«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le Parti Indépendantiste et la crise au Bloc

Tribune libre de Vigile
mercredi 2 avril 2008
822 visites

Certains députés du Bloc Québécois, Bernard Bigras et Christiane Gagnon en tête, se posent des questions légitimes sur l’utilité de leur formation politique à Ottawa maintenant que le Parti Québécois a confirmé, lors de son dernier conseil national, la poursuite de sa démission historique, en supprimant l’obligation de tenir un référendum le plus tôt possible à la suite d’une hypothétique prise de pouvoir à Québec. Le PQ consacre ainsi son incapacité à reprendre l’initiative du combat pour l’indépendance depuis le vol référendaire de 1995.

Or, lorsque le PQ met au rancart le référendum, il met une croix sur ce qui était sa raison d’être, l’indépendance du Québec, car ce parti n’envisage aucune autre stratégie pour réaliser ce qui était jadis son objectif fondamental.

Puisque le PQ démissionnaire n’envisage rien de plus qu’une gouvernance provinciale, il était prévisible que cela affecterait le Bloc à Ottawa. Comment le Bloc peut-il justifier sa présence au Parlement canadien alors que son allié à l’Assemblée nationale se fédéralise en se contentant des pouvoirs d’une province tout comme le Parti Libéral et l’ADQ ? Comment mener une lutte efficace pour l’indépendance à Ottawa, alors que le PQ abandonne la lutte au Québec ?

La présence du Bloc à Ottawa ne fait que cautionner le régime qui nous tient enfermé. Pourquoi le Bloc accepte-t-il de faire fonctionner le fédéralisme alors que sa raison d’être était de mener une lutte de tous les instants pour l’indépendance en condamnant le gouvernement post-impérial, arbitraire et illégitime d’Ottawa ? Plutôt que de mener une lutte contre ce régime dominateur, le Bloc, depuis sa création, avalise le carcan canadien qui empêche notre nation de déterminer librement son avenir dans le monde. Cette situation aberrante doit cesser.

Les indépendantistes, dont ceux qui militent au Bloc, doivent s’ouvrir les yeux et regarder la réalité en face : le Parti Québécois est un parti fédéraliste, car il ne propose aucun plan d’action concret pour réaliser l’indépendance du Québec. C’est ça la réalité ! Il ne suffit pas de se dire indépendantiste et de prononcer de temps à autre le mot indépendance. On doit s’engager fermement à réaliser l’indépendance en proposant une méthode claire pour y arriver !

C’est pourquoi le Parti Indépendantiste offre aux Québécois le choix électoral de l’indépendance. Le P.I. entend occuper le créneau indépendantiste, délaissé par le PQ depuis le vol référendaire de 1995, en mettant l’indépendance au cœur du débat politique et au centre des élections. L’indépendance, c’est LA priorité du P.I..

Le Parti Indépendantiste sait que l’indépendance est une idée forte et rassembleuse et que les Québécois sont prêts dès maintenant à voter pour que le Québec devienne un État libre et indépendant de langue française. Fini l’attentisme malsain et l’étapisme référendaire piégé. C’est l’élection qui tranchera. Lorsque les Québécois décideront d’élire une majorité de femmes et d’hommes indépendantistes, les députés de l’Assemblée nationale voteront une loi déclarant l’indépendance du Québec et adopteront une Constitution d’État. C’est ça la véritable démocratie !

Le Parti Indépendantiste invite donc tous les indépendantistes et les députés du Bloc à se joindre au seul parti indépendantiste au Québec pour mener à terme le combat pour la libération nationale du peuple québécois. Le P.I. a besoin de l’énergie et des talents de tous les indépendantistes pour réaliser l’indépendance du Québec. Le mouvement indépendantiste moderne a 50 ans. Il est temps de parachever ses réalisations en agissant pour le pays.

C’est en mettant l’indépendance dans les élections que le Québec deviendra enfin un pays libre de langue française. Il est urgent de réaliser l’indépendance du Québec si nous ne voulons pas disparaître. Pas de Québec français sans indépendance ! Notre peuple est né il y a 400 ans pour être libre. Nous avons développé notre nation et nous possédons un État. Assumons-nous en déclarant l’indépendance de l’État-nation du Québec dès la prise du pouvoir.

Éric Tremblay

Chef du Parti Indépendantiste

Adresse de correspondance :
Parti indépendantiste
1440, rue De Champigny
Montréal, Québec
H4E 1L8

Téléphone : (514) 373-7200
Télécopieur : (514) 761-6922

Courriel:info@parti-independantiste.org

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Sondage CROP-La Presse - Mars 2008

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 540$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/09 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités