«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Pee-Wee Trudeau est un Canadien anglais

LETTRES

Justin Trudeau et le Canadien anglais

mercredi 12 avril

Le premier ministre Justin Trudeau avance que le Canada est né à Vimy. Encore une fois, le premier ministre réfléchit comme un anglophone.

 

Pour le Canada anglais, la bataille de Vimy est un acte de naissance. À cette époque, le Canada est un dominion qui n’est pas maître de sa politique étrangère. Lorsque l’Empire britannique entre en guerre contre l’Allemagne, le Canada est en guerre lui aussi, sans qu’on lui demande son avis.

 

Cette situation aberrante pour un État souverain est incompréhensible aujourd’hui. Il faut comprendre que le Canada anglais est un peuple resté loyal à la Couronne britannique après la Révolution américaine. Les Canadiens anglais se considèrent comme des sujets britanniques ; les Canadiens, ce sont les francophones de souche.

 

Cette allégeance inconditionnelle est quelque peu troublante, dans la mesure où les Canadiens anglais n’habitent plus les îles britanniques depuis 150 ans… Leur nation se confond avec la Grande-Bretagne.

 

La bataille de Vimy permet aux soldats canadiens-anglais de s’illustrer, de se distinguer du corps expéditionnaire britannique. Enfin ! Pourtant, l’importance de cette bataille est largement exagérée… Elle ne permet pas d’atteindre l’objectif initial de percer le front allemand. Les soldats ennemis se replient pour former une nouvelle ligne défensive qui tiendra jusqu’en novembre 1918.

 

Néanmoins, la pugnacité des troupes canadiennes-anglaises impressionne. Ils gagnent leurs lettres de noblesse, ce qui permet au Canada de signer comme pays autonome le traité de Versailles, en 1919. C’est seulement en 1931, à la signature du Statut de Westminster, que le Canada acquiert sa pleine indépendance.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
L’âme des peuples se trouve dans leur histoire
Le devoir de mémoire

Ceux qui ne connaissent pas l’histoire sont condamnés à la revivre

Citation tantôt attribuée à l’homme politique anglais Edmond Burke ou au philosophe espagnol George Santayana

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 920$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/08 André Lepage: 5$
  • 23/08 Éric Haddad: 5$
  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités