«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Suite à l’article de Jean-Jacques Nantel

La cause avant le parti

Tribune libre de Vigile
jeudi 27 octobre 2016
594 visites 2 messages

« Puisque le Parti Québécois a été créé pour réaliser l’indépendance du Québec et que tous les candidats à la chefferie, sauf Martine Ouellet, ont décidé d’abandonner le projet dans le but de se faire élire, est-ce que quelqu’un pourrait me dire à quoi servira désormais le PQ si Lisée, Plamondon ou Cloutier parviennent à se faire élire ? »

Entrée en matière de l’article de Jean-Jacques Nantel publié sur cette tribune le 3 octobre sous le titre « Si Ouellet perd, le PQ ne sert plus à rien ! » et qui a reçu jusqu’à aujourd’hui plus de 3000 visiteurs et recueilli 30 messages.

Une question qui peut sembler brutale à prime abord mais qui n’en est pas moins porteuse d’un message clair, à savoir la raison d’être du Parti québécois, soit l’accession du Québec à son indépendance.

Près d’un demi-siècle s’est écoulé depuis les premiers balbutiements du mouvement souverainiste québécois. L’effervescence a pris de l’ampleur telle une trainée de poudre et a atteint son paroxysme avec l’élection d’un premier gouvernement péquiste en 1976 dont nous célébrons cette année le 40ième anniversaire.

Depuis lors, et particulièrement depuis le second référendum sur l’indépendance du Québec en 1995, la ferveur nationaliste s’est vue atténuée peu à peu et reléguée petit à petit derrière des stratégies emberlificotées du petit pas, telles l’étapisme de Claude Morin, les conditions gagnantes de Lucien Bouchard et la gouvernance souverainiste de Pauline Marois

Récemment, les membres du PQ avaient l’occasion de se donner un chef qui prônait la tenue d’un référendum dès le premier mandat d’un gouvernement péquiste. Mais, leur choix s’est tourné vers un candidat dont le leitmotiv de la campagne à l’investiture à la chefferie du PQ proposait le report d’un référendum en 2022…Une éternité en politique particulièrement lorsque le projet souverainiste oscillera autour de la cinquantaine à ce moment-là !

Pour reprendre les paroles de Jean-Jacques Nantel, « Quoi de plus efficace, en effet, que de se servir du travail gratuit des militants indépendantistes pour retarder l’indépendance suffisamment longtemps pour que l’immigration massive l’ait rendue totalement impossible ?

Le problème avec ce petit raisonnement machiavélique, c’est qu’il ne tient pas compte du haut-le-coeur généralisé que ressentent désormais les électeurs devant le cynisme des politiciens qui ne cessent d’insulter leur intelligence ».

C’est Bernard Landry qui a clamé tout au cours de sa carrière politique : « La cause avant le parti et le parti avant l’homme ». Eh bien, pour une énième fois, les membres du PQ ont opté pour le parti au détriment de la cause…dont on reparlera plus tard !

Commentaires

  • Pierre Cloutier, 2 novembre 2016 15h08

    M. Michaud,

    Si vous pouviez avoir la gentillesse de bien expliquer aux lecteurs ce qu’est "l’extrême droite", cela va rendre les choses plus simples. Le défaut de nos amis français c’est de mettre des étiquettes partout avant les idées. Mettez des idées sur la table et ensuite on pourra juger et gardez vos étiquettes simplistes dans le placard. Je suis homme de gauche, athée, hédoniste, libertaire, féministe et pour la laïcité, mais je ne crois pas que le Front national de Mme Le Pen soit un parti de "l’extrême droite". Ce n’est pas cela l’extrême droite. L’extrême droite s’impose par son autoritarisme, sa violence et son mépris de la démocratie. Comme le nazisme, le fascisme ou les dictatures. C’est le Parti socialiste français, vendu au libéralisme qui a diabolisé le Front national après avoir, par sa propre faute, par son abandon du peuple - ceux contre qui le pouvoir s’exercer - suscité sa progression. C’est Mitterand qui a permis à Le Pen père de faire ses premières apparitions télévisées sur TF1. Et c’est le PS qui est responsable du fait que Marine Le Pen recueillera 30% des votes aux présidentielles de l’an prochain. Quant au FN québécois, je m’en fous complètement. Ce n’est pas sérieux.

  • Georges Michaud, 30 octobre 2016 12h05

    Il est vrai que la Cause ne semble plus intéressée vos chefs. Je vous suggère humblement de vous joindre au Front National du Québec qui doit devenir bientôt un parti. Avec le Front National de Mme Le Pen vous auriez une caution idéologique renforcée puisque vous entrerez dans le giron de l’extrême droite.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
1 215$  2%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 18/02 Monique Chapdelaine: 100$
  • 18/02 Mario Fortin: 5$
  • 18/02 Germain Gauvin: 100$
  • 14/02 André Bouchard: 50$
  • 13/02 JRM Sauvé : 175$
  • 13/02 Robert Lecompte: 5$
  • 13/02 Laurent Chabot: 10$
  • 13/02 Gilles Thouin: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités