«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La langue, toujours la Langue...

Le Bredouillage comme acte de Liberté

Digression depuis un mot à une maman remuée

Tribune libre de Vigile
lundi 15 mai
247 visites 3 messages

- 

Bonjour dame Denise,

  • « Y’en a qui ont le coeur si large qu’on y entre sans frapper. »
  • Le grand Jacques, Les coeurs tendres [1967]

- 

—> Un moment d’attendrissement
Billet du 13 mai 2017, Journal de Montréal / de Québec

- 

Vous avez ému une « vieille âme », madame.
Et elle vous en remercie.

Cela dit, et puisque j’y suis (France… Belgique... Suisse et Québec : même combat en l’occasion), permettez que je vous aiguille vers un court commentaire qui rejoindra en l’espèce, madame, nos préoccupations communes : www.bvoltaire.fr/lorthographe-cle-succes-etudes/

Quand les facultés d’Éducation, en effet, forment des diplômés incultes et analphabètes (et ce, depuis au moins trente ans), le Système tout entier pédale alors, et allègrement encore, et en toute bonne conscience au surplus, dans la semoule de la médiocrité ainsi reconduite / reproduite mécaniquement, systématiquement, obstinément.

Ainsi nos sociétés actuelles, le Québec au tout premier chef, engendrent et perpétuent en boucle la déficience intellectuelle généralisée — résultat obligé d’une pensée handicapée par une langue rachitique et déglinguée jusqu’à l’inintelligible. Une langue sérieusement blessée. Peut-être même mortellement, d’ores et déjà. Une langue outragée, très certainement. Pour dire le moins.

Une langue-sabir qui par définition éradique le génie et assomme l’intelligence.

Et ce, quoi qu’en pensent (...?) les Marc Cassivi, les Patrick-André Mather et autres Anne-Marie Beaudoin-Bégin de ce monde.

Comme si — ô dérisoire coup d’épée dans les chimères chez qui prétend transgresser joyeusement ce qu’il méconnaît avec superbe — on pouvait s’affranchir de ce que notre ignorance empressée, satisfaite et volontaire nous a, au préalable, formellement interdit de connaître. Ah ! le génie du cri, de l’ânonnement, du marmonnement, du baragouin, de la convulsion et de l’onomatopée : « Crachouille-le sur le mur, on va le lire ! », disait l’un de mes frères, naguère. Vive le babillage de l’infante, son « p’tit pot » sous le bras. L’Aufhebung en absence de toute négativité, ou effort, s’esclafferait, en sanglots, l’ami Hegel…

Hallucinant, absolument hallucinant, messieurs/dame. Dont le même unique sophisme amphigouré (le saint bredouillage comme acte de saine liberté) fait à chaque fois - angélisme, aveuglement volontaire et pensée magique à la clé, y compris entre les lignes, de poudre, aux yeux - office d’argumentaire.

Déficience intellectuelle tout azimut, donc. Désormais entendue comme référence… d’originalité, sinon de compétence. Et de liberté ! Pour peu bien sûr qu’elle acceptât au passage de se voir fortement anglaisée (autre flanc, comme on sait, celui de l’englissement, offert résolument à la mise à mort tranquille sinon réclamée - par « ouverture d’esprit » - des peuples et des communautés d’expression française).

La boucle, dis-je. Qui tue. Par asphyxie. L’espoir, l’intelligence, l’avenir. Comme si, enfin, les « helpers » de la France micron de M(iste)r Macron pouvaient, soudain champions de la chromométrie, inoculer en ces ténèbres autre chose qu’une énième nuance de gris. Mais je m’égare, me soufflent à l’instant à l’oreille mes regrettés maîtres de Mégare.

Non, certes. Ce n’est pas Brel (bouclons, ce disant, une autre forme de boucle) qui aujourd’hui se plaindrait d’être parti trop tôt. J’en suis persuadé. Ou quasi. Face au vide abyssal et vertigineux de l’obscurité partout envahissante de notre temps (l’incapacité à dire - et ce n’est point là vaseuse théorie, snobisme élitiste moins encore - conduit de fait, et inexorablement, à la ténèbre d’un monde pour le coup devenu inintelligible), et ce, voire surtout, jusqu’au sommet même de l’État, il y a de ces trépas (« libres » ou contraints, peu importe en dernière analyse) qui sonnent et résonnent - prodromes aux fins de civilisation - comme de véritables libérations.

C’est tout en pastel et en poésie, en gémissements contenus aussi, ô langueurs monotones, que les coeurs tendres vous en passent un papier. Vélin.

Jean-Luc Gouin
depuis Stadaconé, à l’occasion de ce 14 de mai, Jour anniversaire, madame, de votre statut - sinon statue - de maman

cc : à une amie française des « vieux pays » (plus jeunes d’esprit d’ailleurs, bien souvent et à bien des égards, que le soi-disant « nouveau monde » : Qui a peu de racines, je pense, ne connaît point les ivresses des cimes)

Commentaires

  • ouhgo St-Pierre, 16 mai 10h57

    Vous avez bien raison, grand locuteur, il faut s’entraider à vulgariser cette langue qui s’est simplifiée, à travers son atrophie continue.

    Ainsi, "... pareille confusion dans la sémantique apparaît... tout à fait improbable. Même chez un locuteur peu soigneux de son verbe."
    ...puisque la "confusion" en question risque d’atteindre davantage le récepteur que l’émetteur... au lieu de dire un locuteur peu soigneux de son verbe...ne conviendrait-il pas plutôt d’en prévenir le "lecteur, ou auditeur distrait ?"

    Toujours en questionnement confraternel.

  • Jean-Luc Gouin, 15 mai 17h57

    Bonjour M. Ouhgo,

    Cordonnier mal chaussé...

    Mais pas cette fois.

    J’imagine aisément Hegel « étranglé » simultanément par ces deux états combinés : la dérision et la douleur. Formulation, donc, ici sciemment retenue. Au reste, pareille confusion dans la sémantique apparaît d’office, si je puis dire, tout à fait improbable. Même chez un locuteur peu soigneux de son verbe.

    Quant à notre Azimut/s, la règle reste largement discutée. D’ailleurs, je pivote fréquemment d’une forme à l’autre (le singulier et/ou le pluriel). Selon l’humeur du moment.

    Belle tentative, toutefois, cher ami.

    Car il faut bien s’entraider avec cette langue hautement capricieuse.

    Et récalcitrante comme femme profondément aimée.

    JLG

  • ouhgo St-Pierre, 15 mai 15h03

    M. (et non Mr) Gouin,

    Pareil exercice littéraire attire l’attention : dans tant de belle écriture, le monsieur évite-t-il les pièges de notre belle langue maternelle ?

    Deux questions donc :

    - Faites-vous un effet volontaire de voir Hegel s’esclaffer (proprement pouffer de rire) en sanglots ?...

    - Vous échappe-t-il, comme à plusieurs, qu’il faut écrire : Tous azimuts...?

    Simple jeu, entre survivants...

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 740$  15%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 26/05 Jacques Bélanger : 50$
  • 24/05 Françoise Simard: 25$
  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités