«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les Libéraux l’ont en travers de la gorge

Le sondage des libéraux sur l’éthique jeté aux vidanges

Devant la polémique, le parti a demandé à la firme Substance Stratégies de détruire les résultats

Les libéraux passent leur sondage interne sur l’éthique de Jean Charest et Sam Hamad à la déchiqueteuse, a appris Le Journal.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) a été forcé de s’excuser en début de semaine après avoir invité ses membres à se prononcer sur les mœurs de plusieurs personnalités publiques.

Outre l’ancien premier ministre et l’actuel député de Louis-Hébert, la firme Substance Stratégies cherchait également à savoir ce que pensent les militants libéraux de l’ancienne vice-première ministre Nathalie Normandeau, de Pauline Marois et des maires Denis Coderre et Régis Labeaume.

Résultats détruits

Devant la polémique soulevée par le coup de sonde éventé dans les médias, le PLQ a demandé au sondeur de détruire les résultats, selon nos informations.

« L’actualité entourant la question a eu pour effet de contaminer la démarche de consultation », a confié une source proche du dossier.

À l’interne, on se désole de la controverse causée par le sondage. On plaide que cette consultation se voulait pourtant une réponse « au souhait des membres d’être mieux consultés ». « Il est sain qu’un parti et ses instances puissent prendre le pouls de ses membres », insiste-t-on.

Le porte-parole du PLQ, Maxime Roy, a confirmé l’information de notre Bureau parlementaire. « Effectivement, on a demandé à ce que les résultats du sondage soient détruits. Tout ce que je peux dire, c’est qu’on n’a pas eu accès aux résultats et qu’ils ont été détruits », s’est-il limité à dire.

Remaniement

Le député Sam Hamad a perdu sa limousine et son poste de ministre dans la controverse le printemps dernier, à la suite d’un reportage sur ses liens avec l’ex-ministre et collecteur de fonds libéral Marc-Yvan Côté.

Alors que le premier ministre s’apprête à remanier son cabinet en raison du retour de Pierre Moreau, le sort du député de Louis-Hébert est sur toutes les lèvres.

Le sondage interne prenait également le pouls des membres du PLQ sur les enjeux que devrait prioriser le gouvernement en vue des prochaines élections générales de 2018.


Suggérer cet article par courriel
Gouvernement Couillard
De la trahison à la soumission

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
7 595$  13%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/04 René Ricard : 50$
  • 23/04 Jacques Coulombe Ltée : 20$
  • 22/04 François Dubois : 20$
  • 20/04 André Daoust : 40$
  • 19/04 Jacques Tremblay : 50$
  • 19/04 Simon Garneau: 25$
  • 19/04 Simon Bergeron: 5$
  • 18/04 À la mémoire d'un grand patriote, Bernard Frappier: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités