«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Vers un PQ inodore, incolore et insipide ?

La « normalisation » du Parti québécois

Qui prend chef prend son programme. En politique, le principe est universel. Même au Parti québécois. En choisissant Jean-François­­ Lisée, les péquistes savaient ce qu’ils s’achetaient. Du moins, sur l’essentiel.

Sous sa direction, dans la mesure où sa finalité électorale première n’est plus la réalisation de l’indépendance, mais la prise du pouvoir, le PQ officialise en fait sa « normalisation » comme parti politique. Il rejoint la norme.

En repoussant le référendum à un hypothétique­­ second mandat, soit à presque 30 ans après celui de 1995, les péquistes savent en effet qu’ils prennent un risque immense avec leur option. S’ils ne raflent pas deux victoires majoritaires consécutives dès 2018, la possibilité même de le tenir disparaîtrait du radar.

Or, confiné à l’opposition depuis presque 15 ans, sauf pour le bref gouvernement Marois, le PQ est surtout impatient de retourner au pouvoir. Persuadés que leur option les plomberait en 2018, de nombreux péquistes ont donc acquiescé­­ à l’indéniable clarté de leur nouveau chef sur le sujet.

Impatient

Leur pari est de remplacer le « ciment » de la souveraineté par la mission de mettre fin à l’austérité des libéraux. Présentée en fin de semaine au Conseil national du PQ, la longue « proposition principale » de leur chef en est le reflet touffu.

En concurrence ouverte avec la CAQ pour « sortir » les libéraux du pouvoir, M. Lisée met au jeu une offre politique digne d’un équilibriste. Pour ravir à la CAQ une part de ses électeurs francophones nationalistes et conservateurs, il promet un PQ plus « zen », moins « chicanier » et capable d’un « nationalisme économique » musclé – un des principaux fers de lance de François­­ Legault.

Pour amadouer les souverainistes plus modérés, il adoucit ses positions passées­­ sur l’identité et la laïcité. Pour ne pas « diviser » le Québec, dit-il, M. Lisée­­ se refuse aussi à un renforcement élargi de la Loi 101.

Aux souverainistes plus pressés, il offre­­ la rédaction d’une constitution « interne­­ » du Québec. Aux progressistes, il promet de « rétablir » la qualité des services­­ publics. Aux électeurs de Québec­­ solidaire, il parle de « convergence essentielle » et de réforme du mode de scrutin.

Ratisser large

Bref, dans l’espoir de gagner son duel avec François Legault pour déloger les libéraux, le chef du PQ balaie de la gauche à la droite de l’échiquier politique tout en passant par le centre.

En cela, l’objectif des péquistes est connu. S’inspirant de l’élection fédérale de 2015, ils misent sur un électorat qui, pour « battre » Philippe Couillard, finirait par choisir entre deux partis d’oppo­sition comme les Canadiens l’ont fait contre Stephen Harper.

L’analogie est tentante. Au Québec, elle supposerait toutefois un effon­­drement de la CAQ au prochain scrutin. Sans compter qu’avec ou sans réfé­rendum à l’horizon, les libéraux continueront quand même à accuser le PQ de « cacher » son option.

Sacrifier le référendum sur l’autel de la prochaine élection en vaudra-t-il la chandelle ? Le Parti québécois est convaincu de son choix.


Suggérer cet article par courriel
PQ - Changement de paradigme

Le commencement de la fin

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
3 360$  6%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 27/03 Monique Moquin-Normand: 25$
  • 27/03 Marc Labelle : 100$
  • 27/03 Raymond Saint-Arnaud: 20$
  • 27/03 Yves Corbeil: 50$
  • 27/03 Michel Tremblay: 25$
  • 27/03 Jacques Morissette : 10$
  • 27/03 Alexandre Gauthier: 10$
  • 27/03 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités