«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le politique Emmanuel Macron existe-t-il vraiment ?

La France sur un volcan

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir
vendredi 28 avril
1 143 visites 8 messages

Ce qui était prévu est arrivé E. Macron et Marine Le Pen sont qualifiés pour le deuxième tour.

Immédiatement les habituels commentaires des politiciens ont fait la Une de tous les plateaux télés. Avec le non moins prévu « Front républicain » cet appel de toute urgence à voter Macron, de la part d’élus et autres responsables politiques qui, le matin même, disaient encore tout le mal qu’ils pensaient de lui.
D’une seule voix ce sont des « Barrer la route au front national ! » et des « Faire barrage à Marine Le Pen ! » Prendraient-ils les Français pour des castors ? S’amusent certains !

Cependant le temps n’est pas à sourire, les sondages reprennent à vive allure E. Macron est déjà donné vainqueur à 60-62%. Marine Le Pen doit atteindre seulement 38-40% avec peut-être un groupe parlementaire à la clé.
Macron est l’homme des « élites mondialisées » c’est pourquoi personne n’est surpris que la classe politique, économique et médiatique se rallie maintenant à un personnage aussi creux. Depuis quelques temps, ni François Hollande, ni Manuel Valls n’étaient plus en capacité de poursuivre la politique économique engagée ni de continuer cette intégration à toute force du pays dans l’Europe et dans l’économie mondiale. Ils ont été, l’un et l’autre, rejetés par l’opinion publique si bien qu’il y a eu un besoin nécessaire de prévoir quelqu’un d’autre, quelqu’un de neuf, pour pérenniser ce qui a été fait dans la continuité de Sarkozy.

Le jeune Macron avait été proposé à Jacques Attali au moment de la mise en place par Sarkozy de cette commission Attali, commission pour la libération de la croissance française. Cela devint le saint des saints du libéralisme européiste. Socialistes et libéraux s’y retrouvent, la plupart sont aujourd’hui des soutiens de Macron.
L’objectif de cette commission a été l’établissement d’un état de droit mondial, afin que l’économie régulée par une institution de surveillance financière mondiale soit une solution à la crise.
Cette institution financière devait être une première étape vers l’instauration d’une gouvernance démocratique mondiale afin que l’Union Européenne puisse devenir un laboratoire. C’est clair et net !
A partir de là Emmanuel Macron a tout compris puisqu’il propose dorénavant dans son programme en 2017 la création d’un ministre de l’Économie européen, d’un parlement économique européen et d’un budget européen.

« Jeune et avenant, une tête bien faite, cursus parfait, bien conditionné par J-P Jouyet et J.Attali, faisant consensus chez les patrons des multinationales et de la finance mondiale, adoubé par les américains, les anglais et les allemands, inculte politiquement et donc facilement contrôlable, parfaitement imbu de sa personne, voilà le candidat idéal pour appliquer une politique européenne libérale et atlantiste, poursuivre la politique économique engagée et l’inscrire durablement dans l’avenir du pays en créant un grand parti démocrate et « progressiste », à l’issue des élections.

Sa description psychologique correspond parfaitement à l’objectif voulu. Macron est un personnage créé de toute pièce pour servir des intérêts puissants. Cette personnalité devait présenter un physique plaisant. Dents blanches, bien coiffé, « tête de premier de la classe, propre sur lui », séducteur et charmeur, effectivement c’est l’image même du quarantenaire qui a réussi avec « Rolex » au poignet, sans toutefois pouvoir vraiment effacer le « blanc bec » qu’il est.

Hormis le peuple normal qui n’a pas un grand engouement pour Macron, ceux qui l’appuient sont convaincus que les Français le soutiendront massivement grâce à ce « vote républicain » qu’ils devront bien avaler de gré ou de force.. Pourtant l’incroyable et indécent battage médiatique n’est pas toujours aussi efficace si nous nous en référons à la campagne référendaire de 2005 sur le traité pour une constitution européenne, où le tout pour le « Oui » avait provoqué l’effet inverse dans la population.

Ceux qui se servent de lui ne retiennent jamais les leçons de l’Histoire tant ils sont poussés par leurs intérêts et aveuglés par leur intelligence dont ils sont persuadés qu’elle est bien au-dessus de celle du commun des mortels. Toutes les études faites jusqu’à ce jour démontrent que l’effet de la communication politique peut être aléatoire. C’est pourquoi, ils pensent que l’électeur, pour lequel ils n’ont aucune considération, est non seulement inculte, mais doublé d’une débilité mentale, ils lui injectent chaque jour une bonne dose de macronite pour qu’elle vide bien leurs cerveaux afin d’accepter sans broncher leur nouveau messie. Cf. les Unes de Paris-Match et les nombreux articles des journaux papier/internet/ ou télévisé dont la France a été abreuvée…

Hervé Kempf, auteur d’un ouvrage remarquable sur l’oligarchie connaît bien le sujet.
«  Les conditions d’un bon exercice de la démocratie sont largement altérées. La délibération libre est viciée par le fait que les médias sont massivement contrôlés par l’oligarchie. Le choix majoritaire est tronqué par le poids des lobbies voire, parfois, par le déni pur et simple du choix populaire, comme lors du référendum de 2005 sur l’Europe. Mais aujourd’hui, le capitalisme ne considère plus la démocratie comme indispensable à son existence, il la rejette même de plus en plus nettement puisqu’elle conduit logiquement à la remise en cause des pouvoirs en place.
Le respect des droits de l’homme et des libertés publiques est bafoué au nom des politiques anti migratoire. Le pouvoir politique est subordonné aux puissances financières.
En fait, les classes dirigeantes nous font entrer dans un régime oligarchique, où un groupe de personnes contrôlant les pouvoirs politique, économique et médiatique, délibèrent entre eux puis imposent leurs choix à la société.
Or l’oligarchie actuelle cherche avant tout à maintenir sa position privilégiée. A cette fin, elle maintient obstinément le système de valeurs organisé autour de la croissance matérielle et de la surconsommation – un système qui accélère notre entrée dans la crise écologique. »

Si l’on s’appuie sur les paramètres observés, ne s’agit-il pas aujourd’hui d’une pure et dure tentative de Coup d’État ?…Dans l’intérêt de nos concitoyens et celui de notre pays, il vaut mieux qu’elle n’arrive pas à son terme.

C’est grâce à cette commission Attali que Macron a pu développer ses réseaux. «  Il va notamment y rencontrer Serge Weinberg, homme d’affaire proche de Fabius. Weinberg est banquier et membre de la “Trilatérale” dont les objectifs ont inspiré Attali.
Cette organisation privée a été créée en 1973 à l’initiative des principaux dirigeants du groupe Bilderberg et du Council Foreign Relations, parmi lesquels David Rockefeller, Henri Kissinger, Zbigniew Brzezinski. Son but est de promouvoir et construire une coopération politique et économique entre l’Europe occidentale, l’Amérique du Nord et l’Asie du Pacifique (trois zones clés du monde), pôles de la Triade.
À l’instar du groupe Bilderberg, il s’agit d’un groupe partisan de la doctrine mondialiste, auquel certains attribuent, au moins en partie, l’orchestration de la mondialisation économique. »
En 2008, Jacques Attali et Serge Weinberg présente Macron à François Henrot ami de Wienberg. Henrot est le bras droit de David de Rothschild à la banque d’affaires Rothschild.
Macron est recruté, il est maintenant entre de bonnes mains.
François Henrot, son patron, est membre du conseil d’administration de la French-American Foundation.
Destinée à favoriser les liens entre la France et les Etats Unis, la French American Fondation est née en 1976, durant les heures d’antagonisme entre les deux nations. Elle a été baptisée lors d’un dîner aux Etats Unis entre le président Gerald Ford et Valéry Giscard d’Estaing.
L’activité de cette fondation est centrée sur le programme Young Leaders dont la mission est de trouver les personnes qui feront l’opinion et qui seront les dirigeants de leurs sociétés respectives..
Le programme financé par des mécènes privés, s’étale sur deux ans, avec un séjour de quatre jours en France, un autre temps équivalent aux Etats Unis, toujours dans des villes différentes, toujours avec des intervenants de très haut niveau.
Les Young Leaders français sont (liste non exhaustive) : Juppé, Pécresse, Kosciusko Morizet, Wauquiez, Bougrab, Hollande, Moscovici, Montebourg, Marisol Touraine, Najat Vallaut – Belkacem, Aquilino Morelle, Bruno Leroux, Olivier Ferrand, Laurent Joffrin (Nouvel Observateur), Denis Olivennes (Europe 1, Paris Match et du JDD), Matthieu Pigasse, Louis Dreyfus et Erik Izraelewicz (Le Monde). Bill et Hillary Clinton aux États-Unis d’Amérique.

Macron a été promu, en 2012.

Alors ? Un président français choisi directement par des politiques atlantistes ?
Si cela fonctionne en dépit du peuple français, Charles de Gaulle va se retourner dans sa tombe

De gauche à droite, du PS au Centre, contre le restant de tout l’échiquier politique une minorité s’apprête à prendre le pouvoir en France :Par la manipulation de l’opinion publique et la maitrise des structures de l’État, des hauts fonctionnaires, des hommes politiques, des élus et des journalistes, véritables mercenaires au service des patrons de grandes entreprises multinationales et de la finance internationale, tentent de soumettre le peuple français à un destin qu’il ne s’est pas choisi.

Quelques mois après son entrée au ministère de l’Économie, Emmanuel Macron jouissait d’un niveau très faible de popularité il était pratiquement inconnu du grand public. Dès lors, au vu de sa montée si rapide avons-nous un seul doute qu’une oligarchie de privilégiés occupe le pouvoir, et qu’en faisant accéder au plus haut sommet de l’État celui qu’elle a choisi elle n’a pas l’intention de jouer le jeu de la démocratie, pas au point de perdre ses privilèges. Personne n’en est étonné cela confirme plutôt le fait que la démocratie a bien déjà été confisquée à la France, et cela déjà au moment du référendum de 2005 ; Il est facile de le constater aujourd’hui, rien qu’en faisant le total des voix de tous ceux opposés au libéral-mondialisme Pourtant, tous les prophètes des sondages l’annoncent : Macron sera bien président de la République le 7 mai. Qui représentera-t-il ?

Désigné aux électeurs grâce à son jeune âge, comme l’homme du renouveau de la politique, Macron n’est pourtant que la continuation de la même politique politicienne. Tout l’ancien monde est unanimement « macroniste ». Sa majorité législative, sera composée de députés issus de la même classe politique. Avec le soutien des maîtres censeurs et des médias.

Exactement comme s’il avait déjà gagné l’élection, Emmanuel Macron l’a fêtée dimanche soir à La Rotonde, une brasserie chic du quartier Montparnasse avec ses nombreux amis, entre autres Daniel Cohn-Bendit, l’acteur Pierre Arditi, l’Académicien Eric Orsena, le politique Jacques Attali, l’animateur de télévision Stéphane Bern etc.
Le peuple français n’a pas apprécié cette morgue mais surtout il rejettera sa politique qui s’attaquera aux services publics et à tous les acquis sociaux déjà bien écornés depuis Sarkosy puis Hollande, cette triste Ubérisation systématique de la société française, rejettera un candidat qui ignore l’Histoire de la France, sa langue et sa culture et le fera savoir, en votant soit Marine Le Pen le 7 mai prochain, soit en s’abstenant, même si cela ne changera pas ce résultat téléguidé .

Même si Macron risque de connaître quelques difficultés causées par le vote blanc et l’abstention, choisies d’un côté, par le flou et le vide sidéral de son programme, et de l’autre par ce qu’il envisage de mettre en œuvre pour diminuer tout ce qui permet aux moins aisés de vivre dans notre pays .
C’est pourtant cette caste-là très imbue d’elle-même, que valideront les partis de droite LR et les centristes, en se ralliant à Macron.. Il pourra donc continuer de fréquenter La Rotonde représentant essentiellement un électorat urbain, aisé, diplômé, optimiste et tant pis pour les autres.

L’erreur des partis de droite et de gauche dans cette campagne a été de croire que la politique pouvait ignorer les enjeux de classe. Jean-Luc Mélenchon, désirant remettre l’être humain (et non pas l’argent) au centre de l’Humanité, est apparu comme une bouffée de printemps… un véritable printemps français, et même si cela s’est traduit massivement dans les urnes, il n’a pas passé le second tour. Il a eu une intuition géniale en s’adressant non plus à la gauche, mais au peuple dans son ensemble, les gens victimes de la mondialisation sauvage.. La justice sociale n’est possible qu’avec un État fort et un président qui exerce le mandat que lui a confié le peuple.

Jean-Luc Mélenchon, a fait l’objet d’un engouement exceptionnel pour ses convictions et son érudition. Cet homme est un puits de culture qui domine n’importe lequel de ses concurrents. Il est au-dessus de la mêlée. Cela le rend redoutable. Chaque fois qu’il apparaît les compteurs sautent. Que ce soit à l’occasion d’émissions de télévision, de meetings, ou sur les réseaux sociaux, c’est impressionnant. Le monde médiatique cherche à minimiser les choses, eux qui n’ont d’yeux que pour Macron.
Jeunes, vieux, femmes, militaires, enseignants, artisans, chefs d’entreprise, étudiants, chômeurs, religieux ou libre penseurs, policiers ou chercheurs et scientifiques etc., il rassemble sur son nom l’exact contraire sociologique des électeurs de Macron.
Mélenchon n’est pas d’extrême gauche, comme le présentent les médias, ni même de gauche d’ailleurs.
Il se situe au-dessus des partis. Dans ses discours, son ton devient gaullien quand il s’agit d’évoquer l’indépendance de la France. Et il conclut systématiquement par une Marseillaise – impossible cela dans un meeting d’extrême gauche – enthousiasmant la foule.. Dans ces rassemblements, les gens se sont réapproprié les symboles de la République française drapeau et Hymne français. Mélenchon est républicain.
Si certains chantent parfois l’Internationale c’est plutôt celle de la Commune de Paris que celle de la révolution soviétique !
La France Insoumise dépasse le clivage politique traditionnel. On y trouve l’image de la France d’aujourd’hui.

De son côté, parachuté comme il l’a été, l’ancien banquier Emmanuel Macron n’apporte pourtant rien de neuf. Karl Marx écrivait déjà dans le Manifeste du Parti communiste : la haute bourgeoisie, a brisé sans pitié les liens complexes entre les hommes « pour ne laisser subsister d’autre lien, entre l’homme et l’homme, que le froid intérêt, les dures exigences du paiement au comptant » ; « elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange » ; elle a « dépouillé de leur auréole toutes les activités qui passaient jusque-là pour vénérables et qu’on considérait avec un saint respect. Le médecin, le professeur, le juriste, le prêtre, le poète, le savant, elle en a fait des salariés à ses gages. Elle a donné « un caractère cosmopolite à la production et à la consommation » et a « soumis la campagne à la ville ».

Avec sa vision purement libérale Macron poursuit ce capitalisme qui dénigre les gens et se sert de la politique comme un simple instrument de soutien aux intérêts privés. La manière dont il utilise tous les codes de l’entreprise et du management est une preuve des plus déconcertantes.

Au deuxième tour de cette élection se déterminera donc deux visions du monde. La vision libérale qui ne croit ni en l’État, ni en la nation ; et la vision populiste ou encore souverainiste, voulant restaurer l’État, les frontières et le sens de la communauté face aux ravages de la mondialisation.

Cette caste d’en haut s’apprête à confisquer au reste de la population française l’élection présidentielle, la seule élection qui engage véritablement son destin.

Ce premier tour des élections ne ressemble –t-il pas à un véritable tour de passe-passe ? Ne voudrait-on pas nous faire croire que tout est déjà joué ? À en croire les réactions « des mandarins de la politique et des maîtres censeurs télévisuels », les élections présidentielles françaises auraient déjà élu leur président !
Ce scénario comportant la scène finale d’un face à face entre Macron et Marine Le Pen conduisant forcément à la victoire du premier contre la seconde a été savamment élaboré.

Les « affaires » de Marine Le Pen soigneusement mises de côté vont indubitablement ressurgir entre les deux tours pour être bien certains que les électeurs se détourneront du vote lepéniste pour le cas où le « Barrage au lepéniste » ne fonctionnerait pas aussi bien devant des électeurs, ils risquent en effet de ne pas oublier qu’on leur a déjà fait le coup en 2002.
L’élection du 23 avril 2017 a ressemblé terriblement à une élection construite de longue date, pour un résultat voulu. Macron est l’outil libéral-libertaire pour maintenir la situation politique actuelle et développer un programme économique de continuité dans l’austérité. Seul le peuple peut encore faire échouer ce scénario, le pourra-t-il ?

Emmanuel Macron a déjà affirmé qu’il n’y avait pas de culture française mais une culture en France. Hier, dans son discours de victoire, il a parlé non pas du peuple français, mais du peuple de France. Que nous cache ce vocabulaire ?

Ses déclarations nous démontrent sans équivoque que la défense de l’identité culturelle française est loin d’être pour Emmanuel Macron un sujet central. Il est un candidat du multiculturalisme, celui d’une société d’individus appartenant chacun à sa propre communauté ethnique culturelle, sans aucun devoir d’intégration à l’identité culturelle française.
Sa référence au « peuple de France » et non au Peuple Français le démontre largement. Or, si la France est devenue peu à peu une société multiculturelle, elle ne désire pas devenir multiculturaliste : l’histoire de notre pays, repose sur une République Une et Indivisible, certes nourrie d’influences étrangères compte tenu de sa longue tradition de terre d’accueil, mais qui se sont toujours jusqu’ici fondues et adaptées dans un creuset unique et commun à tout le monde.
Cette unanimité est nécessaire pour construire une nation rassérénée. Emmanuel Macron se trompe en considérant que l’identité culturelle française peut devenir une addition d’une multitude de cultures étrangères comme les pays anglo saxons qu’il admire ! cette particularité française a fait ses preuves, celle de l’intégration et non celle de l’assimilation.

La France n’est pas une entreprise, comme on voudrait la voir fonctionner car si la France le devient entre ses mains on peut s’attendre à un découpage en tranches de notre cher et vieux pays –pour les revendre aux plus offrants.
Les choses ont été bien amorcées par Hollande, Valls et… le ministre Macron, avec la vente d’aéroports, celle d’Alstom etc. nous avons assisté au redécoupage des régions… maintenant tout le reste va suivre, y compris la suppression des départements déjà annoncée.
Le peuple français va-t-il être entraîné à un destin qu’il ne s’est pas choisi ?

références :

Jacques Attali son livre Demain, qui gouvernera le monde ?, Fayard, 2011.

L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie, Hervé Kempf Seuil, Paris, 2011,

« Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique », Patrick Champagne, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 1990

http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/scandale-d-etat-comment-macron-a-72159

Commentaires

  • Jean Brilland, 5 mai 18h15

    Les résultats de l’analyse de ce psychiatre sur Macron pourrait se révéler très juste.

    Il serait psychopathe, ce Macron...ce qui est vraiment pas étonnant lorsqu’on regarde les politicients qui courrent les rues...

    https://www.youtube.com/watch?v=NNDgsw39m9s

    D’ailleurs, n’est-ce pas la méthode préconisée par l’establishment pour choisir et supporter leurs étalons au poste de président ou premier ministre ? Choisir les pires parmi nous, pour ensuire faire pression sur eux (vidéo et photos compremettantes, vols, fraudes, etc.) pour qu’ils obéissent ensuite à leurs ordres tout aussi subtils soient-ils...

    A lire, "Ces fous qui nous gouvernent" : http://www.gbv.de/dms/sub-hamburg/537434615.pdf

  • Jean Brilland, 5 mai 17h43

    Réponse à Francis Déry :

    C’est la première fois que je voyais et entendais Macron lors du débat contre LePen, et je me suis demandé pendant qu’il parlait à qui diantre il me faisait penser...

    ...et oui, il a en effet un ptit air fendant à Boiclerc mais si vous écoutez attentivement, on y décèle un étrange mélange de Sarkozy, Boisclerc, Charest...et... Lisée....quelque chose dans leur intelligence qui les amène à être vif et fuyant en même temps. Quelque chose de louche comme c’est pas possible.

    Ouff, on parle de leur confier notre nation alors que plusieurs d’entres nous ne leur confieraient jamais nos enfants...

    Quant à Lisée, il est une déception sur tous les plans...

    Vivement, un moratoire citoyen sur l’activité politique officielle. Il est temps mais grand temps de faire tabula rasa avec ce système, c’est n’importe quoi.

  • Francis Déry, 1er mai 00h17


    Karl Marx écrivait déjà dans le Manifeste du Parti communiste : la haute bourgeoisie, a brisé sans pitié les liens complexes entre les hommes « pour ne laisser subsister d’autre lien, entre l’homme et l’homme, que le froid intérêt, les dures exigences du paiement au comptant »


    Haute Bourgeoisie est un terme trop vague, voir trompeur.
    Écrivons plutôt les financiers, les banquiers ou les usuriers. Bref, les argentiers.

    Mélenchon est issu du Trotskisme. Comme Lyndon Larouche.
    C’est d’ailleurs pour cela qu’il peut être un redoutable adversaire des néocons, avatar des Trotskyste. Aussi, son père fut un ancien barbouze en Afrique.

    Quand à Macron, corrigez-moi si je me trompe, il me fait trop penser à André Boisclair.

  • Gilles Sauvageau, 29 avril 13h16

    Tout un texte ! Se battre pour sa langue et sa culture française. J’espère fortement que les français auront compris l’enjeu le 7 mai.

    Gilles Sauvageau

  • Jean-Louis Pérez-Martel, 29 avril 13h13

    François Hollande, l’imposteur et antipatriote suggère aux Français cette double trahison :

    Hollande appelle à voter Macron pour bloquer l’extrême droite
    http://www.lapresse.ca/international/europe/201704/29/01-5093130-hollande-appelle-a-voter-macron-pour-bloquer-lextreme-droite.php

    ***

    JLPM

  • Clive Doucet, 29 avril 08h12

    Marine LePen donne le debat un debat faux et une choix fausse. La choix etait entre Melanchon et Macron. Sans Melanchon, les francais sont dans exactement la meme position de les Americans coince entre Trump et Hillary. Une choix destingue par sa pauvrete. Pauvre francais, pauvre Americans et pauvre nous parce que nous avons besoin de bon gouvernement parmi nos amis. Merci de l’article. Excusez la manque d’accents.

  • Michel Lalonde, 29 avril 05h26

    Présidentielle : on a tenté de décrypter le langage Macron (en vain) - franceinfo :

    https://www.youtube.com/watch?v=446Am7O5yCc

  • Ernest Dufresne, 29 avril 00h06

    Quel texte ! Mme. Morot-Sir a su, encore une fois, nous décrire une situation désolante de la politique française. Ce qui pour nous est intéressant, c’est que ce qui se passe dans l’hexagone, se pass aussi au Québec. Bien sûr, les noms sont différents mais les situations sont très semblables ; le rouleau compresseur de l’Union Européenne versus le rouleau compresseur du Canada écrasant le Québec avec, bien sûr, l’appui de tous les petits minables achetés faisant légion au PLQ.

    Je crains seulement que ce texte de Mme. Morot-Sir soit mal compris, mal interprété. Nous reconnaissons là le travail acharné de recherches que cette dame a accompli pour nous résumer toute la profondeur du problème. La plume est admirable et malgré une certaine longueur, ces lignes sont un résumé de ce qui se passe en France et, en fait, partout dans le monde à quelques détails près.

    Merci Mme. Morot-Sir de nous avoir partagé ces lignes et merci à Vigile de l’avoir publié si prestement.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 740$  15%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 26/05 Jacques Bélanger : 50$
  • 24/05 Françoise Simard: 25$
  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités