«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le plan nord : le sous-développement érigé en système

la plus grande braderie de l’histoire du Québec moderne

Tribune libre de Vigile
mardi 7 juin 2011
1 492 visites 2 messages

J’ai un fils dépouillé
Comme le fut son père
Porteur d’eau, scieur de bois
Locataire et chômeur
Dans son propre pays
(L’alouette en colère – Félix Leclerc)

Il a annoncé son plan à Lévis, comme pour compléter le vers ci-dessus de Félix dans l’Alouette en colère, « qu’il ne reste plus qu’la belle vue sur le fleuve. »

Ne nous trompons pas ! C’est ce qui risque d’arriver car le gouvernement du Québec procède actuellement à la plus grande braderie de l’histoire du Québec moderne.

Les ressources minières, dont le sous-sol québécois abonde, sont finies, en ce sens qu’ils ne se renouvellent pas. Et elles ne perdraient rien à attendre, surtout au moment où on assiste à une ruée mondiale inégalée. Pas besoin d’avoir un doctorat en économie ou de brandir un titre prestigieux comme celui d’ancien premier ministre ou de critique du Bloc Québécois en matière d’économie pour savoir que dans une telle situation, le Québec est en position de force pour inscrire son développement économique dans la durée, de s’assurer que ces ressources profitent à tous et surtout aux générations futures.

Mais pour cela, il faut que l’on voit dans le développement économique autre chose que de vastes projets d’exploitation de ressources naturelles, ce qui, pour le Canada, et partant pour le Québec, demande de rompre avec une tradition vieille de quatre siècles.

Dans son excellent livre de 1980, The Question of Separatism, qui vient d’être réédité, Jane Jacobs déplorait la nature coloniale de l’économie canadienne – et québécoise. Elle a démontré aussi comment cette obsession des grands plans d’exploitation de ressources naturelles a freiné le développement réel de l’économie. Aujourd’hui, on appelle pudiquement les pays qui ne planchent que sur leurs ressources naturelles, des « pays en voie de développement ». Les moins pudiques les appelle le « tiers monde » ou des « pays en voie de sous-développement. »

« Le Canada exploite et exporte ses ressources, écrivait Jane Jacobs en 1980, et néglige le développement d’industries et de services fondés sur le secteur manufacturier ou sur les inventions qui exigent de la fabrication. Il s’agit d’une approche de l’économie profondément coloniale, mais dans le cas du Canada, le colonialisme n’est pas imposé. Le Canada préfère le colonialisme.

« L’expérience au Canada nous démontre que les fortunes les plus importantes et celles obtenues le plus rapidement, qu’elles soient publiques ou privées, sont celles qui viennent des ressources : la fourrure, le bois, les pommes, le charbon, le fer, le nickel, l’or, le cuivre, l’argent, le blé, le cobalt, le poisson, l’uranium, l’hydroélectricité, l’aluminium, la potasse, le pétrole, le gaz — pour n’en nommer que les plus importantes. »

Mme Jacobs poursuit en expliquant qu’une société, comme un individu, est formée par son expérience. L’histoire canadienne de projets d’enrichissement rapide grâce aux ressources naturelles a conditionné toutes les institutions canadiennes, du gouvernement fédéral aux gouvernements provinciaux, en passant par les banques et toutes les autres institutions financières. Tous en sont éblouis.

Comment résister à ce tape-à-l’œil de l’enrichissement rapide – les pétrolières et gazières d’Alberta, les minières de la Bourse de Toronto (Barrick, Goldcorps, Arcelor Mittal,…) ? Leur richesse est tellement éblouissante que les dirigeants politiques de peu d’envergure y courent pour s’y associer en investissement de faramineuses sommes d’argent public pour construire routes, voies ferrées, barrages, réseaux de transport d’énergie, infrastructures portuaires et aéroportuaires, pipelines et autres.

Pense-t-on à ce qui se passera quand les ressources seront épuisées ou la bulle minière aura crevé ? Parties les poches pleines, les minières n’auront rien à cirer des dégâts environnementaux qu’ils auront laissés, ni encore moins des dégâts sociaux : chômage, villes et villages fantômes, déplacement des populations, routes qui ne servent plus. On l’a déjà vu et on le reverra.

Ce sont des habitudes dont on ne se débarrasse qu’avec une autre vision du développement économique fondée sur la diversification et la durée… jumelée à une détermination de fer.

Déjà en 1980, Jane Jacobs a remarqué que, parallèlement à l’engouement canadien pour l’exploitation des ressources, beaucoup d’inventions canadiennes et québécoises prenaient la route de l’étranger pour ensuite revenir sous forme de produits manufacturés importés de pays moins entichés du glamour de l’enrichissement rapide. Pour renverser la vapeur, disait-elle, il faut soutenir constamment des activités innovatrices, même celles qui paraissent, à première vue, plutôt modestes. Mais l’argent étant déjà consacré aux ressources, il n’en reste plus pour la recherche et l’innovation. Pour illustrer son propos, elle dit que si l’économie canadienne était un zoo, il n’y aurait que des éléphants.

N’est-il pas étonnant de voir les sommes énormes consacrées pour faciliter l’exploitation des ressources minières par des entreprises privées déjà archi riches, comparées aux miettes investies dans l’électrification du transport collectif au Québec, par exemple ? Il s’agit pourtant d’une voie qui permettrait au Québec de développer son secteur manufacturier et de s’affranchir de sa dépendance du pétrole importé ? Tant de sommes pour les minières sans exigence d’une participation de sociétés d’État aux profits, ni assurance de redevances équitables, ni garantie de transformation secondaire et tertiaire des ressources, mais un refus catégorique de soutenir le développement fondé sur la technologie du moteur roue mis au point au Québec ? La liste est longue.

Presciente, Jane Jacobs nous a invités, dans The Question of Separatism, à nous inspirer de l’exemple de la Norvège et de la Suède, pas seulement sur le plan politique – la Norvège s’est séparée de la Suède après un référendum en 1905 – mais aussi, et peut-être surtout, sur le plan économique. Contrairement au Québec, la Norvège, pays de 4,7 millions d’habitants qui abonde en ressources naturelles, inscrit son développement résolument dans la durée grâce à ses sociétés d’État, à son fonds souverain et à une kyrielle de mesures législatives qui feraient rougir de honte les décideurs québécois.

***

Robin Philpot, éditeur et écrivain

Commentaires

  • PierreII, 1er août 2011 10h45

    @ ssauvé
    Avec une pétition de plus de 400,000 noms pour demander sa démission qui s’est retrouvée à la poubelle aussi vite que déposée,arrogance de Charest oblige,la gagne d’avocats que sont les libéraux savent très bien comment se cramponner ’’légalement’’au pouvoir.
    Donc soit que le monde sortent dans la rue en quantité monstre comme ce fut le cas sur l’autre continent,soit qu’un close de destitution soit ajoutée à notre constitution pour éliminer avant la fin d’un mandat ces voleurs de grands- chemins qui prennent le pouvoir pour enrichir les ti-zamis avec des campagnes électorales bâties sur des menteries.
    Mais y a toujours cette image qui me hante ,celle des dernières élections municipales de Montréal où toutes les évidences de corruption étaient déposées sur la table au sujet de l’administration Tremblay.
    Ben oui ’’on’’ l’a élu pareil.
    Et ce qui sortait pendant la campagne dans les médias était que Louise Harel était une séparatiste.
    Non mais il faut se souvenir de çà.Préférer la corruption à une député municipale qui se dit souverainiste.
    C’est rendu extrêmement loin.
    Alors si la peur a eu raison de la population pour une élection municipale qui n’avait aucun lien avec l’accession du Québec à sa souveraineté,peut-on imaginer ce qu’elle fera lors des prochaines élections provinciales ?
    Comme y disent en anglais,cet exemple est le’’ canary in a coal mine’’ http://en.wiktionary.org/wiki/canary_in_a_coal_mine

  • ssauvé, 7 juin 2011 12h48

    Une évidence ce que vous décrivez.

    La question maintenant est de savoir comment on vire ce gouvernement d’ici les 12 prochains mois.

    La création d’une assemblée constituante avec les députés courageux de tous les partis en place et bien entendu, +- 500 citoyens choisis au hasard au sein de la population du Québec, voilà une avenue prometteuse.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

La Grande Braderie - Gestion des Ressources naturelles par le PLQ
Vigile remet en ligne aujourd’hui trois textes parus respectivement en février 2011, en août 2013 et en juin 2014 dans le contexte des derniers développements sur Anticosti

 

 

Quand l’intérêt privé commande à l’intérêt public, nous sommes en régime fasciste.

 

« Redevances, congés fiscaux et subventions, prises de participation dans les entreprises, 2e/3e transformations, voilà autant de questions d’intérêt public qui méritent d’être débattues, particulièrement à l’aube d’un Plan Nord fortement axé sur les mines et dans la foulée du dépôt du nouveau projet de loi sur les mines », affirme Henri Jacob.

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités