«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Un peu d’histoire en ce 375e

L’exil des animaux de ferme (1755)

dimanche 16 juillet

En 1755 est prise une décision politique qui va transformer Montréal à tout jamais. C’est un événement qu’évoquent rarement les historiens, mais Mario Robert, l’archiviste en chef de la Ville de Montréal, s’en souvient. Jusqu’à maintenant, hommes et animaux cohabitaient à Montréal. Des fermes jouxtaient les maisons et, bien souvent, le premier étage était une ferme, tandis qu’on vivait au deuxième. On accordait aux ânes, aux bœufs, aux poules et aux cochons des « accommodements raisonnables », et ceux-ci circulaient librement dans les rues. Ils vivaient « intra-muros », comme on aime dire à Paris, c’est-à-dire dans l’enceinte de la ville.

On en a cependant assez, et les choses vont changer avec l’ordonnance du 10 mai 1755, juste avant la Conquête. Jacques-Joseph Guiton de Monrepos, lieutenant général de la juridiction de Montréal, décide d’encadrer plus scrupuleusement la garde des bestiaux. Dans les enclos ou en dedans, les animaux ! Fini la voie publique comme lieu de pâturage et de broutage – et de défécation ! Quiconque possède des animaux de ferme doit maintenant les garder sur son propre terrain : il devient presque impossible, dans la pratique, d’élever des animaux en ville.

Était-ce l’odeur ? Le bruit ? L’insalubrité ? Il est inimaginable aujourd’hui d’élever des cochons dans sa cour arrière, mais c’était commun à l’époque. Pour les fermes dignes de ce nom, il faut sortir de la ville, qui est encore minuscule, il faut le dire. Le centre-ville d’aujourd’hui est alors la forêt !

Revanche du destin

La campagne qui s’étend autour de la ville fortifiée va constamment reculer. Montréal s’urbanise en expulsant ce qu’elle avait toujours contenu de campagne. Il y a un siècle, Maisonneuve et Saint-Léonard étaient encore des champs. Même à Verdun, dans ma jeunesse, dans les années 1950, rue Gordon, le poste CKVL avait pour voisin d’en face une fermette avec des cochons et des poules ! On va ériger des lots de bungalows sur d’anciens champs de blé d’Inde. Cette distinction entre la ville et la ferme n’existe pas, du moins pas officiellement, avant 1755.

Revanche du destin, l’agriculture se refait aujourd’hui une place en ville, avec les apiculteurs urbains, les jardins maraîchers sur les toits, et il y en a même, notamment à Rosemont, pour élever des poules. Pourquoi pas ? Excluons toutefois les coqs, dont le chant matinal nous rendrait fous... Nous aimons l’air frais et la verdure, et les bêtes en font partie. Je ne dis pas qu’une porcherie aurait sa place dans le Mile-End, mais... pourquoi ne pas réintroduire un peu de campagne dans nos îlots bétonnés ? À Griffintown, le combat fait rage depuis longtemps pour préserver les écuries du Horse Palace (dont on refuse de franciser le nom). Les promoteurs d’immeubles à condos sont bien sûr gênés de sa présence... Des nez fins font la grimace en raison du crottin... Mais, franchement, ce qui rend la ville invivable de nos jours, c’est le smog, la pollution ! Et tant mieux s’il reste un tantinet de nature dans nos murs. Si nous devons avoir honte de quelque chose aujourd’hui, c’est plutôt de notre tolérance aux mauvais traitements faits aux animaux domestiques.

Cette ordonnance explique les nouveaux règlements touchant les animaux de ferme en ville. Le but : inciter fortement les éleveurs à s’installer plus en périphérie. Et constamment, la ville s’urbanisera en repoussant la campagne de plus en plus loin. En cent ans, Montréal change de visage.
Photo courtoisie des Archives municipales de Montréal
Cette ordonnance explique les nouveaux règlements touchant les animaux de ferme en ville. Le but : inciter fortement les éleveurs à s’installer plus en périphérie. Et constamment, la ville s’urbanisera en repoussant la campagne de plus en plus loin. En cent ans, Montréal change de visage.
La ville en 1758, trois ans après l’ordonnance, nous semble bien petite aujourd’hui.
Photo courtoisie des Archives municipales de Montréal
La ville en 1758, trois ans après l’ordonnance, nous semble bien petite aujourd’hui.
 Il fut une époque où la ville, aperçue à partir du mont Royal – ce que représente ce dessin – avait des allures de gros village. Avant la révolution industrielle, l’île demeurait champêtre... même s’il a bien fallu un jour demander aux fermes de s’installer en dehors de la ville à proprement parler.
Photo courtoisie des Archives municipales de Montréal
Il fut une époque où la ville, aperçue à partir du mont Royal – ce que représente ce dessin – avait des allures de gros village. Avant la révolution industrielle, l’île demeurait champêtre... même s’il a bien fallu un jour demander aux fermes de s’installer en dehors de la ville à proprement parler.

- Avec la collaboration de Louis-Philippe Messier


Suggérer cet article par courriel
L’âme des peuples se trouve dans leur histoire
Le devoir de mémoire

Ceux qui ne connaissent pas l’histoire sont condamnés à la revivre

Citation tantôt attribuée à l’homme politique anglais Edmond Burke ou au philosophe espagnol George Santayana

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités