«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

« Odieux ! »

Le PQ diabolisé et « Mélenchonisé »

Québec solidaire a fait davantage que rejeter la proposition de convergence du PQ le week-end dernier. Le parti de gauche a surtout admonesté les péquistes, leur a infligé un jugement public aussi humiliant qu’exagéré.

Le mot juste : les gens de QS ont diabolisé le Parti québécois lors de leur congrès. Ils ont profité de la tribune que le PQ lui-même leur offrait en les invitant à la convergence pour dépeindre le PQ comme un parti dangereux, raciste, retors et sans principes.

On aura beau être sévère envers les partis politiques et les trouver opportunistes à certaines heures, ce portrait du Parti québécois et de ses militants est injuste, voire odieux. Si Philippe Couillard et les libéraux avaient tenu de tels propos, ils auraient été conspués par l’intelligentsia québécoise.

On semble pardonner tout à la gauche radicale au nom du fait qu’ils seraient des « purs aux nobles intentions ». Un double standard qui ne tient pas la route en démocratie. Un double standard que Québec solidaire n’a rien fait pour mériter durant son congrès.

Calcul stratégique

L’attitude qui prévaut chez Québec solidaire n’est pas dépourvue d’un calcul électoral. Ils ont notamment en tête les résultats du premier tour de l’élection présidentielle française. Qu’est-ce qui est arrivé là-bas ? L’extrême gauche de Jean-Luc Mélenchon a frôlé les 20 % et a donc déclassé le Parti socialiste, le parti qu’on pourrait comparer au PQ. Les socialistes ont presque disparu à 6 %.

Québec solidaire croit pouvoir refaire le même coup au PQ. Mélenchoniser le PQ ! Leur calcul n’est pas dépourvu de fondement. Le risque de désintégration du PQ est bien réel.

Depuis 1998, le PQ se trouve sur une pente descendante, tout comme sa raison d’être, la souveraineté. On parle d’une tendance lourde. La débandade des socialistes français constitue un dur rappel que ces années-ci, un grand parti peut se liquéfier en un rien de temps.

Malgré tout, gardons les pieds sur terre. Le PQ a des ressources et de l’expérience. Plusieurs députés bénéficient d’un soutien très solide dans des circonscriptions en région qui ont tendance à être fidèles.

Rien d’acquis pour QS

Québec solidaire demeure un parti essentiellement montréalais et avec une crédibilité très limitée sur les questions économiques. Avant de penser que Québec solidaire pourrait coiffer le PQ, restons calmes.

Le contraire pourrait aussi survenir. Il reste bien du temps avant les élections. QS pourrait connaître une très belle montée dans les six prochains mois, faire des erreurs sous la pression, puis retomber à pic avant le scrutin.

Chose certaine, la dernière semaine nous a montré que Québec solidaire faisait du calcul électoral tout comme les autres partis. L’image vertueuse et non partisane que Françoise David avait fort habilement réussi à monter en a pris pour son rhume. Nous savons aussi que ce parti est prêt à jouer dur et bas pour gagner.

Et j’espère que tous ont compris que Québec solidaire n’est pas un parti souverainiste, point.

 


Suggérer cet article par courriel
Québec solidaire (sic)
Lorsque les masques tombent...

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités