«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Commission Charbonneau

Le pavé dans la mare

Où loge Renaud Lachance ?

Tribune libre de Vigile
vendredi 27 novembre 2015
547 visites 2 messages

Quatre ans d’enquête au coût de 44,8 millions $ pour un rapport de 1741 pages sur lequel les deux commissaires n’ont même pas été capables de s’entendre sur un chapitre aussi crucial que le canal érigé entre le financement des partis politiques et les contrats accordés aux entreprises de la construction…Et tout cela devant la même preuve présentée devant leurs yeux !

Pour le commissaire Renaud Lachance, la preuve d’un réseau de corruption entre les partis et la construction n’a pas établie hors de tout doute raisonnable alors que pour France Charbonneau, il ne subsiste aucun doute. Quand même pour le moins curieux qu’ils en arrivent à deux conclusions différentes sur un chapitre aussi important du rapport.

Une telle dissension entre les deux commissaires fait sans doute le bonheur des partis politiques impliqués dans cette « supposée affaire », en particulier du PLQ et de Jean Charest qui doivent être « reconnaissants » envers Renaud Lachance. Toutefois, aux yeux de la crédibilité de la Commission, c’est un pavé dans la mare qu’elle reçoit en plein visage au grand dam de sa légitimité…Un poids qui n’a pas fini de remonter à la surface au cours des prochains mois !

Où loge Renaud Lachance ?

Aux dires de Renaud Lachance « il y a un lien entre le financement des partis politiques et la gestion d’un contrat public lorsque les entrepreneurs en construction se sentent contraints de contribuer à un parti ou de participer à une activité de financement à la demande d’une firme de génie parce qu’elle supervise ses travaux, approuve sa facturation ou recommande ses avenants, ou extras, au donneur d’ouvrage public ».

Or, toujours selon le commissaire Lachance, « ce lien n’a pas impliqué les élus, selon les témoignages entendus à la Commission ». Et, de poursuivre M. Lachance, « il y a un lien entre le développement des affaires et le financement des partis politiques au niveau provincial. Ce lien ne doit pas cependant être confondu avec celui, faisant l’objet du mandat de la Commission, d’un lien entre l’octroi d’un contrat et le financement des partis politiques ».

C’est ce que j’appelle un argumentaire emberlificoté tissé de méandres qui nous conduisent inévitablement vers le cul-de-sac. Une version des faits tendancieuse qui place le lecteur dans une zone grise de laquelle il est difficile de se sortir sans qu’elle ait laissé au passage un doute sur les conclusions de la commissaire France Charbonneau qui établit, de son côté, qu’il « est possible de conclure que, durant les années visées par le mandat de la Commission, un lien unissait le versement de contributions à des partis politiques provinciaux et le processus d’octroi de contrats publics ».

Toutefois là où le bât avec le plus d’acuité, c’est que, comme « par hasard », la position du commissaire Lachance épouse littéralement celle du Parti libéral du Québec en matière de financement politique…De quoi nous laisser pour le moins sceptique sur la scène où loge véritablement Renaud Lachance !

Commentaires

  • Henri Marineau, 16 décembre 2015 05h39

    Correction : Dernier paragraphe, il faut lire :

    "Toutefois là où le bât blesse avec le plus d’acuité..."

  • Jean Lespérance, 27 novembre 2015 08h56

    Quelque soit la décision ou ce qu’en pense les commissaires, ce n’est pas eux qui décident mais le DPCP, (Directeur des Poursuites Criminelles et Pénales) le juge Louis Dionne et le directeur de l’UPAC , Robert Lafrenière qui pouvaient décider de porter des accusations. Si aucun des deux ne porte des accusations, tout s’arrête là. L’UPAC a été créée pour prendre le contrôle de l’Opération Marteau qui fonctionnait très bien et qui elle, aurait porté des accusations. Dire qu’il manque de preuves, c’est rire du monde. Il y a des cas qui sont tellement flagrants que c’en est ridicule. On vient de faire la démonstration, la preuve de ce que j’ai toujours dit, la province de Québec est la province la plus corrompue. Le politique est au dessus de la justice, il la contrôle complètement. Vous voulez une autre preuve ? Le cas Lise Thibault dont on éternise la cause. Ce n’est pas assez ? Vous en voulez encore une autre ? Le matricule 728 dont on éternise encore la cause.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités