«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La grande noirceur 2.0

Tribune libre de Vigile
mercredi 14 juin
351 visites 2 messages

Le catéchisme du parti libéral du Québec enseigne que sous le Duplessisme, le Québec était entré dans la grande noirceur. Pour reprendre les mots du regretter Pierre Falardeau « avant nous c’était pas toutes des caves », mais ceux qui viennent après, nos politiciens ? Ce que l’on a pu reprocher à l’Union Nationale c’est d’avoir fait une politique anti-syndicale, la loi du Cad’nas et l’institution arbitrale, d’avoir favorisé les intérêts des étrangers aux détriments de la richesse collective québécoise et ce durant près de vingt ans. Aujourd’hui, en 2017, nous sommes sou un règne quasi ininterrompue du PLQ depuis plus de douze ans (Charest et Couillard). Quel est le bilan de ce règne du progrès et de la tolérance ?

Il est forcé de constater que sous les années noires de Jean Charest il y a eu une augmentation drastique de la répression politique. Celle-ci a culminé en 2012 avec les violences faites aux étudiants et aux membres des divers mouvements de protestation sociale et politique engagés dans les troubles de cette année là. En plus, le nombre des entreprises québécoises remplacées ou rachetés par des intérêts américains ou canadiens a explosé. Le nombre de contrat public octroyé sans appel d’offre et a grand frais (pour les contribuables) a des intérêts privés associés au PLQ n’a cessé de croître, tout comme la disparition des emplois de la voirie publique. Tout cela combiné avec une déréglementation du travail et des lois sur l’environnement, une offensive double appuyé à Ottawa par le gouvernement conservateur. Sans parler de l’affaiblissement considérable de la loi 101 et de l’éducation, par l’introduction de l’anglais intensif dès le primaire et le remaniement de l’histoire nationale enseigné au secondaire. Notons : la suppression des dix ans de dictature militaire anglaise après la conquête et les vingt ans d’oligarchie marchande britannique, pour un passage de la « monarchie française à la démocratie britannique ». Sans compter la suppression de la révolte des patriotes ou dans les meilleurs cas le maquillage de leur revendication.
Il faut aussi souligné le sabotage réussi du système de santé public et le saccage de l’assistance sociale.
Il faut aussi parler le sabotage réussi du système de santé publique et le saccage de l’assistance sociale. Le règne de Mr. Charest, sommes tout un Machiavel prudent et habile, culmine avec le Plan Nord visant à vendre des pans entiers du Québec à des intérêts privés étranger. Il alla même jusqu’a envisager que les étrangers puissent faire venir une main d’oeuvre étrangère bon marché. Et l’on reprochait à Duplessis de vendre la tonne de fer a une cennes.

Puis vinrent les années sociopathiques, toujours en cours d’ailleurs, de l’ogre Couillard. Ogre, car il mange les enfants québécois en leur pourrissant l’avenir. Sous notre monstre mythologique et après les grèves ininterrompu de 2011-2012, l’on assiste à l’amputation drastique de l’assistance sociale. Non seulement l’accès est rendu difficile, mais des mesures punitives sont mises en place afin de punir les bénéficiaires de l’aide sociale, ceux qui vive dans une région où il n’y a pas ou peu d’emploi et ceux qui y entre. Paradoxalement, monsieur Couillard via son homme de paille (Sam Hamad) à aussi réduis au presque néant les programmes de formation et de réinsertion en milieu de travail. L’austérité, porté à la hauteur du grand art, comme la boucherie est un art, frappe tous les domaines publics en se cachant derrière un double discours contradictoire. Retour au travail pour les ex-détennu et les bénéficiaires de l’aide sociale, mais suppression des moyens pour y arriver. Néanmoins, ne tergiversons pas trop là-dessus puisque notre bravados, après avoir essuyé le feu de plusieurs scandales de corruptions met les syndicats à la potence en les rendant impotent (les lois spéciales). Non seulement cela, mais son parti envisage de modifier les institutions de négociation syndicale pour mettre en place une mesure de « progrès » : l’institution arbitrale. Notre ogre toujours aussi cohérent refuse de mettre au débat la rémunération des boss de Bombardier et d’Hydro-Québec après avoir perdu des milliards de dollar chez le premier en prétextant que ce n’est pas du domaine de l’État de s’ingérer dans le privé. Bravo ! Deux semaines après s’être ingéré dans un conflit de travail de l’industrie privée de la construction... C’est sans doute qu’il a peur que l’on retrouve ces milliards, ou la partie qu’il n’a pas caché aux Caïmans, dans les poches des patrons de bombardier. Après avoir, tout bouffis de pédantisme, tenté discrédité le PQ et s’être posé en paladin de la vertu, notre suspect de corruption multiple pose le dernier affront en date. Après ne pas avoir défendu la loi 101 et la souveraineté des pouvoirs provinciaux (le travail étant un domaine provincial) face à un arrêt de la cours suprême permettant aux employeurs d’exiger que leur employé parle l’anglais au Québec ; soit dit en passant Robert Bourrassa a défendu la loi 101 contre la cours suprême ; il qualifia la même loi de « torchon linguistique » et refusa la demande du PQ de définir où et quand un employeur peut exiger l’anglais afin de protéger le droit des québécois de travailler en français. Mais après tout, ils sont le parti du progrès et de la tolérance... pour tous sauf 80% des citoyens de leur province. Ils sont en cela de vrai politiciens « canadien-français », porté au pouvoir au Québec, mais faisant de la politique pour les autres comme dirait Vadeboncoeur. (La dernière heure et la première)

Quand on y regarde de plus près, Duplessis à bel et bien combattu le syndicalisme, muselé la presse et toléré que les « boss » anglais interdisent l’usage du français dans leur « shop », mais les libéraux (Charest-Couillard) nous ont ramené dans cette dynamique à la vitesse grand V. OUI Couillard représente le progrès comme il aime s’en vanter, le progrès à reculons. Il a fallu vingt ans de lutte pour faire le Québec et 3 ans à Couillard pour finir de le défaire. Nous voilà revenu à l’orée de la grande noirceur, une grande noirceur 2.0.

Commentaires

  • Francis Déry, 18 juin 04h13

    Grande Noirceur.
    Un terme en opposition aux Lumières.

    Duplessis tassait les Libéraux et la franc-maçonnerie dont les Lumières sont un thème porteur. Dans l’idéologie maconnique, L’État dépouille l’Église de ses missions sociales par la nationalisation et sécularisation. Puis il les privatise pour que les chambres de commerce, souvent liées aux clubs de la franc-maçonnerie, puissent s’en charger.

  • Pierre Bourassa, 15 juin 09h12

    Et çà continue de plus belle...

    2017-06-15:Aucune obligation de contenu québécois dans le projet d’investissement de 6 milliards de dollars dans le transport en commun métropolitain(R.E.M.):Jean-François Lisée en conférence de Presse.
    http://www.assnat.qc.ca/fr/video-audio/archives-parlementaires/activites-presse/AudioVideo-73201.html

    JPEG - 373.9 ko

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités