«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les services à la population toujours restreints par l’austérité

L’austérité libérale n’est pas derrière nous, on est en plein dedans, dit la CSN

jeudi 5 janvier

Le ministre des Finances, Carlos Leitão, a beau promettre des réinvestissements dans les services publics en 2017, le président de la CSN, Jacques Létourneau, ne croit pas, lui, que l’« austérité » soit chose du passé.

« L’austérité n’est pas derrière nous ; l’austérité, on est encore en plein dedans », tant dans les Centres de la petite enfance que les services de santé et l’aide aux jeunes avec des difficultés d’apprentissage, a lancé M. Létourneau, mercredi, au cours de sa traditionnelle conférence de début d’année.

Et la situation risque encore de s’envenimer, avec d’autres compressions budgétaires en Santé, si Ottawa et Québec ne s’entendent pas sur les Transferts canadiens pour la santé — et les milliards de dollars que cela signifie pour l’ensemble du pays.

Le président de la CSN s’est dit inquiet des conséquences sur le Québec s’il n’y a pas d’entente à ce chapitre.

« C’est sûr qu’à Ottawa, on a un gouvernement qui est assez centralisateur, qui veut donner les orientations et les priorités d’investissement. Le Québec a toujours été contre ça. Et nous, on est d’accord avec cette idée que le Québec est maître d’oeuvre dans ses priorités et dans ses choix. Donc, c’est clair que c’est très préoccupant », a opiné le président de la CSN.

Salaire minimum

M. Létourneau se demande aussi ce que signifie le silence de la ministre du Travail, Dominique Vien, quant à une éventuelle hausse du salaire minimum. Souvent, les hausses sont annoncées avant les Fêtes, en prévision du 1er mai — ce qui n’a pas été fait cette année.

La CSN milite pour que le salaire minimum, qui est actuellement à 10,75 $ l’heure, soit haussé à 15 $ l’heure « le plus tôt possible ».

« On a une ministre du Travail qui a l’air ouverte à l’augmenter de façon substantielle — et c’est ce qu’elle dit encore — et un ministre des Finances qui a l’air de dire que c’est un niveau de salaire qui est suffisant. Alors quoi en décoder, quoi en tirer comme conclusion ? Moi, je ne fais pas tellement confiance à ce gouvernement-là. Je pense que c’est un gouvernement qui écoute davantage le patronat », a conclu M. Létourneau.

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
La Dépossession tranquille

 

Le détournement de l’État et de nos grandes institutions collectives

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
3 360$  6%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 27/03 Monique Moquin-Normand: 25$
  • 27/03 Marc Labelle : 100$
  • 27/03 Raymond Saint-Arnaud: 20$
  • 27/03 Yves Corbeil: 50$
  • 27/03 Michel Tremblay: 25$
  • 27/03 Jacques Morissette : 10$
  • 27/03 Alexandre Gauthier: 10$
  • 27/03 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités