«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Pour le fédéralisme, il n’est pire cancer que le doute

Idées

Le fédéralisme des Québécois se conjugue au conditionnel

mercredi 13 septembre

Pas évident d’être un Québécois qui cherche la place du Québec à Ottawa. C’est ce que je constate aux premières loges, assis sur les banquettes de la Chambre des communes, élu par mes voisines et voisins de Longueuil et de Saint-Hubert pour les représenter. C’est ce que j’ai constaté aussi, depuis Cap-aux-Meules, en vacances d’une semaine aux îles de la Madeleine, en regardant les débats de la course à la chefferie du NPD.

 

Le problème n’est pas nouveau, bien sûr. La moitié du Québec a déjà rêvé, à un moment ou à un autre, à l’option de l’indépendance. J’ai été de ceux-là. Et de René Lévesque à Robert Bourassa, de Brian Mulroney à Lucien Bouchard, nombreux sont les Québécoises et les Québécois, femmes et hommes politiques, à avoir tenté de faire comprendre au reste du Canada la nature distincte du Québec, sa réalité nationale.

 

Avec toute la bonne foi du monde, j’ai travaillé pour que le Québec ait sa place au sein du Parlement canadien, comme au sein de mon parti. Je me suis fait un devoir de défendre sans relâche les intérêts du Québec. En tant que porte-parole néodémocrate pour la culture et vis-à-vis de Mélanie Joly, je me suis exprimé inlassablement au nom de nos industries culturelles. Quand l’avenir de la culture québécoise et de la langue française à la télé a été remis en question par le CRTC au printemps dernier, j’ai été de ceux qui ont crié sur tous les toits pour dénoncer les effets pervers de cette décision.

 

Comme tant de Québécois, je conjugue mon fédéralisme au conditionnel. En tant qu’élu, je me suis promis d’aller au bout de l’expérience fédérale, de chercher notre place dans cette structure constitutionnelle dont nous avons hérité, et de tirer les conclusions au besoin. Mais comme bien d’autres qui sont passés par là, et qui eux aussi y ont mis du coeur, j’en suis à douter.

 

Le doute

 

Je doute quand je vois Mélanie Joly, ministre responsable de nos industries culturelles, hésiter à défendre nos moyens industriels, économiques et identitaires en matière de culture et permettre la démolition en douce de notre écosystème culturel, sans égard aux réalités exprimées par le milieu.

 

Je doute quand je vois les libéraux et les conservateurs repousser, sans une seconde de réflexion, la proposition du premier ministre du Québec de discuter de notre avenir dans un état de fait constitutionnel auquel nous n’avons d’ailleurs jamais adhéré.

 

Et je doute quand je vois des candidats à la chefferie de mon propre parti — dont certains sont devenus des amis au fil des ans — issus d’autres provinces remettre en question la légitimité des débats qui se passent à l’Assemblée nationale et réfléchir à haute voix à d’éventuelles mesures disciplinaires fédérales. Si la reconnaissance de la nation québécoise a un sens, on ne peut évidemment pas accepter, en tant que représentants du Québec, que le fédéral propose de s’ingérer dans nos affaires.

 

Nous vivons aujourd’hui dans un système fédéral, et nombre de pouvoirs — dont plusieurs lois et institutions fondamentales pour la culture québécoise — demeurent à Ottawa. Ce n’est pas pour rien que les Québécois ont cherché, lors des deux dernières élections fédérales, à élire un parti pouvant former le gouvernement.

 

Mais les vagues orange de 2011 et rouge de 2015 ne doivent pas être perçues comme la mise en veille des aspirations nationales du Québec. Bien au contraire. Les Québécois attendent des partis fédéraux le respect du Québec et de sa distinction nationale. Ils s’attendent à ce que leurs représentants au Parlement fédéral, peu importe l’étiquette, défendent la distinction québécoise.

 

La question est donc la suivante : les Québécois peuvent-ils choisir eux aussi qui sera à la tête du gouvernement fédéral, tout en s’attendant à ce que leurs députés, ici au Québec, soient d’abord et avant tout leurs représentants du Québec à Ottawa ?

 

Un partenariat

 

Il faut reconnaître que je ne suis pas un néodémocrate de souche. Je me suis retrouvé par deux fois candidat du NPD non pas par militantisme de longue date, mais parce que — comme tant de Québécois l’ont été en 2011 — j’ai été séduit par le message d’un étonnant et sympathique conseiller municipal torontois nommé Jack Layton. Il lançait aux Québécois, avec son aplomb désarmant, une offre assez audacieuse : un partenariat, au sein de son parti quasi inconnu au Québec, pour former un gouvernement où le Québec serait respecté et où il aurait toute sa place en tant que nation distincte.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Idées — le destin québécois
Un seul choix possible, l’indépendance

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités