquée de Québec a nourri son aversion envers les musulmans en consultant des sites internet internationaux critiquant l’islam et des sites de nouvelles américains faisant état des politiques anti-réfugiés du président Trump.

Dans les semaines précédant les tragiques événements, Alexandre Bissonnette a multiplié les recherches en ligne concernant les musulmans, selon ce que Le Journal a appris.

Visiblement obnubilé par l’islam, le jeune homme de 27 ans a inscrit à maintes reprises le mot muslims (musulmans en anglais) sur des moteurs de recherche tandis que son projet insensé prenait apparemment forme.

Vidéos d’exécution

Dans certains cas, il effectuait des recherches avec des termes précis qui lui ont notamment permis de trouver et de visionner des vidéos d’exécution et d’attentats terroristes.

Toujours selon nos sources, Bissonnette a aussi consulté le site internet wikiislam.net, un site d’informations sur l’islam centré sur les critiques visant cette religion.

Il s’agit d’un site web collaboratif où les internautes peuvent ajouter ou modifier du contenu. Le suspect de la tuerie de Québec y a notamment consulté une section relevant les propos sur l’islam de personnalités et personnages historiques diversifiés, tels que Hitler, le pape Benoit XVI, l’auteur Mark Twain ou encore l’humoriste américain Bill Maher.

Alexandre Bissonnette
Photo d’archives
Alexandre Bissonnette

Après l’islam...Trump

Outre sa fixation sur les musulmans, Alexandre Bissonnette s’est aussi intéressé de près à l’actualité, peu avant l’attaque meurtrière sur la mosquée, essentiellement sur des sites de nouvelles américains comme Fox News et ABC.

Donald Trump retenait surtout son attention, en particulier lorsqu’il a commencé à évoquer la fermeture des frontières aux réfugiés. Le président américain avait d’ailleurs signé son controversé décret deux jours seulement avant la tragédie de Québec.

Membre d’un club de tir, Bissonnette a sans surprise parcouru des sites sur les armes à feu avant la funeste fusillade.

En cour la semaine prochaine

D’ailleurs, le soir du 29 janvier dernier, lorsqu’il s’est pointé au Centre culturel islamique, il aurait été en possession d’un fusil et d’une arme de poing. Lorsque son arme longue s’est enrayée, il aurait dégainé son pistolet de calibre 9mm pour ouvrir le feu sur les fidèles en prière.

Cette folie meurtrière a fauché les vies de six personnes et fait 19 blessés. Bissonnette a été inculpé sous 11 chefs d’accusation, soit six meurtres prémédités et cinq tentatives de meurtre. Il doit revenir en cour le 21 février pour une enquête sur remise en liberté et la communication de la preuve amassée contre lui.

 

 


Suggérer cet article par courriel
Médiacrassie 101
Détrompez-vous, il n’y a pas de limites !

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
3 040$  5%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 18/03 Michel Arteau: 10$
  • 18/03 Linda Rivard: 20$
  • 18/03 Jean-Louis Perez : 50$
  • 18/03 Thierry Leroux-Demers: 100$
  • 18/03 Denis Laplante: 20$
  • 18/03 Chrystian Lauzon: 30$
  • 18/03 Anonyme: 5$
  • 18/03 Guillaume Paquet : 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités