«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La Presse grande castratrice de la révolution tranquille (4e partie)

La pieuvre Desmarais prend le relais

Tribune libre de Vigile
samedi 29 août 2015
634 visites

Cet homme d’affaires franco-ontarien était habité par la même urgence que Trudeau. Il était d’avis que, durant les premières années de la Révolution tranquille, madame Berthiaume-Du Tremblay, alors propriétaire de La Presse, avait trop souvent laissé ses journalistes faire, on dirait aujourd’hui, du « copier-coller » avec ce qu’ils avaient vu et entendu à CBFT.

Fiction toute proche d’une certaine réalité : pendant la campagne électorale de 1962, imaginons un Paul Desmarais devant son téléviseur. Il y voit René Lévesque craie à la main devant son traditionnel tableau. Le ministre explique comment étaient rendues intenables les disparités régionales qu’entrainait la multiplication des réseaux électriques au Québec.

Quelques jours plus tard, quand notre homme d’affaires déplie son journal, ses yeux tombent tout de go sur Les Abitibiens jubilent, grosse manchette à la une de La Presse. S’empressant de lire le texte que sous-tend un aussi percutant titre, il éclate.

« Pourquoi diable Angélina laisse-t-elle faire une telle ignominie ? Elle n’a donc pas le contrôle de ses journalistes. Ne sait-elle pas que, dans notre milieu, ce Lévesque est considéré comme le Fidel Castro du Nord. La question du clignotement des lumières en Abitibi ? De grâce, laissons la compagnie régler seule le problème ! On n’a vraiment pas besoin de ce Lévesque pour offrir le 60 cycles aux Abitibiens. »

L’élection de 1962 a convaincu Desmarais que les journalistes de La Presse ont tout autant tombé dans la marmite socialiste et nationaliste que leurs confrères de la télé. Il fallait donc absolument fermer les deux robinets. Et dans un tel serrage de vis, Desmarais devance Trudeau d’un an. Dès juillet 1967, il achète La Presse.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
7 695$  13%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 28/04 Pierre Cournoyer : 50$
  • 26/04 Diane Gagnon: 50$
  • 23/04 René Ricard : 50$
  • 23/04 Jacques Coulombe Ltée : 20$
  • 22/04 François Dubois : 20$
  • 20/04 André Daoust : 40$
  • 19/04 Jacques Tremblay : 50$
  • 19/04 Simon Garneau: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités