«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Je me souviens ... de rien

ARCHIVES DE L’APRÈS-MEECH

Impasses historiques

mardi 27 septembre 2016

Les archives de l’époque de la crise post-Lac Meech s’ouvrent, nous apprenait La Presse lundi. Il n’y aurait là que peu de surprise. Le premier ministre libéral Robert Bourassa, en 1991, rassurait ses collaborateurs fédéralistes : malgré une loi qu’il comptait faire adopter, jamais il ne ferait de référendum sur la souveraineté. Une sorte de confirmation des thèses du célèbre essai Le tricheur, de Jean-François Lisée. Mais quelle importance de voir cette tromperie confirmée à une époque où l’on tend à se méfier de l’histoire ?

L’époque exaltante de l’Accord du lac Meech, qui devait ramener le Québec dans le giron constitutionnel, a largement engendré la période politique actuelle, qui se caractérise par l’impression durable que, depuis 26 ans, les deux voies de l’avenir du Québec — fédéralisme renouvelé et indépendance — semblent à jamais bouchées. Après l’échec de Meech, le 23 juin 1990, les fédéralistes québécois avaient du mal à croire que le contrat fondamental du Dominion serait modifié en fonction des attentes des Québécois. Ils durent mettre sur la table l’autre option, celle de la rupture. Après la commission Bélanger-Campeau, le gouvernement Bourassa fit adopter en mai 1991 le projet de loi 150 prévoyant entre autres « un référendum sur la souveraineté du Québec entre le 8 et le 22 juin 1992 ou entre le 12 et le 26 octobre 1992 ». Le même projet de loi promettait aussi d’étudier aussi toute « offre d’un nouveau partenariat de nature constitutionnelle » qui lierait « formellement le gouvernement du Canada et les autres provinces ». Par la suite, il y eut l’Accord de Charlottetown, qui fut soumis à l’approbation du peuple par référendum, lequel fut défait.

Les archives nous apprennent que, le 20 mars 1991, alors qu’il exposait au Conseil des ministres sa stratégie comportant le dépôt de la loi 150, Bourassa se fait rassurant : le gouvernement aura toujours la possibilité de modifier sa loi, la ratification d’offres fédérales « écartera l’obligation de tenir un référendum sur la souveraineté ». La démarche n’était pas sincère, pour employer un euphémisme. Après Charlottetown, ce fut en 1995, le non serré au référendum. On peut dire aujourd’hui que cette double impasse a enlevé au Québec une partie de son ressort.

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Le rapport à l’histoire

Je me souviens ?

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités