«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

L’UPAC sera saisie du dossier des pertes de 40 milliards à la Caisse de dépôt

Deux poids, deux mesures, selon la tête du client !

La mauvaise foi et la partialité du Commissaire au lobbyisme

Son inacceptable différence de traitement entre PKP et l’Empire Desmarais ne restera pas sans suites

Chronique de Richard Le Hir
mardi 14 octobre 2014
4 652 visites 15 messages

Je vous avoue avoir été sidéré par la vitesse avec laquelle le Commissaire au lobbysme a fondu sur Pierre Karl Péladeau après la révélation qu’il avait fait en toute transparence une démarche en juillet dernier auprès du ministre de l’Économie et du Développement économique Jacques Daoust pour que la propriété des studios de production cinématographique Mel’s demeure québécoise.

Cette célérité pour une peccadille - imputable bien plus à l’inexpérience du député de Saint-Jérôme qu’à la recherche d’un avantage indu pour Québecor - tranche singulièrement avec son refus répété de se pencher sur le lobbysme à grande échelle pratiqué de façon aussi éhontée que cynique depuis des années par l’Empire Desmarais et Power Corporation en dehors du cadre prescrit par la loi.

Pour avoir moi-même attiré à deux reprises l’attention du Commissaire au lobbyisme sur le cas Power, la première fois à l’occasion de la parution de mon livre intitulé « Desmarais, la dépossession tranquille » dans lequel j’avais présenté une preuve circonstancielle suffisamment abondante et précise pour justifier la tenue d’une enquête, et la seconde après le rejet de ma demande au Commissaire et le premier témoignage de Jacques Duchesneau à la Commission Charbonneau qui mettait en cause Marc Bibeau, membre du conseil d’administration de la Financière Power et ami de Jean Charest.

Dans le premier cas, le Commissaire avait conclu qu’il n’y avait pas matière à enquête, et dans le second, il avait jugé que les faits invoqués dans ma seconde demande s’étant produits avant l’entrée en vigueur de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme, adoptée le 13 juin 2002, il n’avait pas compétence. Comme si une enquête approfondie n’aurait pas révélé de multiples infractions à la loi après son entrée en vigueur...

C’est d’ailleurs ce que j’ai moi-même découvert en faisant ma recherche pour mon dernier ouvrage, « Henri-Paul Rousseau, le siphonneur de la Caisse de dépôt », paru aux Éditions Michel Brûlé en avril dernier. En effet, j’y raconte comment Jean-Claude Bachand, frère de l’ancien ministre libéral Raymond Bachand, et membre du conseil d’administration de la Caisse de dépôt et de placement de 1994 à 2005 alors qu’il siégeait simultanément au conseil d’administration de nombreuses sociétés du groupe Power Corporation, avait agi comme cheval de Troie pour les Desmarais au conseil de la Caisse, au point que, comme je le mentionne dans mon livre aux pages 45 et 46,

« ... Jean-Claude Scraire, las de recevoir les appels répétés d’André Desmarais et de Paul Jr dans la foulée des réunions pourtant confidentielles du conseil d’administration, devra demander à Jean-Claude Bachand de se retirer du conseil lors de certains votes pour cause de conflit d’intérêts. » Extrait tiré du Chapitre 2 en ligne sur Vigile

Mais pour en revenir au Commissaire au lobbyisme, le moment choisi pour m’annoncer ses deux décisions constitue une preuve éloquente de sa mauvaise foi et de sa partialité. La première fois, la réponse me parvint le 21 juin 2012, après la fin des travaux parlementaires, à un moment où nos médias grand public décrochent de l’actualité politique. La seconde fois, quelques jours après l’élection du 7 avril dernier qui, comme chacun sait, a ramené le PLQ et ses meilleurs amis, dont les Desmarais, au pouvoir.

Dans les deux cas, le Commissaire s’est trouvé à limiter au strict minimum sinon à empêcher complètement les possibilités que les médias s’y intéressent. Ayant passé la plus grande partie de ma carrière dans les affaires publiques et les communications, je connais trop bien la manoeuvre pour en être dupe. On n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace.

Cela dit, l"intervention foudroyante du Commissaire dans le cas Péladeau m’incite à présenter de nouveau ma demande d’enquête sur les démarches opaques de Power Corporation et de l’Empire Desmarais auprès du gouvernement du Québec et de ses divers organismes depuis l’entrée en vigueur de la loi qu’il est chargé d’administrer et de faire respecter, sur la base des éléments d’information contenues dans « Henri-Paul Rousseau, le siphonneur de la Caisse de dépôt ».

En outre,

  • 1. vu l’impossibilité pour le vérificateur général de faire enquête sur les pertes très anormalement élevées subies par la Caisse en 2008 pendant le mandat d’Henri-Paul Rousseau (40 milliards $) dans les limites actuelles de ses attributions que j’espérais voir révisées par le gouvernement du Parti Québécois,
  • 2. vu l’absence de toute intention du gouvernement Couillard de modifier le mandat du vérificateur général pour assujettir la Caisse à ses contrôles,
  • 3. vu l’insuffisance des explications fournies à ce jour sur ces pertes de la Caisse en 2008 et sur les circonstances dans lesquelles elles sont survenues,
  • 4. vu la possibilité très réelle documentée dans mon livre que l’insuffisance de ces informations ait eu pour but de dissimuler des malversations,

je m’adresserai également à l’UPAC dans les jours prochains pour qu’elle ouvre une enquête à ce sujet.

Je n’ai pas posé ce geste plus tôt parce que je préférais attendre de voir si mon livre me vaudrait une injonction ou des poursuites de la part de l’un ou l’autre des acteurs. Six mois après sa publication, aucun démenti ne m’a été opposé, le délai d’action en temps utile est passé, et le silence prolongé des intéressés équivaut à reconnaissance de la véracité des faits que j’y rapporte.

Commentaires

  • 1er novembre 2014 11h16

    Merci pour tous ces eclaircissements.

  • yvan , 17 octobre 2014 21h03

    Bonjour monsieur Le Hir

    Félicitation pour votre recherche qui relève de la patience et du travail de moine

    Votre combat acharné pour faire éclater la vérité au grand jour n’est pas facile ,car en plus de demander de longues heures de recherche et de travail pour y arriver elle doit aussi combattre les vents adverses qui soufflent en votre direction venant des magouilleurs libéraux appuyés par Legault et Gesca qui tente d’éliminer Pierre Karl Péladeau qui vient de laisser tomber les gants sur sa page Facebook

    Enfin les vraies affaire concernant Jean Marc Fournier et de son rôle obscur jouer chez Lavalin

    Pierre Karl Péladeau laisse tomber les gants. Attaqué sur le front éthique, il réplique par une charge sur le même terrain à l’endroit du premier ministre Philippe Couillard et de son leader Jean-Marc Fournier.

    Publié le 17 octobre 2014 à 14h23 | Mis à jour à 14h23

    PKP contre-attaque

    http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201410/17/01-4810158-pkp-contre-attaque.php^

    Fournier le lieutenant des basses oeuvres de Lavalin et de Couillard est interpeller par Pierre Karl Péladeau sur le terrain de l’éthique

    Le député péquiste Péladeau indique avoir fait « quelques recherches sur le Web » à propos du passage de M. Fournier chez SNC Lavalin. « Peut-être serait-il intéressant et utile d’entendre le député de Châteauguay sur ses relations avec Ben Aïssa alors que ce dernier est accusé d’avoir orchestré le versement de 22,5 millions $ en pots-de-vin pour truquer l’appel d’offres du CUSM », écrit M. Péladeau.

    Fournier doit répondre quel était son rôle çomme cadre supérieur chez Lavalin sur les dossiers internationaux, dont ceux de la Libye qui semble l’avoir occupé lors de son séjour dans cette entreprise.

    Fournier as toujours aimer jouer sale et dans la merde mais il est temps le déterrer de sa merde du temps ou il occuppait chez Lavalin un poste qui le plaçait en relation avec des individus comme Ben Aïssa ¸

    Et c’est simplement ce que PKP lui demande de préciser quand PKP lui demande :Peut-être serait-il intéressant et utile d’entendre le député de Châteauguay sur ses relations avec Ben Aïssa

  • O, 15 octobre 2014 15h13

    Oui, M. Gignac, sous "Ce qu’il ne faut pas dire" vous parlez des infiltrés de radiocanne... comme le président du parti : Ça commence par Raymond, pis ça finit par... on démissionne pas après la débâcle...

    C’est curieux, quand même, qu’un beau jour, quelqu’un arrive au parti, pour occuper un poste important... suffit qu’il fasse une belle profession de foi... oui, oui, c’est lui qu’il nous faut ! Partis, les Québécois, partis... (PQP)

  • André Gignac, 15 octobre 2014 13h47

    Monsieur Nantel

    Excellent commentaire ! Selon moi, lorsqu’un parti politique comme le PQ qui est infiltré de l’intérieur (voir mon commentaire suite au texte de M. Pierre Bouchard du 9/10/14 intitulé : "Ce qu’il ne faut pas dire"), l’équivoque règne en maître ! Pas surprenant qu’on n’entend jamais parler d’indépendance. C’est très démotivant ! Une chance que nous vous avons sur Vigile pour rétablir un certain équilibre et nous y sensibiliser avec vos vidéo cassettes. Bon travail et un gros merci !

    André Gignac 15/10/14

  • Célina, 15 octobre 2014 10h08

    Tout à fait d’accord avec le recours collectif !!

  • ssauve, 15 octobre 2014 08h35

    " Et pourquoi pas entreprendre un recours collectif ?
    C’es tout simplement immoral !"
    Jacques Lanctôt

    Tout à fait d’accord !!!


    Merci Monsieur Le Hir, ca me rassure de vous savoir parmis nous.

  • Jean-Jacques Nantel, 14 octobre 2014 17h47

    C’est incroyable comme il est facile pour les fédéralistes de diriger les débats entre souverainistes. Pendant que tout le monde parle de l’argent de PKP, personne ne parle de souveraineté ; ce qui est le but recherché. Bravo !

  • Blackburn, 14 octobre 2014 16h43

    Félicitations M . Le Hir et merci pour votre beau travail, je lis vos articles tous les jours. C’est réellement un phénomène cette perte de la caisse les régimes de retraites privées diminués pas à -peu-près comme tout le reste d’ailleurs le bas de laine des Québécois partis en fumé sans trop faire de vague, il faut que sa sorte c’est trop choquant pour les honnêtes gens qui trime dur !

  • Blackburn, 14 octobre 2014 16h41

    Félicitations M . Le Hir et merci pour votre beau travail, je lis vos articles tous les jours. C’est réellement un phénomène cette perte de la caisse les régimes de retraites privées diminués pas à -peu-près comme tout le reste d’ailleurs le bas de laine des Québécois partis en fumé sans trop faire de vague, il faut que sa sorte c’est trop choquant pour les honnêtes gens qui trime dur !

  • Jean-Pierre Gascon, 14 octobre 2014 11h29

    Je doute fortement qu’une demande en dédommagement par un "recours collectif" ne soit "recevable" par la justice du Maître infini Desmarais Power Corp.

  • Joanne C St-Amand, 14 octobre 2014 08h42

    D’accord avec Jacques Lanctôt, pourquoi pas un recours collectif ?

  • 13 octobre 2014 22h19

    M. Le Hir, considérant le pouvoir infini de l’État Démarais Power, je serais des plus étonnés de voir l’UPAC donner suite à toute demande d’enquête impliquant le maître du gouvernement liberoule et de la CDPQ.

  • Jacques Lanctôt, 13 octobre 2014 22h18

    Et pourquoi pas entreprendre un recours collectif ?
    C’es tout simplement immoral !

    Jacques Lanctôt

  • Marie Leene Guérin, 13 octobre 2014 21h29

    Bonsoir,M Le Hir,je viens tout juste de finir de lire votre beau texte,et je vous encourage à continuer votre combat contre ces vampires d argent .........et de chauvinisme..........la loi du retour c est pour tout le monde,surtout pour ces morrons....................Merci de m avoir permis de vous lire et a bientôt.......

    Marie Leene Guérin

  • paulblais, 13 octobre 2014 20h53

    Bravo M ,Le Hir milles fois bravo...J,espere que vous allez etre appuyer car ,d,autre gens de decision en savent aussi beaucoup...

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Les prédateurs à l’oeuvre
Le modus operandi des spoliateurs

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
3 110$  5%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 24/03 Ludovic Marin: 10$
  • 24/03 Michel Tremblay: 5$
  • 24/03 André Lepage: 5$
  • 24/03 Joshua Ménard-Suarez: 10$
  • 24/03 Éric Haddad: 5$
  • 24/03 Maxime Poulin: 10$
  • 24/03 Gilbert Paquette: 10$
  • 24/03 Carole Smith: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités