«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Les victimes ne sont pas celles qu’on voudrait nous faire croire

Islamophobie et droits de la personne

Une frénésie s’est emparée des gouvernements et des parlements en Occident, Canada inclus, autour du débat sur l’islamo­phobie.

On a eu droit à beaucoup d’invectives et à des élans de victimisation et d’autoflagellation. Des politiciens qui font leur mea culpa, des universitaires et des journalistes qui s’autocensurent. Bref, le monde occidental est en émoi.

Cette tension fait écho à une agitation tous azimuts des islamistes radicaux pour faire avaler l’islamophobie aux démocraties occidentales. Pour en comprendre le sens et la portée, il faut remonter au débat sur la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH) aux Nations unies.

Dès le départ, la DUDH a été contestée, notamment par l’Arabie saoudite, qui a pesé de tout son poids sur la dizai­ne de pays musulmans membres de l’ONU à l’époque. Elle a été adoptée, le 10 décembre 1948, après d’âpres négociations.

Au cœur du litige, un conflit entre deux conceptions des droits de la personne, une laïque, portée par les pays démocratiques, et une théocratique, défendue par le régime wahhabite, qui a fait du salafisme politique et djihadiste sa religion d’État.

L’Arabie saoudite s’est opposée à plusieurs dispositions de la DUDH, notam­ment les articles 1, 13, 16 et 18. Elle s’est déclarée : 1) contre le principe selon lequel « tous les êtres humains naissent libres et égaux en digni­té et en droits » ; 2) contre le fait que « toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État », considérant qu’il est interdit aux non-musulmans de circuler à la Mecque ; 3) contre le « libre consentement des époux » en cas de mariage, car, dans le royaume de la débauche, la pédophilie est légitimée par des mariages arrangés avec des petites filles ; enfin, 4) contre « la liberté de pensée, de conscience et de religion », car ce droit implique la liber­té de changer de religion. Or, l’apostasie est un crime qui appelle la peine capitale.

L’islamophobie : un combat international

En 1969, l’Organisation de la coopération islamique (OCI), sorte de « Nations unies du monde musulman » voit le jour et 40 ans après l’adoption de la DUDH, que l’Arabie saoudite n’a jamais signée, l’OCI, qui regroupe une soixantaine d’États musulmans, va se doter d’une Déclaration sur les droits de l’homme en islam.

Plusieurs versions ont été élaborées, dont la « Déclaration des droits et des obligations fondamentales de l’homme en islam », en 1979, qui repose sur la charia comme seul fondement juridique.

Elle sera suivie, en 1981, du projet de « La Déclaration sur les droits de l’homme en islam » avec des références explicites à la charia comme seule source de droit. On y décrète que les droits et libertés en islam sont « des dispositions divines (...) que personne n’a le droit de violer, d’entraver ou d’ignorer, totalement ou partiellement ». Le principe de l’égalité entre l’homme et la femme en droit y est proscrit.

Une troisième et une quatrième mouture ont été présentées à l’OCI. Celle de 1983, à Decca, au Bangladesh, légèrement libérale, n’a jamais été proclamée par les États membres, et celle du Caire, qui sera adoptée le 5 août 1990.

La suprématie de la charia

Cette dernière sera la bonne. C’est la « Déclaration du Caire sur les droits de l’homme en Islam », soumise entièrement à « foi islamique ». Elle réaffirme la suprématie de la charia et constitue une rupture avec la vision universelle des droits de la personne, dont elle rejet­te les principes fondamentaux.

Elle introduit le concept de la Oumma (communauté musulmane) appe­lée à jouer un rôle actif pour « éclairer la voie de l’humanité ». L’égalité hommes-femmes en droit y est absen­te et la liberté de religion, de conscience et de croyance y est proscrite, notamment au chapitre du délit d’apostasie, qui est punissable de la peine de mort.

Ce débat sur deux conceptions incompatibles des droits de la personne, l’une portée par les pays démocrati­ques et l’autre par un régime wahhabite ne tardera pas à se transposer en Occident. L’Arabie saoudite mettra tout son poids derrière les groupes sala­fistes qu’elle financera pour y promouvoir l’implantation de la charia et le concept de l’islamophobie.

Or, l’islamophobie ne vise pas la lutte contre le racisme, puisque les sociétés démocratiques disposent déjà de chartes et d’instruments juridiques pour le combattre.

L’islamophobie ne s’applique qu’à une seule religion, l’islam. Elle vise essen­tiellement à limiter la liberté d’expression en cette matière pour faire taire toute réforme interne à l’islam ou tout questionnement en lien avec les mouvances islamistes radicales, à l’œuvre en Occident, afin de leur permettre d’avancer leur programme politique en toute impunité.

Si « le délit du blasphème » ou islamophobie avait existé il y a 12 ans, je n’aurais pas pu présenter la motion contre l’implantation des tribunaux dits islamiques au Québec et au Canada, la faire adopter à l’unanimité de l’Assemblée nationale, le 26 mai 2005 et faire reculer le gouvernement de l’Ontario sur cette déri­ve.

Le bras long des Frères musulmans

Nombreuses sont les organisations islamistes qui tissent leurs toiles en Occident depuis des décennies. Leurs idéologues n’ont ménagé aucun effort pour saper les bases de la démocratie. C’est notamment le cas des Frères musulmans et de leurs bras agissants, les collectifs contre l’islamophobie qui ont essaimé en Europe et en Amérique du Nord, notamment au Québec et au Canada.

Ils n’hésitent pas à déployer leurs tentacules jusqu’aux hautes sphères des gouvernements et des parlements occidentaux ainsi que dans l’ensemble de ces sociétés où les musulmans qui aspirent à vivre en harmonie assistent incrédules à la montée des groupes salafistes qu’ils ont fui dans leurs pays d’origine et qu’ils voient s’ériger, ici, en « interlocuteurs officiels des gouvernements ».

Passés maîtres dans l’art de la manipulation et de l’instrumentalisation, et favorisés par les généreuses couvertures médiatiques, les groupes islamistes qui montent aux barricades pour dénoncer l’islamophobie ne

visent qu’une chose : convaincre les musul­mans que leur sécurité est en danger sur la terre des mécréants. Du coup, ils s’imposent comme l’unique rempart capable d’endiguer la vague de l’islamophobie d’un monde qui leur est, par définition, hostile. Une générali­sation aberrante.

Découragés par cette stratégie abusive, beaucoup de musulmans s’emmurent dans le silence quand ils voient les élites politiques qu’ils croyaient du côté de la démocratie devenir des alliés stratégiques des ennemis de la démocratie. Ils se sentent impuissants face à cette « normalisation de l’islamisme radical » qui s’impose en « islam officiel ».

Le problème de la perception négative à l’égard de l’islam et des musulmans existe depuis des siècles et ne saurait être réduit à un phénomène de peur et de phobie. Norman Daniel en a donné un portrait détaillé dans son célè­bre ouvrage Islam et Occident.

Oui, il y a du racisme et de la discrimination à l’égard des communautés musulmanes en Occident. Oui, le Québec et le Canada n’en sont pas exempts, mais nous avons des chartes des droits et des institutions pérennes qui leur offrent une meilleure protection que les gesticulations idéologiques des groupes salafistes et leur djihad juridique autour de l’islamophobie.


 


Suggérer cet article par courriel
Islam politique
Allahou akbar ? Peut-être. Mais pas dans l’espace public

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
7 695$  13%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 28/04 Pierre Cournoyer : 50$
  • 26/04 Diane Gagnon: 50$
  • 23/04 René Ricard : 50$
  • 23/04 Jacques Coulombe Ltée : 20$
  • 22/04 François Dubois : 20$
  • 20/04 André Daoust : 40$
  • 19/04 Jacques Tremblay : 50$
  • 19/04 Simon Garneau: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités