«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

L’UQAM sous la coupe de fanatiques progressistes

La censure, c’est la liberté d’expression. Apparemment. Retour sur la controverse de l’UQAM.

Un peu beaucoup malgré moi, j’ai été plongé dans une controverse agaçante cette semaine, portant sur la liberté d’expression à l’UQAM. D’abord les faits. Le 13 février, un étudiant au baccalauréat en enseignement au secondaire du cours ECR, m’écrivait pour m’inviter à participer à un débat sur le cours ECR à l’UQAM. Je lui ai dit que j’étais disponible la semaine du 7 avril. Ne recevant pas de nouvelles de sa part ensuite, je lui ai réécrit le 4 mars pour lui demander où nous en étions. Il m’a alors répondu ainsi : « Je suis vraiment désolé des délais, mais je dois lutter pour la liberté d’expression dans ma propre université (quelle honte). Car bien que je ne sois pas d’accord avec vous sur certains points j’ai envie de débattre avec vous. Je respecte la divergence d’opinions ce qui n’est pas le cas de tous (AFESH). » Il me demandait quelques jours de délais. Le 9 mars, il me revenait avec sa réponse : « Suite à de fortes pressions de la part d’une association étudiante de l’UQAM, je suis dans le regret d’annuler la conférence. Je suis sincèrement désolé que la liberté de parole soit à ce point obsolète entre les murs de notre université, mais je ne pouvais tenir une conférence avec autant de menaces de perturbations ». Ma présence causait problème.

On connaît la suite : l’organisateur de l’événement a annulé la conférence par crainte de le voir déraper. Sur Facebook, Normand Baillargeon, qui a eu vent de l’affaire, a rendu publique l’annulation en se désolant de ces pratiques et du climat de censure qui s’installe peu à peu à l’UQAM. Et c’est là que l’histoire devient intéressante. Sur la page FB de Normand Baillargeon, mais ailleurs sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes ont applaudi l’annulation. Je résume leur position : la liberté d’expression ne doit pas permettre l’expression publique d’idées en contradictions avec celles défendues par la gauche radicale. Je cite l’AFESH : elle est en lutte contre « l’instrumentalisation de la liberté d’expression et de la liberté académique lorsque celle-ci sert à tenir des propos oppressifs ». La liberté d’expression ne devrait pas « justifier le droit de prononcer des discours ou d’exercer des actions haineuses ou dégradantes particulièrement lorsque celles-ci sont racistes, colonialistes, xénophobes, transphobes, homophobes, sexistes, misogynes, antiféministes, classistes ou capacitistes ». Un esprit un peu curieux serait en droit de demander qui définira ces termes et concepts, qui relèvent du jargon de la gauche radicale la plus sectaire, au nom desquels on se donne désormais le droit de permettre ou d’interdire une conférence dans l’université. Nous sommes ici en continuité avec la pensée de Herbert Marcuse, la grande figure du gauchisme d’il y a quelques décennies, qui jugeait légitime de réprimer les idées en contradiction avec « l’émancipation ».

Ce qu’on comprend, cela dit, c’est que les militants de la gauche radicale uqamienne (mais nous savons que ce phénomène ne se limite pas à l’UQAM) se présentent comme les gardiens d’un nouveau dogme, apparemment porteur d’émancipation, qu’il serait interdit de transgresser. Ils se permettent donc de décider à la manière d’un tribunal idéologique, quelles positions sont en droit de s’exprimer et lesquelles doivent être tues. Ils veulent donc définir les contours du débat public et en garder fermement les frontières : ils se donnent le droit d’exclure ceux qui ne voient pas le monde comme eux. Il faut lire les théoriciens-militants de cette mouvance : ils jouent à la guerre civile et transforment leurs adversaires en ennemis – je me permets de dire qu’ils réservent en ce moment un traitement odieux à Normand Baillargeon, présenté comme un traître à la gauche servant désormais de caution aux « dominants », et pour cela insulté vertement par ceux qui pensent en slogan . Ceux qui s’imaginent que j’exagère devraient aller lire la discussion qui a suivi l’entrée Facebook de Normand Baillargeon ou celle suivant cette récente déclaration de cette association bizarre qu’on appelle l’AFESH. Cet homme absolument courtois qui plaide pour une civilisation du débat public est aujourd’hui grossièrement diabolisé.

Complètement enfermés dans un système idéologique parallèle, fondé sur l’inversion du réel, ces militants ne sont même pas conscients de heurter la liberté d’expression. En fait, ils disent même la défendre ! Leur argument est le suivant : la perturbation d’une conférence est justement une des modalités de la liberté d’expression, surtout pour ceux qui n’ont pas de tribunes publiques – ce serait une révolte admirable contre la parole des dominants. Empêcher ou limiter les perturbations visant à troubler et empêcher une conférence, telle serait la véritable négation de la liberté d’expression, et elle serait d’autant plus scandaleuse qu’elle piétinerait la liberté des sans-pouvoir. Inversement, ceux qui sont ainsi « perturbés » et qui s’en désolent publiquement ou privément sont accusés de se victimiser. Voyons-y une théorisation vertueuse de la censure au nom d’une forme de puritanisme idéologique qui s’exprime aussi avec la quête de safe space à l’université : on veut faire de l’université un espace aseptisé où les discours nous contrariant ne seront plus entendus, ou même possibles. On connait la célèbre formule d’Orwell dans 1984 : la liberté, c’est l’esclavage. Apparemment, aujourd’hui, la censure, c’est la liberté d’expression.

Que dirait-on si des groupuscules nationalistes décidaient de censurer pratiquement une conférence organisée par des fédéralistes sur l’avenir du Canada ? Que dirait-on si des fédéralistes décidaient de faire l’inverse ? Que dirait-on si des masculinistes décidaient de perturber une conférence féministe jusqu’à rendre impossible sa tenue ? Que dirait-on si des militants libertariens décidaient de perturber une conférence organisée par un syndicat social-démocrate ? On pourrait poursuivre longtemps la liste. Chaque mouvement a ses propres valeurs, ses propres dogmes, ses propres idéaux, ses propres points non-négociables. Aucun, pourtant, n’est en droit de juger ses idées si exceptionnelles qu’il se donne le droit de faire taire ceux qui feraient valoir un autre point de vue sur la cité. On ne cesse, dans notre société, de vanter la tolérance de l’autre, mais le premier « autre à respecter », c’est celui qui ne pense pas comme moi. Faut-il ajouter que la discussion démocratique repose sur le bannissement de la violence, et qu’on ne saurait la réhabiliter au nom de la « diversité des tactiques ».

On identifiera un autre paradoxe : en laissant ainsi des groupuscules fanatisés s’emparer d’une institution comme l’UQAM, on accepte pratiquement de privatiser un bien public. Un groupuscule décide d’imposer dans une université les termes du débat public et ceux qui ne s’y soumettent pas n’y seront pas les bienvenus. On se demande même comment perturber les cours de certains professeurs. Je résume : un petit groupe s’empare d’une institution publique et se la réserve pour elle-seule, à la manière d’un territoire libéré qui vivrait désormais selon les codes idéologiques du monde nouveau que nous promettent nos militants de la gauche radicale. Nous sommes bien loin de la tradition humaniste qui voyait dans l’Université un lieu où des philosophies concurrentes pouvaient être discutées rationnellement. Il faut dire que nos petits révolutionnaires condamnent la légitimité même de la discussion, qui ne serait qu’une illusion libérale au service des dominants. Ils s’enferment dans une vérité absolutisée qui devient indiscutable et dont la simple remise en question relève de ce qu’on appelait autrefois l’hérésie. Il serait temps qu’on s’intéresse à ce fanatisme progressiste qui prend de l’ampleur dans des lieux qui devraient justement symboliser la discussion rationnelle et civilisée, selon les codes élémentaires de la civilité démocratique. Il serait temps que la direction de l’UQAM s’y intéresse, notamment.


Suggérer cet article par courriel
Les dérives de notre temps

 

À l’heure des remises en question

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 665$  14%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$
  • 8/05 Gilles Thouin: 5$
  • 8/05 David Ross: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités