«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La prochaine campagne électorale est lancée !

Le nouvel épouvantail

samedi 18 février

Les Québécois iront voter le 1er octobre 2018. Dix-neuf mois, ça vous semble loin ?

La campagne électorale est pourtant déjà lancée.

Jean-François Lisée vient de proposer la création d’une escouade d’inspecteurs qui se feraient passer pour des chercheurs d’emploi afin de débusquer les pratiques racistes des employeurs.

Euh...

Il y va même d’une comparaison avec les tactiques employées pour piéger les dépanneurs qui vendent des cigarettes à des mineurs.

Re-euh...

Amalgame

Y a-t-il de la discrimination à l’embauche envers certaines catégories de personnes ? Évidemment.

Quelle est l’ampleur exacte du phénomène ? Personne ne le sait, car il est impossible à mesurer à la fois globalement et précisément.

Mais cela existe. Voilà pourquoi l’anonymisation des CV, par exemple, n’est pas une mauvaise idée.

Évidemment, dans un monde idéal, on respecterait le sens des mots.

Le racisme, c’est la croyance en une hiérarchie des races, ce qui n’a pas le moindre fondement scientifique.

La xénophobie, c’est l’hostilité envers l’étranger.

Se dire – si vous êtes un employeur – qu’il sera moins compliqué d’intégrer quelqu’un qui partage vos habitudes et vos codes culturels, c’est une regrettable abdication intellectuelle et morale, mais ce n’est pas obligatoirement du racisme ou de la xénophobie.

Dans la cacophonie actuelle, toutes ces nuances sont cependant mortes et ne ressusciteront pas.

Pourquoi M. Lisée ressent-il, alors, le besoin d’en mettre plus que ce que le client demande ?

Tout simplement parce qu’il voit le nouveau jeu du PLQ et de ses alliés médiatiques : utiliser non seulement la charte des valeurs, mais carrément tout le socle identitaire du PQ pour rendre celui-ci coupable d’entretenir de sombres desseins envers les minorités.

M. Lisée se sent donc obligé de laver plus blanc que blanc, quitte à utiliser un détergent particulièrement concentré en produits chimiques.

Comptez cependant sur M. Couillard pour, comme à la boxe, essayer de contrôler le centre du ring et confiner son adversaire dans les coins.

On a effectivement pu voir de quel bois Philippe Couillard est capable de se chauffer quand il s’agit de faire des procès d’intention.

Il pourrait bientôt rejoindre et dépasser le célèbre « crime contre l’humanité » que Pierre Elliott Trudeau avait proféré jadis à l’endroit du projet de souveraineté.

Carte

Traditionnellement, le PLQ fait campagne sur la peur d’un référendum et sur l’apocalypse absolue que serait la souveraineté.

L’engagement de M. Lisée, d’exclure tout référendum, rend cette vieille carte libérale moins efficace que jadis.

Par ailleurs, comment diable le PLQ pourrait-il sérieusement faire campagne sur son bilan de gouvernement ?

Il faut donc trouver un autre épouvantail. Ce sera la carte ethnique.

Comptez sur le PLQ pour marteler qu’un vote pour le PQ ou pour la CAQ, c’est un vote pour des gens aux intentions inavouables sur ce front.

Cela peut sembler fort de café, mais le PLQ n’a besoin que de 33 % des votes et il sait très exactement où aller les chercher.

Vous n’avez pas fini d’en entendre parler.


Suggérer cet article par courriel
PQ - Changement de paradigme
Le commencement de la fin

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
7 595$  13%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/04 René Ricard : 50$
  • 23/04 Jacques Coulombe Ltée : 20$
  • 22/04 François Dubois : 20$
  • 20/04 André Daoust : 40$
  • 19/04 Jacques Tremblay : 50$
  • 19/04 Simon Garneau: 25$
  • 19/04 Simon Bergeron: 5$
  • 18/04 À la mémoire d'un grand patriote, Bernard Frappier: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités