«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Maritineau se trompe de cible. C’est sur Couillard qu’il devrait tirer

Jouer à la tag avec Jacques Daoust

Jacques Daoust me fait penser à mon fils de 8 ans

Jacques Daoust est un personnage fascinant. Rarement aura-t-on vu un politicien se foutre autant de la politique et des affaires de l’État.

On n’a qu’à penser à l’histoire ahurissante que Robert Dutton, l’ex-PDG de RONA, a racontée à Benoît Dutrizac sur les ondes du 98,5 FM.

« Je ne veux rien savoir de RONA. De toute façon, je vais perdre ma job », lui aurait lancé Jacques Daoust en 2012 lors d’une rencontre chez Investissement Québec.

« Moi, tout ce qui m’intéresse, c’est le vignoble que j’ai acheté avec mon fils et qu’on va rénover... »

Plus cavalier que ça, tu accroches des éperons à tes bottes.

« PLUS IMPUTABLE »

Contredit par son ancien chef de cabinet qui a affirmé à la commission parlementaire spéciale que l’ex-ministre était au courant de la vente des actions de RONA par Investissement Québec, Jacques Daoust a affirmé à La Presse qu’effectivement, à bien y penser, il avait été mis au courant des intentions d’Investissement Québec.

« Mais je n’ai jamais approuvé cette transaction... De toute façon, j’en ai fini de la politique, j’ai démissionné comme ministre et comme député... On ne peut être plus imputable... »

En d’autres mots : oui, j’ai dit que je ne savais pas alors que je savais, mais je n’ai plus de comptes à rendre à personne étant donné que j’ai quitté la vie politique, arrêtez de m’achaler avec ces affaires-là...

Pardon ?

C’est comme ça que ça fonctionne, en politique ?

Il suffit que tu donnes ta démission (ou que tu te fasses « démissionner ») pour que tu n’aies plus à répondre de tes actes ?

Ben coudonc.

« C’est swell », comme aurait dit mon père.

« L’ARBRE ME PROTÈGE ! »

Jacques Daoust me fait penser à mon fils de 8 ans.

Quand je joue à la tag avec lui et que je réussis enfin (après avoir pompé ma vie) à le toucher du bout des doigts, il trouve toujours des excuses pour s’en sortir.

« Tu m’as touché alors que j’étais sous un arbre. Or, les arbres te protègent de la tag !

— Comment ça, les arbres te protègent de la tag ? Tu ne m’as jamais dit ça !

— Mais c’est ça, papa ! C’est dans les règlements ! »

Un jour, ce sont les arbres. Le lendemain, c’est le trottoir ou la rue.

N’importe quelle excuse pour ne pas avoir la tag.

C’est exactement ce que Jacques Daoust fait.

« Vous m’avez touché ? Too bad, j’ai donné ma démission, je n’ai pas à répondre de mes actes, na-na-nère ! »

Euh...

On ne joue pas, monsieur Daoust.

Vous avez agi de façon bizarroïde alors que vous étiez ministre et vous devez répondre de vos actes – démission, pas démission.

Le fait de démissionner ne vous donne pas le droit de passer « go » et de récolter 200 dollars.

Nous sommes dans la vraie vie, là.

Pas dans un jeu Hasbro.

LE JUPON DÉPASSE

Évidemment, les libéraux, qui sont majoritaires, vont s’opposer à ce que Jacques Daoust témoigne à la commission parlementaire.

Le jupon dépasse, les amis.

On dirait que vous portez une burqa.

Pourquoi avez-vous si peur que monsieur Daoust témoigne ?

 

Suggérer cet article par courriel
Dans les placards du PLQ
Magouilles et omerta

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 625$  14%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$
  • 8/05 Gilles Thouin: 5$
  • 8/05 David Ross: 5$
  • 8/05 Gilles Thouin: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités