«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les conflits intercommunautaires sont le lot des sociétés régulées par le multiculturalisme

Laïque dans le 9-3, un chemin de croix ?

L’OPA des islamistes sur les banlieues populaires

vendredi 12 mai
Rares sont les élus qui osent s’opposer à l’OPA des islamistes sur les banlieues populaires. Confrontés à des salafistes extrêmement agressifs et à une gauche souvent complice, quelques courageux militants tiennent bon. Reportage.

Nous avançons au pas le long du chemin de Savigny à l’heure où la foule se déverse de la mosquée Othman après la grande prière du vendredi. Les hommes en qamis, chaussettes blanches et claquettes de piscine, les femmes en hijab ou en niqab, zigzaguent en travers de la route. Certains y verraient la représentation incarnée du « Grand Remplacement ». D’autres remarqueraient que nous sommes les seuls Blancs dans un périmètre assez large de la ville de Sevran.

Au volant de sa voiture, J., qui souhaite garder l’anonymat pour des raisons de sécurité, s’égare dans le labyrinthe des allées de la cité avoisinante. En face de nous, une Audi flambant neuve pile devant un groupe d’adolescents à peine pubères. Le chauffeur, un jeune homme noir, leur tend un sachet de marchandise illicite, faisant abstraction de notre présence.

« Ici, on les appelle “les Afghans” »

Après la tenue, l’été dernier à Reims, d’« un camp d’été décolonial », interdit aux « non-racisés », c’est-à-dire aux Blancs, et à quelques jours de la conférence dédiée aux violences policières dans le cadre de l’atelier Paroles non blanches à l’université Paris 8, les damnés de la Terre ont réussi à imposer dans l’espace public un vocabulaire racialiste, basé sur l’idée de la culpabilité des Blancs envers les peuples colonisés et les immigrés. Il importe donc de préciser que nous sommes du côté des oppresseurs. En sortant de chez lui, quelques rues plus loin, J. s’est déjà fait traiter de « colon », et il n’est pas certain que son explication « mon père était paveur » y changera quoi que ce soit à l’avenir. Pourtant les « colons », coincés dans les banlieues rongées par le communautarisme et l’islam politique, ne sont pas les seuls à en souffrir.

Militant de la Brigade des mères et ancien syndicaliste, J. écoute quotidiennement les plaintes de ses voisins musulmans issus de l’immigration, qui n’en peuvent plus des agissements de ceux qu’on appelle ici « les Afghans », ou bien « frérots salafs ». Passant devant la statue de François Mauriac, érigée fièrement à proximité d’une école coranique, « La maison des savoirs », nous ne pouvons réprimer un accès de rire convulsif. J. voudrait encore me montrer la parcelle destinée à accueillir une mosquée de 5 000 places. « Si les politiques ne font rien, il faut au moins qu’ils déclarent certaines villes religieuses et, surtout, qu’ils les entourent de murs. Le phénomène touche toute la France, pas que la Seine-Saint-Denis ! » s’insurge-t-il. Certes, Roubaix, Toulouse, Lunel, Marseille, Lyon ont chacune leur Molenbeek. Toutefois, J. hisse Trappes au sommet des villes les plus

[...]


Suggérer cet article par courriel
Islam politique
Allahou akbar ? Peut-être. Mais pas dans l’espace public

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités