«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le français n’est pas et n’a jamais été une priorité pour le fédéral. C’est une emmerde dont il serait heureux de pouvoir se débarrasser à la première occasion

Le fédéral s’excuse pour ses fautes de français

Des erreurs ont été commises sur un compte Twitter

La Fondation des Prix du gouverneur général s’excuse d’avoir malmené la langue de Molière dans une série de messages écrits sur Twitter, en plein gala célébrant les arts et la culture.

« Cette année, nous n’avons de toute évidence pas investi suffisamment de ressources pour assurer la qualité de la langue française dans nos communications », a admis la Fondation qui administre les prix nationaux, hier.

Jeudi dernier avait lieu le gala de remise des Prix du gouverneur général pour les arts du spectacle, la plus haute distinction en la matière au pays.

Durant la cérémonie, de nombreuses et flagrantes fautes de français ont été commises sur le compte officiel de l’institution, qui commentait l’événement en temps réel.

Dans un texte publié hier dans Le Journal, la chroniqueuse Sophie Durocher a recensé plusieurs de ces erreurs.

Hier soir, les gazouillis étaient d’ailleurs toujours en ligne sur le compte Twitter officiel de la Fondation.

On peut par exemple lire le mot « hommage » avec un seul « m », l’anglicisme « hôte » au lieu de « animateur » ou des conjugaisons fautives comme « L’orchestre entrent ».

Sans compter des tournures de phrases sorties tout droit d’un logiciel de traduction automatique, telles que : « Tant de talent dans une seule chambre ».

La Fondation explique avoir « nui à la qualité de nos communications en français » en voulant « communiquer rapidement sur les médias sociaux les détails de l’événement ».

« Nous en sommes sincèrement navrés », explique-t-on dans une déclaration écrite.

Correctifs

« Des mesures seront prises pour que, dorénavant, nous soyons à la hauteur des engagements que nous nous sommes fixés en termes de langues officielles », précise-t-on plus loin.

Invitée à commenter, la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly a dit s’attendre à ce que les agences fédérales soumises à la Loi sur les langues officielles respectent leurs obligations linguistiques.

En cas de manquement, « toute erreur » doit aussi être « corrigée », a-t-elle ajouté.

 


Suggérer cet article par courriel
Le grand cirque ordinaire des illusions « Canadian »
Le boulet

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités