«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Ottawa a commencé par les provinces les plus faibles

TRANSFERTS EN SANTÉ

Le fédéral a maintenant convaincu trois provinces maritimes

La Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve imitent le Nouveau-Brunswick et acceptent l’offre de financement d’Ottawa

samedi 24 décembre 2016

Et de trois. Après le Nouveau-Brunswick, c’est au tour de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve d’accepter l’offre d’Ottawa pour le financement en santé.

Comme leur voisine, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve auront donc droit à leur part des 11,5 milliards de dollars qu’offrait le gouvernement fédéral pour la santé mentale et les soins à domicile. Et le front commun qui s’opposait farouchement à cette offre, lundi, pourrait continuer de s’effriter, puisque, en coulisses, on indique au Devoir qu’Ottawa « est encore en discussions avec d’autres provinces », qu’on refuse de nommer.

« Nous sommes ravis d’avoir conclu une entente sur le financement de la santé avec le gouvernement fédéral, qui va nous aider à répondre aux priorités des Néo-Écossais », a fait valoir le premier ministre de la province, Stephen McNeil, par voie de communiqué, vendredi après-midi. « Il était important pour nous de savoir que l’argent investi en santé mentale et en soins à domicile le serait encore plus tard, alors que nous tentons d’améliorer notre façon de livrer des soins de santé dans notre province. »

La Nouvelle-Écosse touchera 288 millions sur 10 ans, soit 157 millions pour les soins à domicile et 130,8 millions pour la santé mentale. Terre-Neuve recevra 87,7 millions pour les soins à domicile et 73 millions pour la santé mentale, pour un total de 161 millions. Le Nouveau-Brunswick a annoncé jeudi, après avoir accepté l’offre d’Ottawa, qu’il aurait droit à 230 millions au total.

« Terre-Neuve–et–Labrador fait face au vieillissement de sa population le plus rapide au pays, et obtenir un financement fédéral supplémentaire est une priorité de mon gouvernement. […] Ces investissements démontrent que le gouvernement fédéral reconnaît les pressions financières qu’imposent à notre province la population vieillissante et la santé mentale », a argué à son tour le premier ministre de la province, Dwight Ball. Si jamais le fédéral signe une entente bilatérale plus généreuse avec une autre province, Terre-Neuve, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick y auront droit elles aussi.

Une tactique de division

L’entente est la même pour les trois provinces maritimes : les transferts fédéraux croîtront de 3 % par année ou plus si le taux de croissance du PIB est plus élevé. C’est le niveau de hausse des transferts prévu par l’ancien premier ministre, Stephen Harper, qui a modifié la formule qui prévoyait auparavant des hausses annuelles de 6 %.

Le premier ministre québécois, Philippe Couillard, a qualifié de « déplorable » cette façon de procéder du gouvernement Trudeau, du type « à prendre ou à laisser ». « Bien avant les petites victoires tactiques qu’on voit se dessiner actuellement, par cette tactique de division à laquelle on assiste, de tenter de dresser certaines provinces, ou d’en séparer d’autres, à l’approche du 150e anniversaire du pays, ce n’est vraiment pas un bon choix », a-t-il reproché, en entrevue de fin de d’année avec La Presse canadienne.

M. Couillard a en outre argué qu’Ottawa ne devait pas tirer avantage de la vulnérabilité financière de certaines provinces, comme celles de l’Atlantique — des propos tenus avant que la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve n’annoncent elles aussi leur entente avec Ottawa.

D’autres ententes ?

L’Ontario, l’Alberta, le Manitoba et la Colombie-Britannique ont indiqué jeudi qu’elles continuaient de s’opposer à l’offre d’Ottawa et refusaient de tenir des négociations bilatérales avec le gouvernement fédéral. Le Nunavut et les Territoires-du-Nord-Ouest ont précisé au Devoir vendredi qu’ils faisaient de même.

« Les Territoires-du-Nord-Ouest continuent de travailler avec les autres provinces et territoires afin d’obtenir une entente nationale et, pour l’instant, ne cherchent pas à négocier une entente unilatérale avec le gouvernement fédéral », a-t-on fait valoir au gouvernement de ce territoire.


Suggérer cet article par courriel
Canada - Chronique d’une dislocation annoncée
Ça craque de partout !

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 690$  14%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 24/05 Françoise Simard: 25$
  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$
  • 8/05 Gilles Thouin: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités