«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Ne jamais oublier que Dubuc fut un collaborateur de Jean Chrétien

La Charte des frayeurs

lundi 17 mars 2014

Le sondage CROP que publiait récemment La Presse a montré que les positions sur la Charte des valeurs québécoises se sont cristallisées. 51% des Québécois sont pour la Charte, 40% s’y opposent. Chez les francophones, l’appui est nettement majoritaire, à 61%, contre 29% d’opposants.

Mais ce sondage nous apprend autre chose, comme on l’a vu hier dans La Presse+. Il nous dit pourquoi. Il montre très clairement que le débat sur la Charte est à deux vitesses, à travers duquel s’exprime d’abord et avant tout un malaise face à l’immigration.

Ce que montre ce sondage, c’est que la Charte est en quelque sorte un gâteau un peu rassis, caché par son beau glaçage. Le glaçage, c’est l’argumentaire qui a soutenu la présentation du projet de Charte, le grand principe de la laïcité, la séparation de l’Église et de l’État, et l’autre grand principe, celui de l’égalité des hommes et des femmes. C’est leur adhésion à ces principes qui a amené des Québécois, notamment des féministes, à appuyer cette initiative.

Mais sous le glaçage, il y a le gâteau un peu sec, pas très appétissant : celui de l’ethnocentrisme et de la peur de l’autre. Il ressort très clairement des réponses à ce sondage qu’il y a une corrélation claire entre la crainte de l’immigration, forte chez les francophones, et l’appui à la Charte.

Si 68% des francophones sont pour l’interdiction du port de signes religieux ostentatoires, 52% d’entre eux toléreraient le crucifix, mais ils seraient beaucoup moins nombreux à accepter la kippa (37%), un hijab (35%), ou le turban sikh (29%). On est donc moins motivé par la laïcité que par la méfiance des religions non chrétiennes.

On découvre aussi que si les Québécois francophones ont une opinion très positive des Français (95%), des Américains (88%), des Chinois (86%), et des Latinos (84%), l’appréciation chute radicalement pour les sikhs (42%), les Arabes (42%), les hassidiques (37%), et les musulmans (36%). On n’observe pas d’écart semblable chez les répondants non francophones, qui ont une bien meilleure opinion des sikhs (85%), des Arabes (70%), des hassidiques (69%) et des musulmans (72%). Les réponses des partisans de la Charte sont sensiblement les mêmes que celles des francophones.

L’affirmation « Les immigrants doivent mettre de côté leur culture » reçoit un appui beaucoup plus fort chez les francophones (79%) que chez les non-francophones (47%). L’appui est encore plus fort chez les partisans de la Charte (83%).

Seulement 53% des francophones se disent à l’aise quand ils sont « dans un quartier où habitent beaucoup d’immigrants ». Un peu moins chez les partisans de la Charte (51%). Les non-francophones sont très majoritairement à l’aise dans ces quartiers, à 74%.

59% des Francophones trouvent « qu’il y a trop d’immigrants au Québec », et un peu plus, 61%, chez les pro-Charte. Seulement 32% des non-francophones partagent cet avis.

Quant à la vraie peur identitaire, « La population immigrante affaiblit l’unité du Québec », elle s’exprime chez 57% des francophones contre à peine 19% chez les non-francophones. Elle est plus forte chez les partisans de la Charte (62%).

Bref, il y a un lien entre l’appui à la Charte et le malaise vis-à-vis l’immigration. On pourra dire que ce malaise existe aussi en Europe, mais on compare des pommes et des oranges. Aucun pays européen n’est une véritable terre d’immigration, comme les États-Unis, le Canada et le Québec. Le Québec francophone semble se distinguer, et pas de la bonne façon, du reste du continent auquel il appartient.

Mais ce qui est unique, c’est qu’un gouvernement ait sciemment choisi de nourrir cette peur de l’immigration, de l’amplifier, de la légitimer, et d’en profiter politiquement. C’est la Charte des frayeurs.


Suggérer cet article par courriel
Charte de la laïcité
Un enjeu existentiel

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités