«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les complots, Chomsky et la moisissure américaine

Laissez-nous tranquilles avec le 11 sept

Tribune libre de Vigile
mercredi 5 mai 2010
705 visites 15 messages

Lorsque l’on a demandé à Noam Chomsky ce qu’il croyait concernant le 11 septembre, il a invité ses interlocuteurs à garder le cap et à continuer à se concentrer sur les vrais problèmes.

Chomsky et les autres intellectuels américains qui tentent d’éveiller la consciences de leur concitoyens par rapport aux politiques impérialistes de leur pays n’adhèrent généralement pas aux thèses de complot.

Ils se basent sur un fait fondamental mais pas nécessairement évident, à savoir que l’ensemble du système politique et économique américain forme un tout extrêmement complexe au sein duquel un quantité astronomique d’informations circulent.

Ainsi, par exemple, puisque l’on connait une bonne partie de la provenance de l’argent qui garnit les caisses électorales des candidats des 2 partis, on peut presque à l’avance prédire la manière avec laquelle ces derniers vont voter lorsqu’un projet de loi risquant de léser les intérêts économiques de leurs supporters apparait sur le menu législatif.

En d’autres mots, à peu près tous les aspects des différentes pathologies et dysfonctionnements qui affectent la gouvernance de notre voisin du sud peuvent être solidement documentés. Les mécréants n’ont pas besoin de fomenter des complots au coeur de la nuit du secret car la moisissure qui vient corrompre la démocratie américaine s’étale au grand jour sans qu’on vienne l’inquiéter.

C’est donc un des grands paradoxes de ce pays. Parce que l’information y circule davantage qu’au sein des autres démocraties, il peut être considéré comme étant plus démocratique. Mais puisque la majeure partie de la population se désintéresse de la politique et n’a pas tendance à verser dans la militance pour protéger ses droits, les États-Unis peuvent aussi être considérés comme un pays dont la démocratie est sérieusement malade.

Un exemple étonnant de l’impact de cette dépolitisation généralisée. Bush fils avait nommé une personne afin qu’elle s’occupe de tout le dossier du financement des "faith-based initiatives". Si on s’en souvient, c’était le voeu de Bush de "privatiser" l’assistance sociale et de verser des fonds publics aux agences caritatives religieuses afin qu’elles s’occupent des pauvres.

Or, la personne en question a fini par démissionner car elle s’est rapidement rendue compte que cette politique n’était qu’une manoeuvre électorale de surface qui ne visait qu’à rallier les suffrages de la droite chrétienne.

Il a donc démissionné et il a écrit un livre dénonçant le fait que la droite chrétienne s’était fait royalement avoir par Bush et que ce dernier n’avait qu’une intention : faire tout ce qu’il pouvait pour assurer sa ré-election et continuer à travailler pour ceux qui étaient vraiment responsables de sa présence à la Maison-Blanche, soient les grands intérêts économiques.

Tous les éléments de ce dossier ont été discutés, analysés par toutes sortes de médias. Il est clair pour tout le monde maintenant que le vernis religieux du programme politique de Bush n’était qu’une stratégie visant à s’assurer du vote des évangéliques de droite.

Est-ce que les évangéliques de droite ont compris ce qui s’est passé ? Pas vraiment. Comme la plupart de leurs concitoyens, ils ont tendance à être peu informés. Ils ont aussi une vision manichéenne des choses et ce manque de sophistication dans leur capacité d’analyse fait en sorte qu’ils sont encore à la merci des manoeuvres électoralistes des républicains.

Donc, tout finit par se savoir aux États-Unis mais cela n’a, en général, que peu d’effet sur le cours des choses parce que la population n’est pas assez impliquée dans le fonctionnement de son système politique ou elle adhère à une vision des choses trop simplistes pour saisir les enjeux.

Commentaires

  • francois taylor, 9 mai 2010 00h36

    Une première remarque à monsieur Jean-francois le québécois :

    vous parlez du fait que monsieur Chomsky est juif en émettant la supposition que cela l’empêcherait d’avoir un regard objectif sur les évènements entourant le 11 septembre. Est-ce à dire que je dois disqualifier les propos de tout québécois sur la crise actuelle qui secoue le Vatican parce qu’ils sont à peu près tous d’origine catholique ?

    Réfléchissez à votre propos : ne seriez-vous pas d’accord avec moi pour dire qu’il semble révéler une conception de l’identité religieuse juive qui fait de cette dernière une identité religieuse d’un caractère vraiment très particulier, voire unique puisque, toujours se basant sur ce que je crois que vous tentez de dire, aucun juif ne serait en mesure de débattre de la politique étrangère de son pays de manière objective lorsque cette dernière concerne Israël de près ou de loin.

    Je pense que vous seriez d’accord avec moi pour dire que, jusqu’à preuve du contraire, il serait plutôt préférable de choisir de croire en la bonne foi, l’objectivité et la rigueur de ceux et celles qui interviennent sur la place publique, qu’ils soient cathos, juifs ou musulmans.

    Chomsky, quant à lui, tout au long de sa vie, a su démontrer de manière éclatante le caractère a la fois moral et objectif de son engagement en tant qu’intellectuel de gauche.

    Vous devez savoir que "le monsieur" a commencé à sévir au cours des années 60. Cherchez sur Youtube les vidéos d’une discussion qu’il a eu avec Buckley à la TV au cours de laquelle il dénonce l’impérialisme de son pays. Une pièce d’anthologie car de manière froide, chirurgicale, il démolit morceau par morceau les justifications que son hôte avançait pour démontrer que les USA devaient faire la guerre au Vietnam. Tout un bonhomme.

    Tant mieux pour les juifs s’il est juif. Ils peuvent se dire "l’honneur rejaillit sur nous tous" selon la formule vieillotte.

    Mais le fait qu’il est juif n’a absolument rien à voir avec la question que je soulève. Chomsky est tout simplement le représentant le mieux connu de ces grands intellectuels de gauche qui ont toujours dénoncer avec la dernière énergie les politiques impérialistes de leur gouvernement.

    Je terminerai en disant ceci : quand je veux comprendre la physique quantique, je vais voir les physiciens quantique et j’accepte ce qu’ils disent, en tant que communauté de chercheurs qui a plus ou moins délimité le champ de ce qui est plausible.

    Science et vie a fait paraitre un dossier à l’automne sur une thèse cosmologique marginale. C’était intéressant de lire les avis des physiciens qui n’étaient pas partisans de cette thèse. Ils ont dit :"ont est loin d’être convaincu mais elle est à l’intérieur de ce que l’on peut considérer comme plausible..."

    Quand je veux en apprendre sur la pharmacologie, je fais de même.

    Quand je veux comprendre comment va le monde (j’entends ici les grands systèmes politiques, économiques et sociaux), je tente de me colleter avec la communauté de ceux et celles qui en ont fait leur métier de déchiffrer le fonctionnement de ces grands ensembles.

    Le savoir se construit au sein de différentes communautés scientifiques qui, chacune en fonction des spécificités du domaine qu’elle étudie, élabore des méthodes et des critères pour comprendre la réalité.

    Comme la très grande majorité des intervenants sur le site de Vigile, je ne connais que très peu de choses sur le système politique américain. Mais je sais ceci : c’est que le cercle de plausibilité des politologues de gauche (ceux qui seraient donc les plus enclins à être extrêmement soupçonneux à l’égard de l’ancienne administration Bush) est tracé de telle sorte que la thèse du complot en est exclue.

    Si vous continuez à y souscrire malgré tout, dites vous certains n’hésiterons pa à vous ranger dans le même camp que les créationnistes : des gens qui, pour des raisons particulières, avez renoncer à vous appuyer sur la plus incroyable contribution que l’Occident a donné au monde, à savoir : la science.

    Un autre exemple pour aiguillonner ceux qui se sont laissé tenter par la thèse du complet de manière à les encourager à retourner au sein de la vaste agora de ceux et celles qui préfèrent s’en tenir au travail des différentes communautés de chercheurs.

    Un jour j’ai rencontré un anglo-canadien convaincu que le séparatisme québécois était un phénomène téléguidé depuis la France. Mon ami ! il avait toutes sortes d’indices très intéressants. Le seul problème : une profonde ignorance du sujet.

    Comme la très grande majorité des intervenants sur le site de Vigile, je ne connais que très peu de choses sur le système politique américain. Mais je sais ceci : c’est que le cercle de plausibilité des politologues de gauche (ceux qui seraient donc les plus enclins à être extrêmement soupçonneux à l’égard de l’ancienne administration Bush) est tracé de telle sorte que la thèse du complot en est exclue.

  • Ivan Parent, 7 mai 2010 10h26

    M. Jacques Noël,

    Au risque de passer pour un complotiste, le rapport officiel du 11 septembre est un ignoble, scandaleux montage pour pousser le peuple américain à accepter la guerre en Iraq. Il y a une constante dans certaines catastrophes à la veille de conflits. Les guerres sont payantes pour les banquiers, elles sont nécessaires à leur mainmise sur les états (dettes), sur l’accroissement spectaculaire de leur fortune et à ce stade, la vie humaine est bien secondaire. Vous croyez que je fabule ?

    Le 7 mai 1915, un bateau ultra moderne pour l’époque, le Lusitania est, dit-on coulé par une torpille de faible puissance tirée par un sous-marin allemand. 1,275 personnes périssent dans ce naufrage. Chose étrange toutefois : ce bateau était conçu pour ne pas couler, avec des cloisons étanches. Certains rescapés parlent d’une seconde explosion, beaucoup plus puissante que celle de la torpille, (ça ne vous rappelle pas quelque chose ?) et qui a fait couler le bateau dans environ 16 à 18 minutes. Le président Woodrow Wilson exige réparation de l’Allemagne et finalement les États-Unis entrent en guerre. Que faisait ce navire plein de passagers civils dans une zone de guerre européenne ? Certaines sources avancent le chiffre de plus de 2,000 passagers dans ce navire. Scandalisés, les citoyens américains ont accepté d’envoyer leurs fils à la guerre. (ça ne vous rappelle pas quelque chose ?)

    Pearl Harbor, ça vous dit quelque chose aussi ? Il est connu maintenant que les hautes autorités américaines savaient qu’il y aurait une attaque japonaise. À l’époque, le peuple américain ne voulait pas s’impliquer dans cette guerre. Les plus hauts responsables sont rappellés à Washington et environ 2,500 militaires et civils périssent dans cette attaque. (ça ne vous rappelle pas quelque chose ?)

    Au nord Viêt-Nam, entre le 2 et le 4 août 1964, deux destroyers américains sont attaqués par les nord Viêtnamiens. Ces "incidents" ont donc fourni au président Johnson, le prétexte pour faire voter le texte de la Résolution par le Congrès américain, qui lui donne enfin carte blanche pour mener l’escalade militaire au Viêt Nam. Le peuple américain ne voulait pas de cette guerre. Elle a coûté environ 55,000 soldats américains et a fait du côté viêtnamien environ 5,000,000 de morts plus des millions de blessés. C’est bizarre on ne parle pas de la Shoah dans leur cas. C’est payant une guerre. Au Québec, ici même, nous avons fait une fortune à fabriquer des moteurs d’avions et d’hélicoptères ainsi que beaucoup d’armements et de munitions.

    Personne ne voulait aller au casse-pipe en Iraq. Le peuple américain naïf et mal informé ne voulait pas participer à ça. Le 11 septembre a été l’élément déclencheur et en plus, l’Iraq a du pétrole, un plus impoortant !

    La crasse innommable de ces banquiers internationaux n’en ont rien à f…faire de quelques vies humaines perdues si c’est payant. Aucune preuve réelle n’implique Ben Laden dans ce massacre. N’oublions pas que ce personnage était l’ami des Bush. Des impossibilités techniques, des incohérences majeures truffent ce rapport officiel et il y a encore des personnes qui persistent à croire ces inepties ? La version officielle n’est PAS possible, cela a été démontré de diverses façons par des personnes sérieuses et indépendantes. M. Noël, SVP, informez-vous avant de gober les âneries officielles.

    Ivan Parent

  • Sylvain Racine, 6 mai 2010 18h45

    Merci M. Noel, je vais regarder ça..

    Pour le moment, mes connaissances de l’entre deux guerres et de la Deuxième guerre mondiale me proviennent de lectures générales, d’un cours sur la propagande nazi à l’Université Laval et d’un cours sur la monté du fasciste en Italie jusqu’à la fin de la guerre en 1945.

    Je m’étais particulièrement penché sur la perception de ces régimes dans la population, de ce que l’on en disait dans cette dite population, mais aussi chez les intellectuels, journalistes...

    Plusieurs professeurs d’université durent quitter leur pays, de "force", d’autres se sont eux-mêmes exilés, il y a eu des journaux "alternatifs" qui dénonçaient l’eugénisme et éventuellement les exterminations, etc. Ce n’était pas tout blanc et tout noir. Le citoyen moyen aujourd’hui croit que tout ce qui s’est déroulé était 100% secret et qu personne avant 1945 avait entendu parler d’eugénisme et des camps de concentration. On en parlait depuis au moins 1930.

    Pour faire un résumé rapidement, à cette époque, malgré un accès restreint à l’information, beaucoup de gens refusaient de croire que l’idéologie eugéniste avait débuté à se transposer dans la réalité. En fait, beaucoup de gens acceptaient cette idéologie. Ce fut une idéologie facile à faire accepter dans la populace. C’est la principale raison, aujourd’hui, que le débat sur l’euthanasie ou encore la fin d’un traitement, comme débrancher un malade qui est sur un respirateur, est aussi important. Car la question derrière ce débat est "où s’arrête-t-on ?"

    Concernant les révisionnistes, je suis ouvert à les lire. Par contre, ce que je sais, je crois, c’est que l’idée d’exterminer des gens prenait racine dans, oui, l’idée d’une race "supérieure", mais avant tout, d’une population en santé. On avait commencé par exterminer les gens très malades, les handicapés, les déficients mentaux, etc... et c’est par la suite que ça a littéralement dérapé. Il y avait une crise économique majeure, comme vous le savez sûrement, et de transformer l’eugénisme en idée de race aryrienne supérieure venait régler le problème de la crise économique : les Juifs sont venus joindre les handicapés, les malades et les arriérés mentaux simplement parce que c’étaient eux qui avaient une certaine mainmise sur les grande banques ainsi que beaucoup d’entreprises. Bon, c’est ce que j’ai appris et lu. Mais j’ai peut-être tout faux ! Chose certaine, sans avoir lu les révisionnistes, ma position est que ce ne sont pas juste des juifs qui se sont retrouvés dans des camps de concentration, mais c’est seulement d’eux que l’on parle aujourd’hui. Pourquoi ? Je ne sais trop.

    Et mon opinion, ce que je crois, mais non de façon absolue, c’est que si il y avait eu des millions d’Arabes et de noirs avec beaucoup de richesse, eux-aussi ils auraient finis dans les camps de concentration, entre 1939 et 1945, qu’ils eurent été en santé, sain d’esprit ou non.

    Qu’en pensez-vous ?

    Du reste, je vais éventuellement lire les textes révisionnistes et pouvoir me faire une idée, confirmer mes connaissances, les soumettre à une remise en question les comparer, etc.

    Le doute, toujours le doute. Chose certaine, le 11 septembre 2001 a présentement un impact sur nos vies, présentement. Le monde se transforme en tyrannie.

    Si les gens refusent de chercher la vérité sur le 11 septembre 2001, soyez certains, la tyrannie, un néo-fascisme, le retour de l’eugénisme est à nos portes.

  • Jacques Noel, 6 mai 2010 16h23

    Ca vous prendrait un cours accéléré sur la Deuxième guerre mondiale

    Si vous avez le weekend devant vous, je vous conseille les archives Faurisson. Choc culturel garantie

    http://www.vho.org/aaargh/fran/archFaur/archFaur.html

  • Jean-François-le-Québecois, 6 mai 2010 12h45

    @ Jacques Noel :

    3000 morts juste pour avoir un prétexte (et plutôt incohérent) pour aller mettre ensuite la main sur d’importantes réserves de pétrole, non. Surtout que Saddam, n’avait rien à voir avec les dits attentats.

    Mais il semble que Bush fiston, n’ait pas pris toutes ses responsabilités, quand Condoleeza Rice lui disait, de façon répétée, avant les événements, qu’une menace existait et que quelque chose se tramait...

    Et si le Mossad savait certaines choses que Mme Rice ignorait, mais qu’ils aient décidé de ne pas partager leurs informations, parce que cela faisait leur affaire, pour ainsi dire, que l’Irak soit envahi ?

    Je crois qu’il s’est passé pas mal plus de choses, que ce qui nous a été révélé dans les médias contrôlés... Surtoutq que rendus à ces niveaux-là, même GESCA et Mononcle Paul, ne sont plus du tout des joueurs si importants...

  • Sylvain Racine, 6 mai 2010 12h26

    Pour ceux qui se disent "comment ces gens ont-ils pu tuer plus de 3000 personnes des leurs et qu’aujourd’hui encore on n’en sais pas plus ?"

    Je répond, comment a-t-on tué des centaines de milliers de personnes entre 1938 et 1941 en Allemagne et en Plogne sans que personne ne s’en rende compte ? Il y avait des camps en Pologne et en Allemage où on tuait des gens quotidiennement, et les voisins ne le savaient pas.

    Il y a plusieurs théories, versions sur le 11 septembre, et pour moi c’est la version officielle qui fait le moins de sens d’un point de vue rationnel, et ce, après 5 ans d’analyse et de lectures.

    Se fermer les yeux sur toutes les questions sans réponses et ridiculiser les gens qui doutent, c’est faire la même chose que des milliers de personnes tout au long des années 1930 qui refusèrent de croire aux théories de conspirations. En 1945, ces théories de conspiration en n’étaient plus. Hitler était fou, les camps d’extermination étaient réels.

    Pour ceux qui ne peuvent pas croire que des gens de l’élite, que ce soit du milieu politique, financier ou encore de l’armée aient pu conspirer pour participer, aider ou organiser les attentats du 11 septembre 2001, je me demande si vous saviez combien de gens sont morts sous Pinochet, sous Franco, sous Trotsky ? Je crois que votre problème est que vous voyez le monde en deux : les bons Américains et les méchants communistes et les méchants arabes.

    En fait, le monde est loin d’être parfait. Nous ne sommes pas plus avancés que l’on ne l’était avant le Siècle des lumières.

    Les escrocs, la corruption, les pots de vin, les conspiration, ça existe encore.

    Regardez seulement votre gouvernement au Québec. Ce n’est que ça !

  • Gébé Tremblay, 6 mai 2010 11h05

    Oui, c’est étonnant que tant de gens refusent de croire que Ben Laden (ce Jocker insaisissable) a préparé ce projet diabolique hyper-sophistiqué dans sa caverne secrette. :-)

    Même après 60 ans de culture mondiale hollywoodienne ! :-)

    Zont la couènne dure les goys !

  • Marcel Haché, 6 mai 2010 08h45

    Les démocraties ne sont pas toujours si différentes des dictatures.

    Que faisaient les troupes d’occupation allemandes, lors de la dernière guerre mondiale ? Lorsqu’elles subissaient des attentats des différentes « résistances » locales, partout en Europe, qu’elles associaient à des actes « terroristes », elles enclenchaient des représailles particulièrement cruelles envers les populations civiles du coin.

    L’invasion américaine de l’Irak procède de la même méthode : à tous les états qui seraient tentés de couver et de s’offrir en sanctuaire aux terroristes, un très sérieux avertissement leur a été lancé par le président Bush (mais peu importe le président) : voyez ce qui est arrivé à Sadam. Et voyez ce qui arrive encore à l’Irak. Les U.S.A. sont capables de mettre à sac votre régime, et votre pays à feu et à sang.
    Je ne crois pas à la théorie du complot du 9.11.

    Il me semble que la guerre en Irak porte un « message » qui a été entendu 10-4 par de nombreux états-voyous.

  • Jacques Noel, 5 mai 2010 19h25

    Je suis vraiment renversé, pour ne pas dire attéré de voir le nombre de Vigiliens qui croient à la théorie du complot du 11 septembre !

    3000 morts comme ça, en plein coeur de NY, juste pour pouvoir aller chercher le pétrole en Iraq !!

    L’invasion a eu lieu un an après lorsque Bush a réalisé qu’il ne pouvait mettre la main sur Ben Laden, LE responsable du 11 septembre (il s’en vante dans une cassette qu’on a retrouvée dans une grotte en Afghanistan)

  • Jean-François-le-Québécois, 5 mai 2010 16h57

    @ François Taylor :

    Il est vrai qu’il y aurait sans doute un colossal travail de rééducation à faire, pour amener l’Américain moyen à voir les choses différemment. Notamment, à se demander pourquoi il soutient un système où un peu moins de 10% de la population totale, possède les ressources de toutes sortes ; argent, terrains, immeubles, moyens de production, etc, etc...

    Mais en ce qui concerne l’illustre Noam Chomsky, vous dites :

    « Lorsque l’on a demandé à Noam Chomsky ce qu’il croyait concernant le 11 septembre, il a invité ses interlocuteurs à garder le cap et à continuer à se concentrer sur les vrais problèmes. »

    Les vrais problèmes ? Hum... Les vrais problèmes de qui, au juste ?

    Vous voyez, le brillant monsieur Chomsky est juif ; beaucoup de juifs américainbs possèdent la double citoyenneté israélo-américaine (lui, possiblement). Et l’une des théories du complot, tournant autour du 11 septembre 2001, veut que le Mossad, soit l’organisation des services secrets israéliens, ait joué un certain rôle dans le cadre des dits événements ; ils auraient pu semblerait-il, contribuer à empêcher les attentats, mais auraient préféré se taire...

    Monsieur Chomsky est-il objectif, lorsqu’il s’exprime sur cette question ?

    Est-ce que le fait de vouloir aller au fond des choses, dans l’espoir que cela débouche sur une Amérique avec une société mieux gérée, exclut nécessairement une volonté d’enquêter sur certaines théories du complot, disons, quand elles deviennent particulièrement intéressantes ?

  • Marcel Haché, 5 mai 2010 16h18

    Les démocraties, surtout celles multiculturelles, rejoignent les théocraties : l’information n’intéresse plus les masses, seules comptent et sont efficaces l’idéologie et la propagande.

    À la différence des masses iraniennes, facilement mobilisables, les masses états-uniennes ont perdu beaucoup de leur cohésion nationale, et sont devenues des proies faciles pour toutes les propagandes. Elles sont nombreuses.

    Il sera intéressant de voir si l’analyse de Marcuse s’avèrera vraie, lui qui posait que la Révolution, nécessaire, pouvait être endiguée toujours, à moins qu’un immense cataclysme écologique ne vienne permettre enfin à ceux qui « savent », de « dire » ce qui est caché (aux masses).

    De ce point de vue, le 9-11 est moins intéressant (passé-date) que l’actuelle marée noire du Golfe du Mexique.

  • oscar fortin, 5 mai 2010 14h18

    Je ne sais pas trop comment comprendre votre titre : "LAISSEZ-NOUS TRANQUILLES AVEC LE 11 SEPT." Je ne comprends pas trop ce qui vous donne l’autorité morale et intellectuelle pour ordonner la fin de la recherche de ce qui s’est vraiment passé ce 11 septembre 2001. Il est certain qu’il y a beaucoup d’autres problèmes pour lesquels il faut s’interroger et agir. Ce n’est pas une raison pour dire "LAISSEZ-NOUS TRANQUILLES AVEC LE 11 SEPT.."

    Personnellement je suis pour qu’une enquête sérieuse permette de clarifier les centaines de questions soulevées par des scientifiques et pour lesquelles nous n’avons pas de réponses fondées. Ceci ne m’empêche pas de questionner notre démocratie, notre indifférence face aux responsabilités politiques etc... Le monde est sans doute saturé de se faire avoir avec des histoires qui ressemblent bien plus à de la conspiration qu’à des faits. Si le sujet ne vous intéresse pas,vous n’avez qu’à tourner la page et nous parler des choses qui vous intéressent.

  • Serge Charbonneau, 5 mai 2010 13h45

    Ici, voyez-vous, M. Taylor, ce n’est vraiment pas tellement différent.

    La grande responsable de la dépolitisation, c’est en général la très déplorable qualité de l’information.

    Tous les dossiers qui mériteraient un sérieux suivi sont rapidement abandonnés.
    L’information ne remplit pas son rôle pédagogique, mais fait office de divertissement, d’abrutissement et "dépolitisation".

    Un bel exemple d’information superficielle, c’est la couverture de la campagne du Royaume-Uni. Pratiquement rien pour le contenu, le fond des enjeux, que de la superficialité, du très court terme et des clichés.
    Le tout avec le jeu des prédictions du résultat avant le vote.

    On va élire les conservateurs, parce que Gordon Brown a insulté une électrice et on ne sait pas vraiment ce qui différencie les travaillistes des conservateurs.

    De toute façon, même Brown ne semble pas vraiment savoir ce qui le différencie des conservateurs.
    Et quand on pense que Tony Blair était du parti britannique le plus "à gauche"… c’est presque de la comédie.

    La comédie de la démocratie déborde amplement des frontières des États-Unis.

    Le grand mystère de notre monde c’est : comment se fait-il que nos "professionnels" (!) de l’information soient tant au service de la superficialité ?

    Comment se fait-il que certains faits entourant ce fameux 11 septembre n’aient pas eu droit à des enquêtes journalistiques soutenues et approfondies ?
    C’est renversant !

    Serge Charbonneau
    Québec

  • Gébé Tremblay, 5 mai 2010 12h23

    "Chomsky et les autres intellectuels américains qui tentent d’éveiller la consciences de leur concitoyens par rapport aux politiques impérialistes de leur pays n’adhèrent généralement pas aux thèses de complot."(François Taylor)

    M. Taylor,

    si comme vous dites Chomsky colporte vraiment qu’il n’y a aucun rapport entre l’impérialisme et les complots, alors je n’hésite pas à le rayer de ma liste de penseurs sérieux.

    Relisez-vous. Vous décrivez très bien comment le système bipartiste s’auto-crédite devant la population qui n’y croit plus. Ces votes ne servent qu’à la course aux sièges à Washington et de celà les médias se nourrissent. C’est la politique intérieure.

    Mais pour la politique extérieure, il faut l’accord de l’opinion publique. C’est à dire cette population qui n’y croit plus. Il faut donc leur faire croire à quelque chose, n’est-ce pas ? À la mesure de ce qu’on souhaite leur faire accepter.

    C’est ça, le 9/11.

    Il y a un monde entre un vote pour des fonds publics aux agences caritatives religieuses et l’invasion de l’Iraq et de l’Afghanistan.

  • Marc Thomas, 5 mai 2010 12h07

    Noam Chomsky écrit et parle de choses qui sont déjà dans la lumière,donc tous ce qui est écrit ; presidential mémorendum, papier de la défense,pentagone,agence alphabétique CIA,FBI etc... Sinon ses éditeurs vont le laisser à la porte. Il doit manger comme tout le monde. Trop intello pour le petit monde voyons. Plus il vieillit plus il est endormant. C’est regretable je suis un fan j’ai lu plusieurs de ses livres.Ce linguiste pourra dire un jour qu’il avait une poutre dans l’oeil.(plus solide que ceux du world trade)Y en a qui dise que c’est un ’’gatekeeper’’ ou ’’falseopposition’’.Qui sait ?

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités