«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Dans le contexte actuel, ce conflit est de trop

Grève dans la construction - Québec exclut une loi spéciale

Syndiqués et patrons sont condamnés à s’entendre : le gouvernement du Québec écarte un recours à une loi spéciale afin de forcer les travailleurs du secteur de la construction à retourner sur les chantiers.

« On n’a pas connu de grève depuis plus de 25 ans, et ce que je souhaite, c’est que ça cesse rapidement, a déclaré la première ministre Pauline Marois, lundi après-midi, en marge de l’annonce d’un corridor de recharge électrique Québec-Vermont. Nous sommes très, très attentifs », a-t-elle toutefois ajouté.

Sincérité mise en doute

La grève des travailleurs devra se régler par la négociation, a répété tout au long de la journée la ministre du Travail, Agnès Maltais. « Il n’y a pas de loi spéciale. Il n’y en a pas en préparation. Il n’y en a pas dans ma vision », a déclaré l’élue en marge d’une annonce dans le quartier Limoilou, à Québec. « Ce n’est pas le gouvernement qui décide des conditions de travail dans l’entreprise privée », a-t-elle ajouté, avant de se tourner une nouvelle fois vers les parties patronale et syndicale. « N’attendez pas que le gouvernement règle le problème. C’est votre responsabilité personnelle d’aller chercher un compromis », a-t-elle lancé aux deux camps.

Pourtant, aux tables de négociations « ç’a été le calme plat » au cours de la première journée de grève, a indiqué le porte-parole de l’Alliance syndicale de la construction, Yves Ouellet. « On n’a pas eu de téléphone. »

Depuis minuit, lundi, les 175 000 travailleurs de la construction sont en grève pour une période indéterminée. Tous les chantiers du Québec - ou presque - étaient paralysés. Les méga-chantiers de La Romaine, du CHUM, du CUSM, avaient notamment troqué les bruits des marteaux et le vrombissement des moteurs des de véhicules lourds pour les slogans « grève générale illimitée, so, so, so, solidarité ! » des grévistes.

La partie patronale doute de la sincérité des cinq syndicats représentés par l’Alliance syndicale - c’est-à-dire le Conseil provincial des métiers de la construction (International) (CPQMC-I), la FTQ-Construction, la CSD-Construction, le Syndicat québécois de la construction, ainsi que la CSN-Construction -, a souligné la négociatrice de l’Association de la construction du Québec (ACQ), Lyne Marcoux. « Je pense qu’on peut en arriver encore à un règlement, sauf qu’il faudrait que les syndicats soient sincères, à l’heure actuelle, et nous démontrent que ce n’est pas autre chose qui est en dessous de cette grève-là », a-t-elle affirmé.

L’offre patronale marquerait « cinq reculs » si elle était mise en oeuvre, selon M. Ouellet.

L’Alliance syndicale de la construction réclame des hausses des clauses pécuniaires à hauteur de 3 %, puis 2,75 % annuellement pour les trois années suivantes, tandis que l’ACQ offre, au minimun, de suivre l’évolution de l’inflation. « Au minimum, la demande du porte-parole syndical de maintenir le pouvoir d’achat des travailleurs serait satisfaite », a assuré l’association patronale. Pas suffisant. « Tout ce qu’on leur demande, c’est qu’ils ne jouent pas sur le pouvoir d’achat des travailleurs », a fait valoir M. Ouellet, malgré les assurances de la partie patronale.

Labeaume en faveur d’une loi spéciale

Le maire de Québec, Régis Labeaume, « n’hésiterait pas », lui, à soumettre à l’Assemblée nationale un projet de loi spéciale pour relancer les chantiers au Québec. Les travailleurs de la construction « ne passeraient pas la semaine » avec lui aux commandes, a-t-il souligné. Quelque 200 000 $ sont nécessaires chaque jour pour maintenir le chantier de l’amphithéâtre de Québec, malgré l’arrêt des travaux. « Ça, c’est à part les retards, les réclamations. Tout ça. Juste avoir le chantier tel quel, ça nous coûte 200 000 $ par jour. »

La Fédération des chambres de commerce du Québec juge à première vue les demandes syndicales « démesurées », mais s’est gardée de demander l’adoption d’une loi spéciale.

Le secteur de la construction représente 7 % du PIB du Québec, soit 22 milliards de dollars.

Avec Jessica Nadeau
Avec La Presse canadienne


Suggérer cet article par courriel
L’économie québécoise en crise
Gros temps devant

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 710$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 22/09 Jean-Marc Southière: 50$
  • 22/09 Charles Gaudreault: 100$
  • 22/09 Carole Smith: 5$
  • 22/09 Marc Lapierre: 5$
  • 22/09 Gilles Harvey: 5$
  • 22/09 Jean Lussier: 5$
  • 21/09 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/09 Alain Tousignant: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités