«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le parti québécois dit non : le gouvernement libéral doit en faire autant

Pour le Parti Québécois, il est urgent que le ministre des Finances donne des indications très claires à l’Autorité des marchés financiers (AMF) de ne pas accepter cette transaction.

jeudi 10 février 2011

Le député de Nicolet-Yamaska et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’institutions financières, Jean-Martin Aussant, demande au gouvernement libéral de défendre les intérêts du Québec et de s’opposer à l’intégration du groupe TMX à la Bourse de Londres.

« En 2008, Jean Charest et son gouvernement ont laissé filer la Bourse de Montréal en Ontario sans rien dire. Aujourd’hui, on apprend que c’est maintenant de Londres que l’avenir du secteur financier de Montréal sera décidé si le gouvernement Charest ne s’oppose pas fortement à cette transaction. L’histoire ne doit pas se répéter. Le gouvernement du Québec a le pouvoir de bloquer cette transaction, alors qu’il s’en serve », a déclaré Jean-Martin Aussant.

Il est déjà acquis que la haute direction de la Bourse fusionnée sera basée à Londres et la presse européenne parle déjà d’une acquisition plutôt que d’une fusion d’égal à égal. Quoiqu’en disent les communications officielles du groupe TMX et de la Bourse de Montréal, cela signifie concrètement que les activités boursières de Montréal ne pèseront pas lourd dans les décisions d’affaires prises par les dirigeants européens. « Les intérêts des actionnaires du groupe TMX ne sont pas nécessairement les mêmes que les intérêts de l’ensemble des Québécois. Le ministre des Finances, Raymond Bachand, doit cesser de se faire le porte-parole des actionnaires intéressés dans la transaction et défendre l’avenir du secteur financier de Montréal. C’est l’intérêt collectif qui doit primer, pas les intérêts de quelques personnes », a souligné le député.

Pour le Parti Québécois, il est urgent que le ministre des Finances donne des indications très claires à l’Autorité des marchés financiers (AMF) de ne pas accepter cette transaction. « Ce dossier rappelle toute l’importance de conserver l’AMF à Montréal, contrairement au projet du gouvernement conservateur qui est de centraliser la réglementation des marchés financiers à Toronto », insiste le député de Nicolet-Yamaska.

Contrairement au ministre Bachand qui semble trouver inévitable la fusion des bourses à travers le monde, M. Aussant rappelle que la Bourse d’Australie a décliné une offre d’achat de Singapour et que la Bourse de Londres elle-même a récemment refusé de s’unir au NASDAQ. « Pourquoi alors Montréal devrait-elle obligatoirement accepter l’offre d’achat de Londres sous le prétexte que les marchés mondiaux imposent de tels regroupements ? Jean Charest et Raymond Bachand doivent mettre leurs culottes et dire non », a conclu le député de Nicolet‑Yamaska.


Suggérer cet article par courriel
Bourse - Québec inc. vs Toronto inc.

Fusion des bourses

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 875$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités