«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La révolution néolibérale de Couillard

Forte hausse du nombre de travailleurs pauvres à Montréal

samedi 15 octobre 2016

Ils occupent un emploi, mais n’arrivent pas à se sortir de la pauvreté. Ils sont de plus en plus nombreux à Montréal : leur nombre a grimpé de plus du tiers en 10 ans, montre une étude de l’Institut national de recherche scientifique (INRS) qui sera rendue publique lundi. Une situation « inadmissible », juge Centraide, qui a contribué à l’étude.

COMBIEN SONT-ILS ?

Depuis des années, Centraide voulait mettre un chiffre sur un phénomène qui était de plus en plus visible dans les organismes qu’on soutenait financièrement. L’étude de Xavier Leloup, de l’INRS, a permis de démontrer que 40 % des personnes qui vivent dans la pauvreté à Montréal travaillent. Et il faut noter que ces chiffres ne comptent pas le travail des étudiants, qu’on a exclus de l’étude. « Il faut briser le préjugé du pauvre qui ne fait rien. Ce n’est pas vrai. On a une population pauvre, mais qui travaille », résume Lili-Anna Peresa, PDG de Centraide.

NOMBRE DE TRAVAILLEURS PAUVRES À MONTRÉAL

2001 90 550

2006 109 545

2012 125 820

Hausse : plus de 30 %

Sources : Statistique Canada et Agence du revenu du Canada

ILS REPRÉSENTENT

8,4 % des travailleurs de Montréal

12,1 % des travailleurs de Toronto

11,6 % des travailleurs de Vancouver

Source : Agence du revenu du Canada

COMBIEN GAGNENT-ILS ?

Selon les chiffres de l’Agence du revenu du Canada, les travailleurs pauvres ne gagnaient en moyenne en 2011 que 16 950 $ par an avant impôt, contre 61 310 $ avant impôt pour les travailleurs non pauvres. Leur revenu se situait donc largement sous le seuil de la mesure de faible revenu (MFR), l’indice utilisé au Canada pour mesurer la pauvreté. Pour une personne seule, la MFR se situe à 20 027 $ à l’échelle canadienne. « Ces travailleurs sont donc très, très loin du compte », observe Xavier Leloup. Et pourtant, une majorité d’entre eux - 70% en 2006 - travaillait à temps plein...

Avant impôt, le salaire des travailleurs pauvres représente 27 % de celui d’un travailleur non pauvre. Les impôts viennent atténuer un peu cet écart : après impôt, le revenu des travailleurs pauvres représente 32 % de celui d’un travailleur non pauvre. « Cela nous préoccupe de voir des gens qui travaillent à temps plein et qui n’ont pas ce qui leur faut pour vivre dignement », dit Mme Petresa.

QUI SONT-ILS ?

Les parents seuls âgés de moins de 30 ans - qui sont en majorité des femmes - constituent le groupe le plus à risque de se retrouver dans le groupe des travailleurs pauvres. Ils forment 38 % des travailleurs pauvres de la région de Montréal. Mais au global, plus de la moitié (55 %) des travailleurs pauvres ont des enfants à charge. « Ces enfants vivent de l’insécurité alimentaire et habitent souvent dans des logements inadéquats. Cela perpétue le cycle de la pauvreté », observe Mario Régis, vice-président au développement social chez Centraide. Les immigrants sont un autre groupe à risque : plus du quart (27 %) se retrouve dans les travailleurs pauvres, tout comme une personne sur cinq issue d’une minorité visible.

OÙ VIVENT-ILS ?

Les travailleurs pauvres se retrouvent partout dans la grande région de Montréal, mais ils vivent davantage dans l’île de Montréal, où se concentre 64 % du total des travailleurs pauvres. Dans certains quartiers de la métropole, ils représentent un travailleur sur trois. « Cela nous apparaît comme une situation inadmissible », dit Mario Régis, vice-président au développement social chez Centraide. « Cela peut donner lieu à des situations préoccupantes et très sensibles à long terme. Certains groupes pourraient se retrouver marginalisés. C’est très préoccupant. » M. Régis donne l’exemple du quartier Saint-Léonard, qui est passé en l’espace de quelques années d’un quartier de classe moyenne à un quartier où vivent de nombreux travailleurs pauvres, avec l’arrivée d’une forte immigration maghrébine dans le secteur.

> Lire la suite de l’article sur La Presse


Suggérer cet article par courriel
Québec et Progrès social
Ne laisser personne à la traîne

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 860$  21%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$
  • 17/08 Henri-Paul Simard: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités