«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

S’il est vrai qu’on a les politiciens qu’on mérite, on ne mérite pas grand chose !

Justin Trudeau remplit les coffres du Parti libéral

Le PLC dépasse même les conservateurs dans la course au financement de fin d’année

vendredi 3 janvier 2014

L’arrivée de Justin Trudeau a fait résonner la caisse électorale du Parti libéral du Canada (PLC), au point où les libéraux rivalisent pour la première fois avec les conservateurs de Stephen Harper dans la course au financement de fin d’année.

Champions incontestés du financement depuis plus d’une décennie, les conservateurs étaient en voie d’amasser 1,7 million au cours du trimestre qui a pris fin le 31 décembre, comparé à 2,2 millions pour les libéraux, selon les plus récentes données rendues publiques par les partis.

Plus important encore, Justin Trudeau a fait le plein de 20 593 donateurs qui ont financé le PLC pour la première fois en 2013. Cette donnée est jugée cruciale par les organisateurs libéraux, parce que le parti avait toujours eu de la difficulté à solliciter un grand nombre de petits donateurs. À l’opposé, les conservateurs de Stephen Harper se targuent depuis une décennie de compter sur une vaste base de militants qui n’hésitent pas à sortir leur portefeuille pour financer le parti, à coups de centaines ou de dizaines de dollars.

« La culture de financement du parti est en train de changer », dit Marc Garneau, un des sept députés libéraux à avoir survécu à la vague orange qui a déferlé sur le Québec à l’élection de mai 2011.

« Le message a été bien reçu par nos militants : il n’est pas suffisant de s’affirmer comme libéral, il faut aussi contribuer [à la caisse du parti]. Les conservateurs l’ont fait avec beaucoup, beaucoup de succès. Leurs coffres débordent. On n’a pas le choix de s’adapter, parce qu’on se fera attaquer très agressivement par nos adversaires d’ici aux élections d’octobre 2015 », ajoute l’ancien astronaute, qui s’est rallié à Justin Trudeau en mars dernier après l’avoir affronté brièvement dans la course à la direction du parti.

Fin du financement par l’État

Les partis fédéraux doivent à tout prix s’assurer d’avoir une solide base de donateurs parce que le financement public des formations politiques sera annulé dès l’an prochain, le 1er janvier 2015. Le gouvernement Harper a décidé en 2011 de mettre fin au financement des partis par l’État, qui avait été instauré au début des années 2000 par les libéraux de Jean Chrétien.

L’ex-premier ministre libéral avait réformé le financement des partis fédéraux en s’inspirant de la politique mise en oeuvre par René Lévesque au Québec : M. Chrétien avait interdit les contributions des entreprises, imposé un plafond aux dons des militants et créé un financement des partis à même les fonds publics, en fonction du nombre de votes obtenu aux élections. Stephen Harper maintient l’interdiction faite aux entreprises de financer les partis, mais élimine le financement de l’État.

« Les libéraux ont mis une décennie à s’adapter aux nouvelles règles du jeu qui interdisent les contributions des entreprises », a indiqué Denis Saint-Martin, professeur de science politique à l’Université de Montréal, lors d’une récente entrevue avec Le Devoir. Les libéraux étaient tellement proches des grandes entreprises, qui remplissaient traditionnellement les coffres du parti à coups de dizaines de milliers de dollars, qu’il a fallu l’arrivée de Justin Trudeau pour inciter les militants à sortir leur chéquier, selon lui.

Un Bronfman à la rescousse

Ironie du sort, c’est un illustre représentant du monde des affaires — le milliardaire montréalais Stephen Bronfman — qui aide le Parti libéral à prendre le virage du financement populaire. Ce membre bien en vue de l’establishment financier canadien a été nommé en août dernier conseiller spécial du chef Justin Trudeau en matière de financement.

Stephen Bronfman a été appelé à la rescousse pour donner une crédibilité à Justin Trudeau, qui était critiqué pour son manque de connaissances en gestion de l’économie. En privé, des libéraux se félicitent que le représentant de l’illustre famille Bronfman ait convaincu la communauté des affaires d’appuyer le PLC — par des contributions personnelles limitées à 1200 $ par année, les dons des entreprises étant interdits.

La personnalité de Justin Trudeau aide aussi à remplir les coffres des libéraux. Le parti mise sans retenue sur le charisme du chef de 42 ans pour inciter les militants à faire un chèque au PLC. Les libéraux ont ainsi fait tirer un souper avec Justin parmi les contributeurs à la caisse du parti, en octobre. La campagne a été un succès.

Le PLC a aussi commencé à envoyer systématiquement des courriels de sollicitation à ses sympathisants, comme le font les conservateurs depuis des années. Libéraux, conservateurs et néodémocrates ont ainsi sollicité leurs militants de façon presque quotidienne au cours du mois de décembre, dans un sprint endiablé pour faire tinter la caisse avant la fin de l’année.

« Il n’est pas toujours facile d’agir comme il se doit. Et il n’est pas toujours facile d’être premier ministre. C’est pourquoi nous devons nous assurer que Justin Trudeau ne sera jamais élu à ce poste », a écrit le Parti conservateur à ses membres, le 22 décembre. Le parti avait amassé 1,7 million sur un objectif de 2 millions, selon ce message.

Malgré le regain d’énergie des libéraux en deuxième moitié de l’année 2013, les conservateurs ont amassé nettement plus de fonds que le PLC, durant les trois premiers trimestres : 12,8 millions (PC), comparé à 7,1 millions (PLC) ; le Nouveau Parti démocratique vient au troisième rang avec 4,4 millions. En soirée jeudi, il a été impossible d’obtenir des détails sur la récolte de fonds du Bloc québécois.


Suggérer cet article par courriel
Le PLC à suivre de près
Les tribulations du fils à papa

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 825$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$
  • 16/08 François-Luc Valiquette: 5$
  • 16/08 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités