«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La Riposte

Le Racisme au de la (jeune) gauche au Québec

Tribune libre de Vigile
mercredi 28 juin
324 visites 4 messages

Encore une fois, la (jeune) gauche montréalaise démontre l’insignifiance des luttes qui l’animent, sa superficialité et non pas son manque de maîtrise, mais l’absence totale de maîtrise des sujets qu’elle aborde. Je pourrais en outre ajouter, que la (jeune) gauche montréalaise souffre d’un grave manque d’autonomie et d’indépendance idéologique, nourrit au girond d’un multiculturalisme fédéraliste sacro-saint en face de l’autocritique et du relativisme. L’article insipide et indigne des concepts hautement complexes qu’il prétend traité, publié par Ricochet le 26 Juin 2017 « Le Québec est raciste - Get Over It » en est l’incarnation la plus flagrante. Il contient tous les défauts de la (jeune) gauche-pop et instantané, qui est le reflet d’une génération qui vit dans l’immédiat et l’apparence. Un rapide tour sur Wikipédia leur suffit pour s’autoproclammé ceci ou cela. Pour ma part, j’ai toujours dit « qu’être à gauche demandait plus d’effort qu’être à droite », bien que ce ne soit plus tout à fait le cas aujourd’hui.

Avant de continuer, il apparaît essentiel de définir le racisme, concept qui a l’évidence n’est pas maîtrisée par l’auteur de l’article mit en accusation. Le racisme, tel qu’accepter par beaucoup qui sont impliqués au quotidien dans la lutte contre le racisme. Le racisme appliqué, c’est le changement de ses jugements, de ses comportements et de ses attitudes en fonction de la différence apparente de l’autre. Bien que complexe dans ses mécaniques, le racisme peut se contenter de cette définition pour nos besoins présents. Ajoutons seulement que le racisme se décline en deux attitudes, l’une étant négative, l’autre moins connue est positive. Ainsi l’on pratique le racisme lorsque l’on applique ou retire des qualités, des défauts, des droits, des valeurs, des intentions et des comportements sur une base « raciale » ou ethnique. Aussi la xénophilie devient une forme de racisme si elle est poussée au point de traité le « xénos », l’autre, l’étranger comme des vestales du temple de Vesta, des vaches hindous ou simplement comme des sainte-ni-touches.

Après avoir survolé le racisme, nous pouvons entrer dans le vif du sujet à savoir, en quoi la (jeune) gauche est raciste. Ce n’est pas tant son attitude sacrale envers les minorités et les extrêmes minorités que la hiérarchisation des minorités et son désintérêts marqués pour la quasi-totalité du reste de la population. Il faut le dire, la (jeune) gauche, ne maîtrise pas les idées socialistes, elle ne maîtrise pas le sujet du colonialisme, ni l’histoire de la gauche mondiale et nationale et encore moins la simple histoire générale de leur ethnie ou nation : le Québec. Aussi est-elle extrêmement perméable à la suggestion et a l’influence des médias canadians réactionnaires qui s’amusent a dépeindre le Québec comme une terre de fascisme, de racisme et d’arriéré mentaux depuis des décennies, le québécois est ignorant, il est pire que le Klan et n’a pas voix au chapitre. Voilà ce que pense l’on pense des non-gauchistes et non-conformistes à leur norme.

Enfin, Joseph Elfassi se joint à la curé avec son article « Le Québec est raciste - Get Over It ». Il a le culot de prendre comme introduction en matière de racisme, la participation de trois jeunes noir aux célébrations de la Saint-Jean Baptiste 2017. Pourquoi trois noirs ne pourraient-ils pas prendre part aux célébrations de la Saint-Jean Baptiste ? Prendre cette position politique, revient à « raciser » la nation québécoise et à émettre des critères discriminatoires sur qui peut célébrer la Saint-Jean et qui ne le peu pas sans être victime d’une sombre machination. Cette distinction est incroyablement raciste et rétrograde, elle revient à dire que les noirs ne peuvent et ne doivent pas s’intégrer dans la société québécoise, qu’ils ne peuvent pas être québécois, qu’ils seront encore et toujours des noirs, des étrangers. Parce que c’est impossible d’être noir et Québécois ? D’être musulman et Québécois ? Immigrant et Québécois ? Le statut de Québécois n’a pas à être déterminé par l’apparence « raciale » d’un individu mais par son niveau d’intégration à la société québécoise, à son amour pour la culture de ceux-ci et a l’appropriation qu’il en fait. Mais après tout que sait-on de ces trois jeunes hommes ?
Ils pourraient être la troisième génération issu de l’immigration, donc des Québécois de souche tant qu’à moi, il pourrait être des enfants adopter, des québécois pareil au premier cas, il pourrait même être né à l’extérieur du pays et avoir appris à nous aimer, nous autres le Québec et cela en ferait des Québécois. Plus insultant encore pour l’intelligence est lorsque Mr. Elfassi mentionne que les trois jeunes hommes se sont porté volontaire ! Leur rôle dans la procession ne leur a pas été imposé, ils l’ont choisit. Mais aussitôt, il se défend, car après tout ce ne sont pas trois noirs des quartiers défavorisés, ce sont des athlètes et donc ils ne sont pas représentatifs des leurs (ici il veut dire les autres, ceux qui ne sont pas québécois). Donc, pour l’auteur pour être représentatif de la communauté noire de Montréal il faut être pauvre et avoir été élevé en milieu défavorisé.

Il argue en outre que le costume de prisonnier que portait les trois jeunes et le fait qu’ils poussaient un char contenant des chanteuses blanches étaient une révélation raciste flagrante, tirant sur nous la couverture de l’héritage de l’esclavage États-Uniens et Anglo-saxon sur nos têtes innocentes de descendant des fermiers pauvres du Saint-Laurent et des ouvriers des villes, qui ne connurent pas la prospérité avant les années 70-80. L’esclavage, des noirs qui plus est, n’a pas des racines historiques profonde au Québec, les seuls esclaves ayant étés ceux de riche français repartis avec eux après la défaite ou la propriété des grands tyrans britanniques qui se partagèrent la dépouille de la Nouvelle-France. Ici, il met de l’avant une marque de la colonisation des Québécois par les États-Unis, la projection de leur culture sur notre histoire. Mais pourtant, il ne maîtrise absolument pas la notion de colonialisme ou de coloniser, l’immigrant n’est pas un colonisé, l’immigrant fait le choix d’aller vivre dans un autre pays. Il a le devoir de s’intégrer, sinon il se marginalisera ou deviendra lui-même un colonisateur ou plutôt « une minorité nationale étrangère en colonie » comme dirait Albert Memmi dans le Portrait du Colonisé.

Le colonisé dans l’histoire c’est le Québécois, une situation qui est connue depuis bien longtemps, depuis la conquête en fait. La lutte se poursuit contre le colonialisme, mais les cartes ont été brouillé. Ici, il n’est pas question de dire que l’immigrant ne vit pas de difficulté, c’est de préciser qu’il n’est pas un colonisé. L’immigrant doit vivre le choc culturel et le résoudre favorablement pour s’intégrer à la culture ou devenir se marginaliser. Le choc culturel se vit à la fois par l’immigrant et le citoyen qui voit arriver l’immigrant, tout deux doivent effectuer les étapes de résolution du choc pour pouvoir coexister celle-ci sont : la fascination, un intérêt et un amour pour tout ce qui est nouveau, le rejet, aux premiers heurts l’on rejette l’autre et tout ce qu’il représente et l’on se tourne vers les nôtres (ceci est l’étape cruciale si elle n’est pas réussie, il y a ostracisation), puis finalement la négociation, c’est-à-dire que l’on apprend à apprécier ce qui nous plaît et on ne se préoccupe pas de ce qui nous déplaît.
L’un des aspects du colonisé c’est le mépris et le rejet de tout ce qu’il est et l’association avec son colonisateur, ses valeurs et ses propos à l’encontre des « autres colonisés ».

Le Québec n’est pas exempt de racisme, après tout il s’est ouvert à l’immigration massive passé les années 60 ce qui fait de sa population encore des novices dans l’accueil des étrangers. Surtout si l’on considère que les étrangers anglophones (Américains, Britannique et Canadians) n’ont cessé de venir chez eux pour les mépriser, les volés et dominés. Néanmoins, la victimisation des immigrants est une chose aberrante et indigne, puisque si les victimes ont la quote ces jours-ci il n’en reste pas moins qu’une victime est une personne en position de faiblesse qui a besoin que quelqu’un redresse un tort pour elle. En victimisant les immigrants l’article leur enlève dignité, fierté, mais aussi indépendance et la capacité de parler ne leur nom propre. Je ne crois pas que le Québec soit un paradis, il a ses défauts, mais il n’y a pas encore eux de lynchage, de meurtre organisé d’immigrant (par des groupes suprémaciste), ni de pogrom. Alors, oui sans doute, la vie d’immigrant n’est pas facile, mais celle du Québécois en face des nouveaux arrivants ou juste des forces qui veulent l’écartelé non plus n’est pas facile. Personne ne sait trop comment faire et en plus l’on martèle depuis Toronto et Ottawa que nous sommes racistes et méprisant, alors comment trouver le chemin ?

Pour conclure, Elfassi termine son article sur ses phrases : « Nous ne sommes plus des invités chez vous. Nous sommes ici, chez nous. À l’avenir, on pousse ensemble, et on chante ensemble. Ce n’est pas une demande. C’est un rappel. » Je suis d’accord avec lui, cependant, la seule personne qui dans cette histoire à créer une division, une différenciation entre eux et nous c’est le jeune homme et son article incendiaire et culotte qui présente des exigences déjà remplies. Voilà la riposte aux accusations racistes et saugrenues que subit le peuple québécois dans sont ensemble pour le comportement de quelques individus.

Commentaires

  • Antoine Montambault, 3 juillet 13h34

    Merci à Louis B. pour sa réponse constructive.
    À monsieur Bouthillette, votre critique est élitiste et non-constructive. Le message peu transcender la qualité du texte. Je suis disponible pour recevoir des cours de français si vous y tenez, mais vous avez sous les yeux le résultat du système coloniale face à l’enseignement du français. L’attitude de dénigrement en face des difficultés de langue des jeunes québécois contribue à détourner les francophones de leur langue maternelle en direction d’une langue plus permissive et moins élaboré : l’anglais.
    Aussi, sans manquer de respect, vous pouvez où corriger mon texte, ou me donner des cours de grammaire gratuitement ou avoir une attitude conciliante et cesser de dénigrer les gens sur le difficulté. L’élitisme puérile du français nuit plus qu’il n’aide.
    Vive le Québec libre.

  • Francis Déry, 3 juillet 02h27

    Joseph Elfassi.

    C’est bizarre comment ce patronyme fait tinter une cloche dans ma tête.

    https://youtu.be/GywnR2dOifA

    Ah oui. La Critique Sociale inventée par l’Institut des Recherches Sociales de Francfort déménagée à New York, pour saper les fondements chrétiens des sociétés occidentales. Le NAACP financée par Jacob Schiff de la Kuhn and Loeb. La LICRA et le Southern Poverty Law Centre. Et plus récemment le #Blacklivesmatter.
    Ou encore, Simone Weil, qui fit sa part pour l’albicide, et dont le négrophobe Netanyahou fit l’éloge.

    C’était juste une bonne idée qui s’avère mauvaise quand on constate les volontaires pour l’effort écosensible. L’idée est d’utiliser l’huile de bras comme dans les Pierrafeu pour un avenir sans pétrole et pour lutter contre le sédentarisme. Il s’avère que les enfants blancs sont rendus minoritaires dans les écoles francophones de Montréal grâce à la Loi 101 et à la Laïcité scolaire de Pauline Marois.
    Et les Noirs misent beaucoup sur la forme physique pour imposer le respect dans la rue ou simplement pour le gangstérisme. Les jeunes sont de la polyvalente Louis-Joseph Papineau.

    Cela ne prenais pas la tête à Papineau pour comprendre. Juste un bon conseiller en image.

    Ce Elfassi est simplement un raciste pour observer la couleur de la plupart des jeunes.
    Merci quand même de souligner le remplacement générationnel.

  • Louis B., 2 juillet 08h32

    Bonne article,

    j’ai aussi ecrit un article sur le sujet dans la tribune libre de Vigile récemment. Je peux donc comprendre votre frustration par rapport a ces jeumes de gauches populistes brainwashés qui font tout se que les vedettes d’holywood et les medias de Toronto leur disent de faire. Si il y auraot seulement eu des blancs, ils auraient crier au racisme, il y avait un char avec des noirs et poof : racisme. Leur desillusion est sans fin : elle est reactionnaire peut importe se qu’ils voient. Pendant longtemps on pensait que l’extreme droite etait le pire danger en amerique du nord mais pour l’instant le gauche populiste est pire.

  • Jean Bouthillette, 28 juin 19h54

    Definitivement j’ai souvent eu envie de signaler à quelques auteurs de Vigile que leurs fautes nuisent à la lecture de leur texte mais là vous dépassez toutes les bornes. Le message de votre texte serait peut-être intéressant ? Mais il est d’un bout à l’autre définitivement incompréhensible dû à vos fautes de français !!!

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités