«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Un enterrement de première classe !

Irrégularités aux Transports : un rapport tiède du Vérificateur

mercredi 14 juin

(Québec) Les « graves irrégularités » dans l’attribution des contrats au ministère des Transports n’ont pas été débusquées par le bureau du Vérificateur général, après un an d’enquête.

Dans son rapport déposé mercredi matin à l’Assemblée nationale, la vérificatrice Guylaine Leclerc constate que le ministère des Transports aurait beaucoup de procédures de contrôle à améliorer. On s’inquiète de l’étanchéité des contrôles, à partir de l’étude d’un échantillon de 80 contrats. « L’importance des contrats accordés aux firmes externes, dans le contexte où le ministère demeure vulnérable sur le plan de l’expertise soulève des préoccupations quant à la capacité du ministère à encadrer adéquatement ces firmes » observent les vérificateurs.

En construction, plus de la moitié des 53 contrats vérifiés étaient envoyés à l’externe pour la conception et les plans et devis -la valeur de ces contrats externe représentait 94 % du total.

Pour les contrats de construction ou de services professionnels, « les estimations ne sont pas établies avec toute la rigueur nécessaire ». Quand l’évaluation est faite à l’externe, le ministère n’a pas les moyens d’en vérifier la rigueur.

Le ministère des Transports reste le plus important « donneur d’ouvrage » au Québec, avec 3038 contrats de plus de 25 000 $ octroyés, un total de 1,6 milliard, dont 71 % vont à la construction. Depuis 2013, la valeur des contrats accordés pour les services professionnels a baissé, passant de 318 millions en 2013-2014, à 251 millions l’année suivante et à 195 millions en 2015-2016.

Les employés du Vérificateur général du Québec ont rencontré à deux reprises Annie Trudel, qui avait dénoncé des irrégularités, l’opacité du ministère, le fractionnement injustifié de contrats et l’embauche d’anciens employés. À l’époque, fraîchement nommé, le ministre Laurent Lessard avait promis de « faire le ménage » dans son nouveau ministère. Dans sa réponse au rapport de la vérificatrice, geste inusité, on réfute en bloc les allégations de la lanceuse d’alerte ; « Selon nous les allégations de graves irrégularités portées à son endroit (du MTQ) tant en matière de fractionnement de contrat que d’opacité des systèmes ou de collusion, s’avèrent sans fondement ». Le ministère ajoute toutefois convenir comme la vérificatrice que « ses pratiques en matière de gestion contractuelle sont perfectibles ».

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
Patronage et Corruption - Les deux mamelles du PLQ
Les prédateurs qui détournent nos institutions

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités