«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La rhétorique anticolonialiste

Tribune libre de Vigile
lundi 2 juin 2008
1 021 visites 3 messages

La semaine qui vient de s’écouler est l’une de celles qu’on va sans doute
se rappeler. Pas seulement à cause des effets pervers du « cleavage » de
madame Couillard. La montée de lait de VLB et Falardeau y est aussi pour
quelque chose. Elle discrédite à mon avis le combat souverainiste.

Allons droit au but : la rhétorique anticolonialiste au Québec est
passée date. Elle ne colle plus au contexte international actuel et la
critique du fédéralisme implicite qu’elle sous-tend devient, sous leur
plume, un exercice de bitchage confinant à une stérile querelle de
personnalités (ou, pour mieux dire, d’egos malades dignes de la Petite
vie). On en oublie les raisons qui appelaient une critique du manque de
colonne du gouvernement Charest face à la poignée de dollars d’Ottawa dans
le dossier du 400ième de Québec et la petite pointe fielleuse lancée à
l’endroit de l’identité québécoise par l’ex speakrine de Radio-Canada lors
de son passage en France.

Deux petits rappels historiques ne seront peut-être pas superflus. Si,
au départ, la grille d’interprétation anticolonialiste rendait compte de la
situation d’après-guerre en Asie et en Afrique, souligner les aspects
honteux des régimes à la tête desquels se sont retrouvés l’Empereur
Bokassa, Mobutu ou « la crapule à Omar Bongo », revient à suggérer au fond
qu’indépendance, tribalisme et corruption font bon ménage.

Certes, au Québec, le discours anticolonialiste dans les années
1950-1960 a eu une résonance profonde dans la culture d’avant-garde -
jusques et y compris chez certains amuseurs publics felquistes jouant les
guérilleros -, mais, retournant un peu plus haut et plus loin dans notre « 
champ d’expérience » historique et nos « horizons d’attentes » (Reinhardt
Koselleck), force est d’admettre que le régime colonial consenti par l’Acte
constitutionnel (1791-1838) n’a pas seulement eu des effets négatifs sur la
formation identitaire des « Canadiens-français ».

Les kamikazes du tout ou rien devraient en prendre bonne note :
l’ambivalence des « Québécois de souche » en dérive en ligne droite. Je ne
vois pas comment on pourrait en faire l’économie au nom de la pureté des
principes ou de l’inconditionnalité de l’engagement. Que ça nous plaise ou
pas, le régime colonial anglais, particulièrement avec l’arrivée au pouvoir
des Whigs (des libéraux si l’on veut) à Westminster dans les années 1830 a
grandement encouragé non seulement les aspirations démocratiques des
francophones, mais aussi, légitimé l’aspiration à l’indépendance nationale
« of the great body of the people » – aspirations, faut-il ajouter, ayant
été contrecarrées, bafouées et réprimées dans le sang et la terreur par nos
braves tories montréalais regroupés dans leur colonne de soutien mutuelle.
Ils savaient très bien d’ailleurs ce qu’impliquait l’idée de donner le
pouvoir, au parlement de Québec, à la majorité.

Amalgamer l’appui d’anglophones au combat patriote à la défense du
défunt « nationalisme civique » est d’autre part de la mauvaise polémique.
Le jour où les Québécois auront l’audace de montrer à l’écran ce que
c’était pour un modeste paysan ayant récupéré des mains raidies d’un
compatriote une vieille carabine encrassée face à la ligne de feu
assourdissante de l’armée britannique avant de se retrouver lui-même étendu
au sol, la face convulsée par l’angoisse et les viscères éclatées, on
pourra un peu mieux se représenter le sens que peut encore avoir pour nous
le corset fédéraliste et la permanente actualité du combat pour
l’indépendance.

François Deschamps

— Envoi via le site Vigile.net (http://www.vigile.net/) —

Commentaires

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 910$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités