«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

« Dix fois plus d’unifoliés que de fleurdelysés dans notre capitale »

LIBRE OPINION

L’unifolié canadien est prépondérant dans la cité de Champlain

vendredi 19 mai

Au Québec et dans la cité de Champlain, notre capitale nationale, chef-lieu des francophones d’Amérique, la question des drapeaux reste toujours délicate. On vient de le constater encore une fois avec la décision de l’administration du Musée national des beaux-arts du Québec de retirer le mât du fleurdelisé qui triomphait au sommet de l’édifice. Le gouvernement refuse la décision du musée. Il ne faut pas se fermer les yeux, à Québec, la guerre des couleurs entre le bleu et le rouge pour affirmer possession, pouvoir et autorité demeure omniprésente, surtout depuis le référendum de 1995.

 

Québec demeure une ville phare au Canada, une cité touristique iconique mondialement reconnue. Les Québécois forment une société distincte, française, dont les aspirations ne sont souvent pas celles du Canada. Et, en règle générale, tous nos gouvernements ont défendu bec et ongles, même symboliquement, cette originalité. Des millions de visiteurs s’arrêtent chaque année dans nos murs. Québec est bâtie pour être regardée à partir du fleuve et pour être marchée sur ses littoraux et dans ses murs. Il n’y a pas si longtemps encore, la falaise et les berges offraient de prestigieux bâtiments à ceux qui arrivaient par bateau, plusieurs édifices comportant une façade simplement décorative plaquée sur un mur de pierre aveugle, des trompe-l’oeil en bois, pour raffermir le paysage bâti. Encore aujourd’hui, l’édifice Louis-Saint-Laurent, qui ferme la terrasse Dufferin à l’est, un ancien bureau de poste en pierre, comporte une fausse façade avec portique imposant donnant sur le fleuve. Et l’hôtel Château Frontenac !

 

Marquer sa présence

 

À Québec, véritable mirador sur le Saint-Laurent avec sa citadelle, porte continentale digne de mériter le titre de Gibraltar d’Amérique, le Canada tient à marquer sa présence et son pouvoir de façon fort ostentatoire, depuis 20 ans notamment. Le rouge et le blanc à saveur d’érable dominent largement le bleu et le blanc du parfum discret de la fleur de lys, plutôt inscrits dans la timidité. Celui qui arrive par bateau comme le feront des milliers de touristes cet été, ceux qui navigueront sur le Louis-Joliet, les brise-glaces et les hélicoptères de la garde-côtière au quai de la Reine lui confirmeront qui est le véritable gestionnaire des eaux devant Québec et sur le fleuve dans une parade éclatante de navires aux couleurs canadiennes, à l’enseigne du Canada en gros caractères blancs sur la coque rouge. Celui qui débarque d’un paquebot à la gare maritime sera reçu dans les unifoliés, et au sortir du stationnement, une grosse station de Pétro-Canada sur Dalhousie, en costume à la mode d’Ottawa, lui rappellera que le Canada s’est aussi investi dans le pétrole. Suivra la parade des drapeaux au sommet des édifices. Le port de Québec en est truffé, celui de l’édifice de la douane, au sommet de sa coupole, toujours bien éclairé et claquant au vent les soirs de spectacles à l’Agora du Vieux-Port, tout le complexe naval de Pointe-à-Quarcy avec ses mâts obliques en façade sur Dalhousie… Et si on monte sur la falaise, tous les belvédères de la terrasse Dufferin, la coupole de l’ancien bureau de poste, le parc Montmorency et la porte Prescott dans la côte de la Montagne, où loge la statue de Louis Hébert, partout où il le peut, le Canada pose sa marque. Le photographe Claudel Huot, qui a produit trois albums à succès sur Québec dont nous avons signé les textes, un résident de la petite rue Champlain pendant des décennies, nous confiait qu’il n’y a plus un coin pittoresque de Québec qui n’arbore pas, dans sa perspective, un unifolié marquant bien l’espace. Même l’hôtel de ville de Québec se soumet à cette vague et de plus en plus de commerces manifestent leur association au pays de sir Macdonald. Et les plaines d’Abraham, au belvédère Grey par exemple, et la citadelle et ses alentours, et la redoute Dauphine… Dix fois plus d’unifoliés que de fleurdelysés dans notre capitale.

 

Mais l’affirmation symbolique la plus puissante du Canada explose au bastion du Roy, voisin de la résidence du gouverneur général du Canada à la citadelle, le plus haut point topographique de la cité de Champlain. Un immense mât, doublé en hauteur sous Jean Chrétien et Sheila Copps, marque la Conquête et la propriété de la ville à ce sommet. Un étendard qui crève le ciel de loin comme le font les conquérants de l’Everest.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Actions concertées contre les ambitions nationales du Québec
Éradiquer tout signe de l’existence d’une société distincte

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 690$  14%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 24/05 Françoise Simard: 25$
  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$
  • 8/05 Gilles Thouin: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités