«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

L’affaire Michaud

Le PQ est en train de se faire hara-kiri

Alors, si la chose est si simple, comment se fait-il qu’elle demeure irrésolue ?

Tribune libre de Vigile
mardi 14 décembre 2010
1 374 visites 16 messages

Au risque de passer pour demeuré, il y a quelque chose que je ne parviens tout simplement pas à comprendre dans l’affaire Michaud.

À partir du moment où il est établi que la condamnation des propos d’Yves Michaud par l’Assemblée Nationale a été une erreur dans la mesure où elle constituait une violation des principes les plus élémentaires de la justice naturelle, tous les députés qui se sont prononcés en faveur de cette condamnation devraient avoir la décence de s’excuser.

Les réalités politiques étant ce qu’elles sont, on peut comprendre que les députés du PLQ ne veuillent pas s’exécuter. Mais on comprend beaucoup moins que les députés du PQ ne le fassent pas. Peu importe ce qu’a pu dire Yves Michaud, l’Assemblée Nationale ne pouvait pas se prononcer sans l’avoir entendu. Ce n’est pourtant pas compliqué à comprendre.

Or certains membres du PQ s’obstinent à ne pas vouloir s’excuser. Ils s’accrochent à leur jugement sur les propos qu’ils reprochent à Yves Michaud d’avoir prononcé sans comprendre la gravité de l’erreur que constituait sa condamnation sans l’avoir entendu, infiniment plus lourde que tout dérapage verbal que Michaud aurait pu commettre. Et j’utilise le conditionnel à dessein, car ayant lu le verbatim des propos de M. Michaud, je ne vois rien qui dépasse le stade de la liberté d’expression et qui justifie la moindre condamnation.

Je peux comprendre l’argument de Pauline Marois selon qui l’ouverture d’un débat sur cette question à l’Assemblée Nationale pourrait constituer un piège des Libéraux pour placer le PQ devant ses contradictions. Mais dans ce cas, je suis convaincu que si tous les députés du PQ qui ont voté en faveur de la motion scélérate s’excusaient auprès de M. Michaud en bonne et due forme pour avoir manqué aux principes de la justice naturelle à son endroit, celui-ci comprendrait alors qu’une excuse formelle de l’Assemblée Nationale ne pourrait lui être offerte qu’après que le PQ ait repris le pouvoir.

Alors, si la chose est si simple, comment se fait-il qu’elle demeure irrésolue ?

Y a-t-il un autre problème qui se cache en dessous de l’affaire Michaud ? L’affaire Michaud servirait-elle de paravent à une autre saloperie encore plus grave ? Laquelle ? C’est le genre de question qu’on ne peut pas s’empêcher de poser lorsqu’on en arrive à ce point.

Lorsque les propos de Yves Michaud ont été condamnés, le PQ comptait parmi sa députation un certain nombre de juristes qui ne pouvaient pas ne pas être conscients de la gravité du geste qu’ils posaient. Les principes de la justice naturelle sont à la base de leur formation. Lucien Bouchard est évidemment visé au premier chef. En sa qualité de premier ministre, il avait le devoir de protéger les droits de tout citoyen québécois, et Yves Michaud était un de ceux-là. Bouchard a manqué à ce devoir, et sa responsabilité n’en est que plus grande parce qu’il était avocat.

Mais Bouchard n’était pas le seul avocat qui faisait partie du gouvernement et de la députation du parti Québécois. Il y avait aussi Bernard Landry, alors vice-premier ministre, Serge Ménard, et Normand Jutras, pour ne nommer que ceux dont le nom me vient à la mémoire. Que s’est-il donc passé pour que des hommes de cette trempe en oublient, ou décident de mettre de côté, toutes les règles de base de leur profession. Ce devait être fichtrement fort à moins qu’on accepte qu’ils aient pu se comporter comme des « suiveux », ce qui pourtant ne leur ressemble guère. Alors c’est quoi ?

À s’enferrer dans son refus de régler la question en ce qui le concerne une bonne fois pour toutes, le PQ donne ouverture aux pires soupçons, et est en train de se faire hara-kiri. C’est loin d’être la meilleure stratégie quand on est dans sa situation.

Il n’est jamais facile ni agréable d’avoir à s’excuser. Cela constitue pourtant l’une des plus grandes preuves de maturité et de responsabilité lorsque l’erreur est démontrée.

Commentaires

  • fortlévis, 18 décembre 2010 11h52

    Dans ce dossier, Mme Marois n’a pas d’autres choix que d’espérer que toute la députation du PQ présente à l’ANQ en décembre 2000 exprime des excuses bien ressentis, vis-à-vis M. Michaud.
    Pourquoi ces excuses ne sont pas déjà du passé au PQ ?

    Quels étaient les poids lourds qui appuyaient fermement Lucien Bouchard et pourquoi ceux-là ne lèvent pas la main pour dénouer l’impasse qui pilonne tout le PQ actuellement ?

    Mme Marois va étirer l’élastique autant que possible d’ici avril 2011 pour ne pas donner d’emprise au PLQ.

    Comment éviter la tempête en vue ?

    Il y aura un prix à payer pour ne pas faire amende honorable ; la démission ou l’expulsion du parti.

    La politique se fait par compromis, dans ce cas-ci, c’est blanc, le »noir« est exclu.

    Joyeuses Fêtes !

  • jacques noel, 18 décembre 2010 10h40

    Grosse controverse autour du nouveau musée des Droits humains à Winnipeg. La communauté allemande n’apprécie guère qu’il y ait une exposition permanente sur l’Holocauste

    Ms. Klein, executive director of the organization’s task force on Holocaust education, said the Holocaust was unique as the Nazi legal system was used to justify atrocities, where rights were reversed through legislation, and where professional groups, including doctors, judges and lawyers, actively participated in human rights abuses. “I don’t think this should be a competition of who suffered the most,” said Ms. Klein. Angela Cassie, the museum’s spokesperson, said a dedicated zone to the Holocaust highlights a turning point in history, and that it directly preceded a human rights revolution

    Read more : http://www.nationalpost.com/news/German+Canadian+group+assails+Holocaust+exhibit/3995924/story.html#ixzz18Ti6nP3V

  • Frs Beauchemin, 15 décembre 2010 22h53

    "La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas.

    Confucius

  • Jean Paul Tellier, 15 décembre 2010 15h38

    Le vote unanime de l’Assemblée nationale 14 décembre 2000.

    [ « Un « nationalisme ethnique » fantasmatique dont Yves Michaud fut transformé en représentant simplement parce qu’il souhaitait un renforcement de la loi 101 à un moment où l’alibi de la « paix linguistique » confortait ceux qui n’avaient plus le courage ou la lucidité de défendre la langue française.

    L’Assemblée nationale, gardienne de nos libertés démocratiques, a cautionné une purge idéologique.

    Il n’est pas impossible qu’une frange de militants se mobilise autour de cet enjeu important pour la base péquiste. Pauline Marois a-t-elle vraiment les moyens de sacrifier ainsi l’appui d’un nombre significatif de délégués lors de son vote de confiance ? »]

    Source ; Mathieu Bock-Côté,24h Montréal,15/12/2010

  • 14 décembre 2010 19h13

    Il est certain que Québec solidaire, compte tenu de ses origines modestes et de son peu de « millage » au compteur est moins infiltré que le PQ. Ce que propose M. Coté pourrait être un « beau risque », un vrai beau risque cette fois-ci. M. Khadir est la figure politique la plus appréciée des Québécois, il a défendu le RRQ sans fléchir, son franc parler lui donne du leadership. Vers quel parti devrait donc s’orienter aujourd’hui un indépendantiste si il veut minimiser les risques de se faire flouer ? Hummm...

    GV

  • Serge Côté, 14 décembre 2010 18h07

    Lisez et relisez les commentaires au sujet de cet article de la part de Menestrelem et de Gégé Tremblay à propos de Power Corp. et des liens avec le B’nai & B’rith et le mari de la Marois et vous allez tout comprendre.

    Et l’espoir non encore avoué de la droite est la mort du PQ et ainsi triompher à la prochaine élection.

    Mais si tous les indépendantistes et les sociaux joignent les rangs de Québec Solidaire au plus tôt, il y a un salut possible. C’est le seul salut que le Québec a pour assurer la survie de sa langue, de sa culture, de son économie et de son autonomie.

  • André Taillon, 14 décembre 2010 15h51

    Depuis deux semaines on ne parle sur Vigile à 99,9% que de l’affaire Michaud et avec raison, voilà ou nous en sommes rendus ! Une motion de blâme doit être prononcée contre tous ces parlementaires magouilleurs qui selon moi n’ont plus de crédibilité de représenter le peuple Québécois !
    Mettons M. Michaud comme chef du parti Québec Solidaire ou Québec Renouveau avec le RIN et le RRQ et je vous garantie un Pays !
    Comme M. Menestrelem le disait « Regardez les effets de ce mensonge. Même si la motion de blâme se fondait sur du vide, nous pouvons clairement voir autour de nous, le doute s’infiltrer insidieusement dans l’inconscient des Québécois. Lorsque l’on connait le courage et le sens du service de Michaud, une telle injustice donne mal au cœur. C’est encore plus révulsant lorsque toute une députation se cache derrière l’argumentaire factice comme celui de "ne pas laisser le Parti libéral l’espace pour accuser le PQ d’ethnicité". P-I-T-O-Y-A-B-L-E »
    Je retiens ici dans son commentaire le mot VIDE !
    Écoutez, ça suffit comme ça !
    Mettons la clé dans ce parlement et ses viles PARLE-MENTERIES et prenons le contrôle de l’État.
    L’HEURE EST VENU !!!!!!!!!!!!!!

  • Gébé Tremblay, 14 décembre 2010 13h03

    @Menestrelem

    Pour ça, Desmarais et le lobby juif, c’est Dupont et Dupond.

    Les Sirois sont dans l’équipe Tarasofsky Marois.

    http://www.iperceptions.com/company/board-of-directors/

    Faut regarder les choses bien en face.

  • Gébé Tremblay, 14 décembre 2010 12h50

    M. Haché, prétendez-vous aussi que Joseph Facal et Pierre Curzi, ne sont pas plus connu que les trois-quarts des ministres libéraux ? Qui ne connaît pas Guy Bertrand ou Gérald Larose ?

    Yves Michaud est depuis longtemps à l’avant-scène médiatique et l’affaire qui porte son nom en fait une personne de notoriété publique. Vos trois-quarts de ministres du PLQ n’ont jamais eu l’attention que Michaud a depuis une semaine dans tous les médias !

    S’il y en avaient qui ne le connaissaient pas hier, ils le connaissent aujourd’hui !

    Au grand dam de ceux qui le voulaient oublié depuis 2000 !! :-)

  • Gilles Bousquet, 14 décembre 2010 12h40

    M. Haché, faudrait savoir si vous approuvez la motion de blâme du 14 décembre 2000 ou si vous la rejetez. Si vous pensez qu’elle a été une erreur qui a fait du tort injustement à M. Michaud, faut des excuses individuelles ou collectives et si vous pensez que ces députés avaient raison faudrait en écrire l’exacte raison. Si le PQ dort sur une telle injustice, est-ce qu’ils sont dignes de nous représenter ? Que ces députés fautifs expriment clairement leurs raisons de se taire ou qu’ils s’excusent. Ce n’est pas la pendaison ou la lune qui leur est demandé, juste une claire explication.

  • Menestrelem, 14 décembre 2010 12h36

    M. Hir,

    vous êtes celui qui m’avez ouvert les yeux sur l’écran de fumée qu’est la corruption de l’industrie de la construction pour cacher la corruption des bonzes de la finance québecoise et canadienne dans leur "coulage" de la Caisse de dépôt.

    L’affaire Michaud n’est pas très loin du magouillage de Desmarais pour couler le Québec. Michaud dans son attaque en règle contre le manque de transparence des banques et de Power Corp, devenait inmanquablement l’ennemi numéro 1 de l’establishment. Conséquence : Il fallait que Michaud passe au moulinet de l’opinion publique en devenant persona non grata, et la meilleure facon d’y parvenir, c’était de l’accuser soit de pédophilie (ou agresseur sexuel) ou d’antisémitisme. Rien de moins.

    Regardez les effets de ce mensonge. Même si la motion de blâme se fondait sur du vide, nous pouvons clairement voir autour de nous, le doute s’infiltrer insidieusement dans l’inconscient des Québecois. Lorsque l’on connait le courage et le sens du service de Michaud, une telle injustice donne mal au coeur. C’est encore plus révulsant lorsque toute une députation se cache derrière l’argumentaire factice comme celui de "ne pas laisser le Parti libéral l’espace pour accuser le PQ d’ethnicité". P-I-T-O-Y-A-B-L-E

    La journée du 14 décembre, doit devenir non pas la journée de la honte, mais la journée d’affirmation de la parole citoyenne. C’est plus positif et constructif. Le peuple n’a pas besoin de rappel de la honte mais davantage de la force qui l’habite.

    Merci de votre contribution.

  • Gébé Tremblay, 14 décembre 2010 12h32

    Tout porte à croire que Marois est dans le coup. Ou alors elle n’a rien vu venir, n’a pas vu qu’elle était manipulée.

    Chose certaine, elle est prise à la gorges par l’entreprise de son mari.

    Pour avoir accès aux clients des USA, Blanchet a fondé l’entreprise avec un des fondateurs du B’nai B’rith Québec, Jerry Tarasofsky. Sans ce "passe-partout", l’entreprise n’aurait pas d’avenir hors Québec. Surtout pas avec la chef du PQ !

    C’est la corde au cou de Marois.

    Une bonne part de l’establishment du PQ a sûrement été soudoyée à différents niveaux de la même manière. C’est une des spécialités de ce lobby.

    Mais le petit manège ne passe plus. Alors ils forment une droite dont le moteur sera son opposition à la gauche de Québec Solidaire. Leurs agents éclateront le PQ en allant se porter comme troupes "propres" au PLQ pour lui redonner crédibilité et vers le parti d’extrême droite pour "gauchiser" le PLQ.

    Soyez certains qu’ils sont infiltrés chez QS. Mais je doute fort que Khadir leur est soumis. Je crois que les nationalistes, indépendantistes, patriotes, les vrais du PQ, devont investir en MASSE Québec Solidaire et en faire notre nouveau parti derrière Amir Khadir.

    Il n’y a pas de temps à perdre. Il ne faut pas attendre que le PQ éclate. Les temps de "suivre" sont terminés. Il faut prendre l’initiative maintenant.

  • Marcel Haché, 14 décembre 2010 12h12

    Supposons que le P.Q. s’excuse en entier au cours d’une grande messe comme il en est capable.Faudrait-il rejeter hors du P.O. tous ceux-là qui ne se rallaieraient pas aux excuses officielles ? Il y en aurait. Faudrait-il sur le sujet une ligne de parti ?

    C’est sans compter les libéraux qui s’inviteraient à la messe.

    Cela équivaudrait à refaire le procès ET de Yves Michaud,ET du P.Q. et, évidemment, celui de Pauline Marois avec détour auprès de Lucien Bouchard.

    Franchement,cela ressemble de plus en plus à une swamp à ouaouarons.

    Les médias nous révèlent que les québécois ne connaissent pas 3 miniss libéraux sur 4.et vous seriez prêt à croire qu’ils connaissent Yves Michaud ? Come on !

    Les québécois ne connaissent pas Yves Michaud—j’entends l’électorat—mais ils connaissent le P.Q. et son inclinaison à se diviser et se chicaner.C’est au renforcement de ce préjugé défavorable que mène la cabale d’Yves Michaud.S’il ne le sait pas,il faut lui dire,ce n’est pas un imbécile.

    S’il persévère—cela en a tout l’air—c’est qu’il va au batte pour quelqu’un,et ce quelqu’un n’est assurément pas une quelqu’une...

  • Gébé Tremblay, 14 décembre 2010 11h25

    "Il faut être analphabète ou malhonnête pour refuser de comprendre que M. Michaud a reproché aux Juifs de n’avoir aucune empathie pour la souffrance des non-Juifs, des propos diffamatoires qui ne sont pas sans rappeler la misanthropie attribuée au peuple juif depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Voilà, « en substance », ce qu’a dit M. Michaud."

    David Ouellette - Directeur, recherche et nouveaux médias Comité Québec-Israel

    http://davidouellette.wordpress.com/

    David Ouellette c’est le gourou derrière la nouvelle droite au Québec. Vous verrez son site http://www.antagoniste.net/ affiché sur leurs sites et blogues.

    Israel a invité tous les partis racistes d’extrême droite récemment. Nos médias du Québec n’en disent pas un mot !

    http://www.rtbf.be/info/belgique/politique/filip-dewinter-en-tournee-anti-islam-en-israel-282970

    Ce n’est pas un hara-kiri du PQ, mais une "démolition contrôlée". Un 9/11 du PQ.

    Je ne doute pas une seconde que David Ouellette prend le thé régulièrement avec l’autre gourou sioniste extrémiste de droite des anglos, Howard Galganov, chez http://www.parkavenuegazette.com/QuebecEnglishDefence.htm

    Mon petit doigt me dit que Facal va retourner voir Legault.

  • robert barberis-gervais, 14 décembre 2010 10h40

    C’est bien vrai que Serge Ménard était à l’Assemblée nationale le 14 décembre 2000. Il n’a pas été mentionné dans l’énumération de Pierre Cloutier qui réclamait des excuses.Dans sa biographie sur le site de l’Assemblée nationale, on lit : "Ministre de la Sécurité publique dans le cabinet Bouchard puis Landry du 15 décembre 1998 au 30 janvier 2002. Ministre des Transports du 30 janvier 2002 au 29 avril 2003 et ministre de la Sécurité publique du 29 octobre 2002 au 29 avril 2003. Défait en 2003."

    J’ai vérifié pour voir s’il avait voté le 14 décembre. On voit : "M. Ménard, Laval-des-rapides".

    Voici le procès-verbal de l’Assemblée nationale du 14 décembre 2000.

    Motions sans préavis

    Le Président : Bien. Maintenant, la période de questions et des réponses orales étant terminée, nous allons passer aux motions sans préavis. M. le député de D’Arcy-McGee.

    Dénoncer les propos tenus par M. Yves Michaud
    à l’égard des communautés ethniques devant la
    Commission des états généraux sur la situation
    et l’avenir de la langue française au Québec

    M. Bergman : M. le Président, une motion sans préavis.

    « Que l’Assemblée nationale dénonce sans nuance, de façon claire et unanime, les propos inacceptables à l’égard des communautés ethniques et, en particulier, à l’égard de la communauté juive tenus par Yves Michaud à l’occasion des audiences des états généraux sur le français à Montréal le 13 décembre 2000. »

    Signé du député de D’Arcy-McGee et du député de Sainte-Marie―Saint-Jacques.

    Le Président : Bien. Est-ce qu’il y a consentement pour d’abord débattre de la motion ? Adopté sans débat ? M. le leader de l’opposition officielle.

    M. Paradis : Oui, sans débat, M. le Président, compte tenu que le texte parle par lui-même et qu’il est présenté par des parlementaires de part et d’autre de l’Assemblée nationale. Maintenant, compte tenu des circonstances, il y aurait lieu de procéder par un vote par appel nominal.

    Mise aux voix

    Le Président : Bien. Alors, je constate que les whips sont assis. Nous allons immédiatement procéder au vote sur cette motion.

    Alors, que les députés en faveur de cette motion veuillent bien se lever.

    Le Secrétaire adjoint : M. Charest (Sherbrooke), M. Paradis (Brome-Missisquoi), Mme Bélanger (Mégantic-Compton), M. Middlemiss (Pontiac), M. Bissonnet (Jeanne-Mance), M. Vallières (Richmond), M. Maciocia (Viger), M. Gobé (LaFontaine), M. Benoit (Orford), M. Laporte (Outremont), M. Bergman (D’Arcy-McGee), M. Williams (Nelligan), Mme Delisle (Jean-Talon), M. Gauvin (Montmagny-L’Islet), M. Brodeur (Shefford), M. Béchard (Kamouraska-Témiscouata), Mme Houda-Pepin (La Pinière), M. Gautrin (Verdun), Mme Lamquin-Éthier (Bourassa), M. Mulcair (Chomedey), M. Fournier (Châteauguay), Mme Loiselle (Saint-Henri―Sainte-Anne), M. Sirros (Laurier-Dorion), M. Bordeleau (Acadie), M. Marsan (Robert-Baldwin), M. Chenail (Beauharnois-Huntingdon), M. Lafrenière (Gatineau), M. Poulin (Beauce-Nord), M. Pelletier (Chapleau), M. Ouimet (Marquette), Mme Beauchamp (Sauvé), Mme Jérôme-Forget (Marguerite-Bourgeoys), M. Dupuis (Saint-Laurent), Mme Leblanc (Beauce-Sud), M. Kelley (Jacques-Cartier), Mme Normandeau (Bonaventure), M. Copeman (Notre-Dame-de-Grâce), M. Whissell (Argenteuil), M. Cholette (Hull), M. Marcoux (Vaudreuil), M. Lamoureux (Anjou).

    M. Bouchard (Jonquière), M. Brassard (Lac-Saint-Jean), M. Landry (Verchères), M. Legault (Rousseau), Mme Harel (Hochelaga-Maisonneuve), Mme Lemieux (Bourget), M. Brouillet (Chauveau), M. Léonard (Labelle), Mme Marois (Taillon), M. Trudel (Rouyn-Noranda―Témiscamingue), Mme Maltais (Taschereau), M. Arseneau (Îles-de-la-Madeleine), M. Cliche (Vimont), M. Jolivet (Laviolette), M. Ménard (Laval-des-Rapides), M. Bégin (Louis-Hébert), M. Simard (Richelieu), Mme Dionne-Marsolais (Rosemont), M. Julien (Trois-Rivières), Mme Léger (Pointe-aux-Trembles), M. Baril (Berthier), Mme Beaudoin (Chambly), M. Boisclair (Gouin), Mme Caron (Terrebonne), M. Facal (Fabre), Mme Goupil (Lévis), M. Chevrette (Joliette), M. Baril (Arthabaska), M. Pinard (Saint-Maurice), Mme Carrier-Perreault (Chutes-de-la-Chaudière), M. Rioux (Matane), M. Bertrand (Charlevoix), M. Lachance (Bellechasse), Mme Vermette (Marie-Victorin), M. Gendron (Abitibi-Ouest), M. Boulerice (Sainte-Marie―Saint-Jacques), M. Payne (Vachon), M. Létourneau (Ungava), M. Beaumier (Champlain), Mme Charest (Rimouski), Mme Robert (Deux-Montagnes), M. Geoffrion (La Prairie), M. Laprise (Roberval), M. Beaulne (Marguerite-D’Youville), M. Jutras (Drummond), Mme Leduc (Mille-Îles), M. Pelletier (Abitibi-Est), M. Kieffer (Groulx), Mme Doyer (Matapédia), M. Lelièvre (Gaspé), M. Gagnon (Saguenay), M. Côté (La Peltrie), Mme Barbeau (Vanier), M. Dion (Saint-Hyacinthe), M. Morin (Nicolet-Yamaska), M. Simard (Montmorency), M. Cousineau (Bertrand), Mme Blanchet (Crémazie), M. Paquin (Saint-Jean), M. Désilets (Maskinongé), M. Duguay (Duplessis), M. Bédard (Chicoutimi), M. Côté (Dubuc), M. Bergeron (Iberville), M. Boulianne (Frontenac), M. Labbé (Masson).

    M. Dumont (Rivière-du-Loup).

    Le Président : Est-ce qu’il y a des députés contre cette motion ? Y a-t-il des abstentions ?

    M. Paradis : Oui, M. le Président, est-ce qu’il y aurait consentement à ce que le député de Limoilou puisse se joindre à nous pour voter ?

    Le Président : Alors, il y a consentement.

    Le Secrétaire adjoint : M. Després (Limoilou).

    Le Secrétaire : Pour : 109

    Contre : 0

    Abstentions : 0

    Le Président : Alors, la motion du député de D’Arcy-McGee et du député de Sainte-Marie―Saint-Jacques est adoptée à l’unanimité.

    Robert Barberis-Gervais, Vieux-Longueuil, 14 décembre 2010, jour anniversaire de la condamnation "sans nuance" d’Yves Michaud sans l’avoir entendu.

  • Gilles Bousquet, 14 décembre 2010 10h38

    C’est simple, les députés coupables de l’affaire, qui ne se sont pas encore excusés, s’en sentent innocents, incapables de se tromper. Des infaillibles qui n’ont donc pas besoin de s’excuser vu que l’insulté, selon eux, est coupable de s’être aventuré en terrain glissant, selon M. Landry, quand il s’est dit regretter l’affaire. Faut dire que les terrains juifs sont assez glissants, généralement, principalement en Palestine.

    La raison numéro 2 est la peur que les excuses enragent M. Bouchard en le plaçant automatiquement dans son tort pour avoir été le grand responsable de la salle affaire en donnant raison à des adeptes de la religion de son épouse du temps.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Affaire Michaud 2000-2011

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 825$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$
  • 16/08 François-Luc Valiquette: 5$
  • 16/08 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités