«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

L’économie selon le Parti libéral, un désastre !

Rappelons quelques faits

Tribune libre de Vigile
lundi 17 mars 2014
2 119 visites 11 messages

Je trouve étonnant qu’au cours de cette campagne électorale, la corruption pour ainsi dire institutionnalisée du gouvernement Charest et de son gouvernement ne retienne, semble-t-il, l’attention de personne. Pourtant, les révélations faites jusqu’à ce jour par la Commission Charbonneau révèlent jusqu’à quel point (et ce n’est encore que la pointe de l’iceberg !) les libéraux ont contribué à siphonner les coffres de l’État pour leurs profits personnels tout autant que par leur incompétence. Combien de milliards de dollars, les économistes libéraux ont-ils fait perdre aux contribuables québécois par leur incurie, leur incohérence, leur cupidité et la vacuité de leur pensée… économiste ?

Prenons pour exemple Hydro-Québec, cette société secrète à laquelle seul le Pouvoir des économistes du gouvernement ont accès. Rappelons quelques faits.

Après les événements terroristes de septembre 2001, George W. Bush a fait part de la priorité des priorités du gouvernement étatsunien : parvenir à l’indépendance énergétique en 2017, un objectif qui est à toute fin pratique déjà atteint : les États-Unis sont devenus le deuxième producteur de pétrole au monde et le chef de file de l’exploitation des gaz de schiste. L’utilisation de l’énergie solaire et de l’énergie géothermique a transformé la donne de la construction, aussi bien la publique que la privée.

Comment nos soi-disant économistes ont-ils réagi à la révolution étatsunienne en matière d’énergie ? Par l’absurde, comme ils font souvent en pareil cas. On a cédé pour une bouchée de pain à des entreprises étrangères et à des entreprises reliées directement au gouvernement libéral toute la vallée du Saint-Laurent pour y construire des parcs éoliens, développer l’industrie pétrolière et gazière.

Mais les économistes du gouvernement Charest, ces champions du développement, ne se sont pas arrêtés là. Souvenons-nous qu’en 2010 (on n’en est tout de même pas à une époque antédiluvienne !), le gouvernement Charest, par l’entremise d’Hydro-Québec, achetait pour près de 6 milliards de dollars Énergie Nouveau-Brunswick. Il devenait ainsi propriétaire de la centrale nucléaire de Point Lepreau (en restauration) et s’engageait, à ses frais, à débarrasser le Nouveau-Brunswick des déchets radioactifs accumulés de ladite centrale. Sept centrales hydroélectriques passaient aussi à Hydro-Québec (une simple vérification nous indiquait que ces centrales dataient de plus de cinquante ans et qu’il faudrait donc y investir beaucoup d’argent pour les restaurer à court et moyen terme). L’entente signée fut saluée unanimement par les économistes du Nouveau-Brunswick et ceux du Québec. La journaliste « des affaires » de La Presse estima que « l’entente était audacieuse » et celui du Devoir, Jean-Robert Sansfaçon, considéra « que la transaction proposée apporte un début de réponse au scepticisme de ceux qui, au Québec, craignent que la société d’État québécoise se retrouve en situation de surplus d’énergie ».

Combien de milliards de dollars Hydro-Québec aurait-elle englouti dans cette aventure si les citoyens et le Parlement du Nouveau-Brunswick ne s’étaient pas opposés à cette entente ? Comment de millions de dollars le gouvernement libéral de Jean Charest et Hydro-Québec ont-ils dépensé en pure perte pour les contribuables dans l’étude de ce projet et dans sa finalisation ?

Faisant fi du programme d’indépendance énergétique des États-Unis, nos économistes, de plus en plus brillants, ont mis en chantier quatre centrales sur la Romaine, au coût de près de 7 milliards de dollars (ce qui n’inclut pas les sommes qu’il faudra débourser pour la construction des lignes de transport de l’électricité). Cette électricité, selon nos champions économiques, ferait rentrer des milliards de dollars dans les caisses d’Hydro Québec ! La réalité a plutôt de quoi faire peur : il va en coûter 10 cents le kWh pour produire cette électricité destinée à l’exportation… qui ne rapportera, au mieux, que 6 cents le kWh ! Résultat : on prévoit maintenant que les travaux de la Romaine hypothéqueront le Québec pour les cent prochaines années ! Il me semble qu’on n’a pas besoin d’être « terriblement fort en économie » pour constater, selon l’expression de feu Camille Samson : « Le parti de Jean Charest nous a menés au bord du gouffre. Celui de Philippe Couillard va nous faire faire un pas en avant ! »

Quant au parc éolien d’Hydro-Québec, la manne, tant vantée par nos scintillants économistes libéraux, a coûté rien de moins que 500 millions de dollars aux contribuables en 2013 !

On pourrait citer bien d’autres exemples de l’incurie de ces économistes libéraux qui, depuis le commencement de la campagne électorale, ne cessent de « se promouvoir eux-mêmes » comme les sauveurs d’un Québec qu’ils ont contribué aveuglément à appauvrir.

Ça serait vraiment « le boutte du boutte » de porter au pouvoir le 7 avril prochain Philippe Couillard et ses jovialistes économistes !


Sources : argent.canoe.ca/nouvelles affaires/hydro-quebec ; ici.radio-canada.ca/regions/atlantiques/2013 ; Véronique Dupont, affaires.lapresse.ca/economie/etats-unis/2013 ; wikipedia.org/wiki/projet_de_la_Romaine ; Chems Eddine Chitour,

http://www.legrandsoir.info

Commentaires

  • Gaston Carmichael, 18 mars 2014 21h11

    "La réalité a plutôt de quoi faire peur : il va en coûter 10 cents le kWh pour produire cette électricité destinée à l’exportation… qui ne rapportera, au mieux, que 6 cents le kWh !"

    Vous êtes sévère dans votre jugement VLB. Votre analyse est effectivement valable pour aujourd’hui, le 18 mars 2014. Mais qu’en sera-t-il dans 10, 20, ou 50 ans ? Aussi soudainement que le gaz de schiste est apparu dans le marché, il pourrait disparaître tout aussi soudainement. Ou devenir beaucoup plus cher à exploiter. On commence à réaliser que les puits s’épuisent beaucoup plus vite que prévu. On multiplie donc les forage. Pourront-ils tenir ce rythme encore longtemps, sans que quelque chose ne leur pète dans la face ?

    Soudainement, l’électricité à 10 cent le kwh pourrait devenir une aubaine. Vous dites vous même : "... on prévoit maintenant que les travaux de la Romaine hypothéqueront le Québec pour les cent prochaines années !". Effectivement, le barrage de la Romaine est conçu pour durer 100 ans. Il faut donc essayer de voir un peu plus loin que 2014.

    Sans doute que le kwh produit à la Manic lors de son inauguration était perçu comme très dispendieux. Pensez aussi au projet de Churchill Falls. Fallait être un peu fou pour engloutir des milliards dans ces projets.

    Pour terminer, je vous suggère la lecture de cet excellent commentaire paru dans Le Devoir du 8 mars dernier.

  • Peter Benoit, 18 mars 2014 15h13

    L’enjeu de cette élection : Corruption ou Indépendance.

    La corruption va bien plus loin que les magouilles de coin de rue. C’est d’agir sciemment et délibérément à siphonner l’état québécois pour le rendre "inutilisable".

    Tout ce que le PLQ a à nous offrir, c’est une économie de l’endettement où les sommes empruntées permettent de générer les recettes fiscales pour renflouer les caisses de l’état tant que les taux d’intérêt seront bas pour ne pas trop affecter le service de la dette. C’est simple et nul besoin de planifier ou de gérer : l’emploi est au rendez-vous, l’économie roule et la paix sociale est maintenue.

    Toute une brochette d’opportunistes accourt pour alors profiter de la manne et pourquoi pas si l’occasion fait le larron ? Des "extras" sur les travaux de construction, de la spéculation avec la Caisse de dépôt, des projets insensés comme le Plan Nord, du trafic d’influences, de généreux bonis, des récompenses à certaines clientèles, un laisser-aller général et une dette qui s’accumule...

    L’indépendance c’est se donner le goût de construire, de bâtir et de ... rêver. Les Québécois sont parmi les peuples les plus créatifs au monde, fort de plusieurs siècles d’adaptation à un climat rude entourés d’une mer d’anglo-saxons. Relever le niveau d’éducation, favoriser l’innovation et soutenir les entreprises performantes, voici ce qui peut créer de la richesse avec un minimum d’endettement.

    Les preuves sont là : Il y a Céline Dion qui rayonne, le Cirque du Soleil, des Denis Villeneuve et des Jean-Marc Vallée, mais aussi la haute technologie avec Montréal qui est la seule ville au monde où il est possible s’assembler un avion de A à Z.

    Soyons persévérants. J’ai réussi à convaincre ma sœur de ne pas voter QS et mon jeune beau-fils va passer de la CAQ au PQ. On va y arriver.

  • Michel Bélisle alias Didier, 18 mars 2014 12h33

    J’ajouterais à mon dernier commentaire que je ne comprends pas comment il se fait que des politiciens qui ne sont pourtant pas dépourvus d’intelligence ne voient pas qu’ils servent un Système qui met l’être humain au service de l’argent.

    C’est le contraire qui aurait du bon sens, c’est à dire l’argent au service de l’être humain, comme ça devrait être.

    Voilà pourquoi il m’est devenu impossible d’endosser un tel Système par mon vote et que désormais je m’abstiens.

  • Michel Bélisle alias Didier, 18 mars 2014 11h52

    M. Beaulieu,

    Vous dites :

    "Ça serait vraiment « le boutte du boutte » de porter au pouvoir le 7 avril prochain Philippe Couillard et ses jovialistes économistes !"

    Mais c’est pourtant tout à fait possible. Il n’y a que deux partis qui peuvent gagner au Québec, le PQ ou le PLQ. C’est un pile ou face.

    Et je vais vous dire quelque chose en tant qu’ancien membre de QS. Il est beaucoup plus facile pour les électeurs de la CAQ de voter stratégique et d’aller vers le PLQ que pour les gens de QS d’aller stratégiquement vers le PQ.

    La raison, c’est parce que le PLQ et la CAQ se rejoignent à tous les niveaux. Ils ne veulent pas de la souveraineté (la CAQ dit pas avant dix ans, donc ça revient à rejeter la souveraineté) et ils sont plutôt d’accord dans leurs politiques économiques qui se résument à servir les intérêts d’une minorité d’affaires privilégiée au détriment de tous les autres.

    Par contre, si QS et le PQ sont tous les deux souverainistes, le PQ est, au point de vue des politiques économiques, plus proches de ses adversaires PLQ et CAQ que de QS.

    Les gens de QS ont ainsi plus de difficulté à aller vers le PQ parce que la justice socio-économique, c’est leur pain et leur beurre.

    Cependant, le Système ne permettra jamais à QS de prendre le pouvoir. Ça serait une raison pour les électeurs de QS de voter PQ.

    Mais personnellement, placé devant ce dilemme, je m’abstiens désormais. Parce qu’il me semble que d’aller voter, ce serait, d’une certaine façon, endosser par mon vote un Système qui brise des vies en refusant à bien des citoyens un revenu suffisant pour une vie décente et heureuse.

    En effet, comment voulez-vous décemment et dignement au Québec avec un peu plus de 600$ par mois à l’aide sociale pour se loger, s’habiller, se nourrir etc...?

  • Jean-Pierre Lemonde, 18 mars 2014 11h38

    Il faut se rappeller que le scénario d’achat de l’énergie hydro-électrique du NB mettait Hydro-Québed dans une situation d’imbroglio juridique n’était plus rattaché qu’au gouvernement québécois. Ce flou juridique dirigeait HQ vers une possible prise de possession par le privé, lire Power Corp. Bravo M. Charest !

  • Ouhgo, 18 mars 2014 11h29

    "...Charest et de son gouvernement ne retienne, semble-t-il, l’attention de personne. Pourtant, les révélations faites jusqu’à ce jour par la Commission Charbonneau révèlent ..."

    Les grands politiciens font parfois de ces "deal"...

  • Fernand Lachaine, 18 mars 2014 11h23

    Le PLQ de Charest a endetté le Québec de 60 milliards en 9 ans et ce matin le PLQ est en avance selon un sondage. Allons les indépendantistes, il faut se tenir ensemble ou bien nous sombrons sous un autre PLQ.

  • Gaston Carmichael, 18 mars 2014 08h22

    Si l’acquisition d’Énergie N-B aurait été complétée, Hydro-Québec aurait automatiquement passé sous la juridiction d’Ottawa (commerce inter-provincial).

    Après nous avoir saboté la CDPQ, Charest/Desmarais auraient réussi à nous dépouiller d’un de nos fleuron.

  • Marcel Haché, 18 mars 2014 07h53

    Fait longtemps que le P.L.Q. n’est plus le parti des pourris et des économistes. C’est le parti du West Island, dont l’électorat a toujours tout pardonné à nos rouges pourvu qu’ils soient retournés contre Nous.
    Quand bien même Nous produirions 25 prix Nobel en économie, s’il suffit au West Island d’étendre son électorat ( en particulier au moyen de l’immigration) et renverser les forces politiques traditionnelles parmi Nous, cela ne Nous avancera pas d’un pouce.

    Ce n’est pas à vous, Victor-Lévy Beaulieu, que je vais apprendre que la rue Charleroi de Nous appartient plus.

    Au plaisir de vous lire, toujours.

  • Normand Paiement, 18 mars 2014 06h15

    Monsieur BEAULIEU,

    Avez-vous fait part de vos commentaires aux stratèges péquistes, qui ne semblent guère pressés d’exploiter ce précieux "filon" ?...

    Cordialement,

    Normand Paiement

  • Michel Guay, 17 mars 2014 23h56

    La pire supercherie des fédéraliste PLQ et CAQ est la PÉRÉQUATION . Ces nuls en économie sont trop bêtes pour se rendre compte que de confier plus de 50% nos impôts et fonds consolidés à des étrangers et au Canada des canadians qui dépensent à leurs avantages à Toronto et par les ambassades canadians CE N’EST PAS RENTABLE pour la nation Québecois qui reçoit en retour les miettes du BS -PÉRÉQUATION supercherie .
    GARDONS nos richesses au Québec

    MICHEL GUAY

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

PLQ - La descente aux enfers
Les mille et un cauchemars de Philippe Couillard

Au Québec, sous le gouvernement Libéral, il n’y a pas de séparation entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire. Or cette séparation constitue le fondement de l’État de droit depuis Montesquieu (L’esprit des lois).

L’opposition a proposé que la nomination du Commissaire de l’UPAC relève de l’Assemblée nationale. Le gouvernement Libéral a refusé. Il va donc nommer seul celui qui va enquêter sur... le PLQ !

Le coulage de l’info de l’intérieur de la SQ (Hamad, Bibeau, etc.) est la réponse au PLQ des policiers-enquêteurs qui veulent en finir avec la corruption érigée en système par le régime.

Vigile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités