«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Liberté 55 !

Le capitaine de la SQ chargé de l’A13 était chez le notaire durant la tempête

Le capitaine de la Sûreté du Québec (SQ) responsable de l’intervention sur l’autoroute 13 était chez le notaire pendant ses heures de travail alors que les conditions se dégradaient, au début de la tempête du 14 mars. L’enquête interne du corps policier tente maintenant de déterminer si le gestionnaire, qui est aussi courtier immobilier agréé et propriétaire d’un parc immobilier locatif, se consacre pleinement à ses tâches d’officier d’opérations pour la région autoroutière du Grand Montréal.

Joint par La Presse, le capitaine Michel Lapointe s’est vigoureusement défendu hier et a martelé la grande importance qu’il accorde à son emploi dans la police. « Jamais je ne vais mettre en second lieu ma job à la Sûreté du Québec : c’est ma priorité », a-t-il assuré avec énergie.

Relevé de ses fonctions pour la durée de l’enquête interne, il affirme ne pas être autorisé à parler de la gestion de la tempête. « Il y a des enquêtes en cours, je vais réserver mes commentaires pour les autorités », a-t-il dit. Visiblement, il n’a pas l’intention de devenir le bouc émissaire pour tout ce qui ne tournait pas rond ce jour-là.

Emploi du temps sous la loupe

À l’interne, selon nos sources, son dossier relance toutefois le débat sur le double emploi de certains cadres policiers.

Michel Lapointe était l’officier responsable pendant le cafouillage de la nuit du 14 au 15 mars dernier, au cours de laquelle 300 automobilistes se sont retrouvés pris au piège toute la nuit sur l’autoroute. La direction lui reproche d’avoir trop tardé à organiser les secours aux personnes prises au piège et d’avoir « brisé la chaîne de commandement » en n’avertissant pas ses supérieurs de la crise en développement. Selon nos informations, il ne s’est pas déplacé sur le terrain au cours de l’opération.

Les enquêteurs chargés de faire la lumière sur le cafouillage sont déjà en train d’étudier son emploi du temps et ses engagements en dehors de la police, a-t-on pu confirmer.

En fin d’après-midi le mardi 14 mars, alors qu’il était normalement en fonction, M. Lapointe a quitté le travail pour se rendre chez un notaire à Blainville afin de signer des documents d’hypothèque relatifs à son entreprise de gestion immobilière, Les immeubles MK Inc., comme le démontre un acte de vente publié au registre foncier.

Il s’y trouvait peu après 16 h, alors que la neige s’accumulait au sol et que certains carambolages étaient déjà survenus à l’extérieur du territoire dont il est responsable.

Le capitaine explique posséder « huit ou neuf » immeubles à revenus, pour un total d’une vingtaine de locataires. Dans une entrevue au site web Conseiller.ca, en 2015, il expliquait s’être lancé dans l’immobilier pour se faire un coussin à l’approche de la retraite.

« Ma sécurité financière était assurée. J’ai un bon salaire, un bon fonds de pension, une maison payée. Mais ce n’est pas la sécurité financière que je veux, c’est la liberté financière », a affirmé Michel Lapointe au site Conseiller.ca, en 2015.

Il s’agit d’un investissement actif, mais « pas aussi exigeant qu’on peut le penser », expliquait-il alors.

« Ça tire très peu de mon temps, car moi, je délègue tout, je ne fais pas de rénovations moi-même », a-t-il ajouté hier dans son entretien avec La Presse.

Toujours en 2015, dans un témoignage pour le site Jeune investisseur immobilier intitulé « Faire son premier million de dollars en 5 ans », il vantait la rapidité avec laquelle il avait pu devenir millionnaire grâce à ses investissements. « Je poursuis mon travail pour maintenant acquérir mon deuxième million ! », lançait-il.

Deux téléphones

Passionné d’immobilier, M. Lapointe a suivi ses cours et obtenu sa licence de courtier immobilier agréé, alors qu’il était déjà capitaine dans la SQ. En date d’hier, il était le représentant pour six propriétés à vendre sur le marché.

Son employeur a toujours été tenu au courant de ses autres activités professionnelles et n’y a jamais rien trouvé à redire, souligne-t-il. « J’ai deux téléphones, un téléphone personnel et un de la Sûreté, et je réponds en priorité à celui-là. Il y a des gens qui ont une capacité, qui sont très occupés et font très bien leur travail. Je n’ai pas de problème à faire de la conciliation. Il y a peut-être des gens qui n’aiment pas ça... » avance-t-il au sujet de ses détracteurs éventuels à l’interne.

Récemment, sur internet, il disait être à la recherche de financement pour acquérir une garderie de « minimum 80 places », mais l’affaire ne s’est jamais concrétisée et elle ne lui gruge donc aucun temps, dit-il.

À la direction des communications de la SQ, le capitaine Guy Lapointe disait ne pas être en mesure de commenter le dossier, hier. « Nous ne discutons pas de l’identité des officiers impliqués dans l’enquête. Il y a des règles qui encadrent le double emploi. Un policier qui choisit d’avoir un autre emploi doit respecter les dispositions légales », dit-il.

En 2014, la SQ avait refusé une demande d’accès à l’information de La Presse au sujet des doubles emplois déclarés par ses policiers, sous prétexte qu’aucune liste centralisée n’existait et que les données étaient considérées comme des renseignements personnels protégés.

Un choix à faire ?

Sans vouloir présumer des résultats de l’enquête, Marc Chartrand, sociétaire chez PCI Perreault Conseil, une firme indépendante de consultants en rémunération, affirme que la SQ devrait se questionner sur « l’encadrement » de la fonction de capitaine et sur ce qu’on exige des officiers comme prestation de travail.

« Ces gens-là ont commencé comme syndiqués. Ils avaient le choix de rester syndiqués avec des horaires connus, une protection, et garder leurs sidelines », dit-il.

« À partir du moment où ils prennent une voie pour devenir cadre et en faire leur carrière, c’est là qu’ils doivent investir leur temps, et ils en auront peut-être moins pour leurs sidelines », affirme M. Chartrand.

Jacques Bourgault, professeur associé à l’École nationale d’administration publique, émet de son côté quelques bémols. Les titulaires de charges publiques ont le droit d’avoir des activités lucratives, dont certaines sont plus visibles que d’autres. Un emploi de courtier est plus visible par exemple que des transactions en Bourse, souligne-t-il. Par ailleurs, il faut faire attention aux accusations de personnes jalouses des revenus d’un collègue ou des plaintes de gens qui ont fait le choix personnel de tout consacrer à leur emploi et qui veulent imposer leur modèle personnel aux autres.

Mais « le travail d’employé public doit être considéré en premier », ajoute-t-il. Surtout pour les cadres.

« Dans une fonction de cadre, les exigences sont plus importantes quant à la disponibilité, dans un sens large : dans le temps, l’énergie et la disponibilité intellectuelle pour faire en priorité le travail de cadre, à tout moment nécessaire », dit-il.


Suggérer cet article par courriel
Affaires policières
Au royaume de l’opacité

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités