«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La situation pourrit en Ukraine

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk annonce sa démission

dimanche 10 avril 2016


Après des semaines de crise politique à Kiev, le Premier ministre ukrainien a dans un discours prononcé dimanche, promis de soumettre sa démission le 12 avril, une nouvelle attendue par son peuple depuis longtemps.

Le Premier ministre était une figure hautement impopulaire en Ukraine, son taux de popularité ne comptait plus qu’un seul chiffre.

La fin de son mandat a été entaché par un scandale politique, quand son ministre de l’Economie Aïvaras Abromavicius a annoncé sa démission en raison du blocage des réformes dans une Ukraine en proie à une grave crise économique et à une corruption endémique au gouvernement.

Alors que la crise éclatait, la coalition au pouvoir au parlement ukrainien s’est effondrée. Selon la loi ukrainienne, le président Petro Porochenko peut appeler une élection préliminaire si une nouvelle coalition n’est pas formée, mais les sondages d’opinion indiquent que son parti perdrait aussi des sièges même dans ce cas-là.

Le président ukrainien a essayé de mettre un terme à ce fiasco en appelant Arseni Iatseniouk à quitter son poste pour restaurer la confiance dans le pouvoir, mais ce dernier avait alors refusé. Une tentative de le licencier via un vote parlementaire a aussi échoué, constituant une source majeure d’embarras pour Petro Porochenko.

Le chef du gouvernement sortant a souligné avoir désormais des buts plus larges que la simple autorité politique.

« Nouvelle loi électorale. Réforme constitutionnelle. Réforme judiciaire. Contrôle de la coalition sur la direction du nouveau gouvernement. Soutien international à l’Ukraine. Adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne et à l’OTAN. C’est juste une partie de mon programme », a-t-il conclu.

Selon Arseni Iatseniouk, c’est le porte-parole du parlement Vladimir Groysman qui sera désigné comme son successeur.

Malgré sa démission, le parti du Premier ministre « Front populaire » demeurera dans la coalition au pouvoir. « Le Front populaire reste un membre de la coalition car c’est aujourd’hui le seul moyen possible pour protéger le pays », a-t-il confié, cité par l’agence d’information russe TASS.

Finalement, Arseni Iatseniouk s’est montré optimiste quant aux perspectives politiques de son parti, malgré le manque de soutien populaire. « Nous aimons notre pays et les sondages sont des choses qui vont et viennent », a-t-il expliqué.


Suggérer cet article par courriel

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités