«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Le communautarisme doit cesser

Du rêve multiculturel au cauchemar multiconflictuel

L’État doit assumer son rôle

Chronique d’Alexandre Cormier-Denis
samedi 4 février
1 654 visites 14 messages

Face au déluge de commentaires empreints de grande émotion, voire proches de l’hystérie, relatifs à la terrible tuerie de Sainte-Foy, il apparaît essentiel d’aborder l’évènement avec un minimum de sérénité. Devant l’horreur, il importe plus que jamais de raison garder et, a fortiori, de réfléchir sur les conséquences de cette tragédie pour l’avenir du Québec. Plusieurs niveaux d’analyse s’entrecroisent et se superposent, rendant l’événement pratiquement illisible pour le commun des mortels.

Laissant des dizaines de familles meurtries, des veuves et des orphelins arrachés à leurs maris et leurs pères, le massacre du Centre islamique de Québec est un drame humain épouvantable. De nombreuses personnes parmi les témoins ne se remettront probablement jamais de cet événement horrible. Des dizaines de vies sont brisées par l’acte horrifiant commis par Alexandre Bissonnette.

Cependant, le drame humain que représente ce carnage ne doit pas nous empêcher de réfléchir au contexte dans lequel ce massacre s’est produit et aux conséquences qu’il aura sur le Québec.

#pasdamalgame ?

Comme nous l’avons tous constaté, la récupération politique de l’attentat ne s’est pas fait attendre. Très vite, on a désigné comme responsables le nouveau président américain, le débat sur la laïcité ou encore les radios de Québec. Les mêmes qui étaient si prompts à dénoncer l’amalgame entre islam politique, djihad et terrorisme sont aujourd’hui ceux qui associent toute critique du multiculturalisme et toute défense de la laïcité avec l’attaque de dimanche dernier.

Par exemple, au rassemblement de Montréal en l’honneur des victimes, un militant multiculturaliste a eu la malhonnêteté intellectuelle de lier le sociologue Mathieu Bock-Côté, l’éditorialiste Richard Martineau, le journaliste Christian Rioux et les présidents américain et russe à la tuerie. Vous avez bien lu : Bock-Côté, Martineau, Rioux, Trump et Poutine sont tous, à des degrés divers, solidairement responsables de l’attentat commis par Alexandre Bissonnette.

Rien de moins.

Une enseignante anglophone du collège Vanier va même jusqu’à accuser l’influence des débats français sur la laïcité d’être en lien avec la tuerie de Sainte-Foy. Évidemment, pour un anglo-saxon, tout débat sur la laïcité est un débat forcément raciste et xénophobe, comme l’a prouvé la réaction de l’anglosphère à l’attentat de Charlie Hebdo. La sociologie culturelle du Canada anglais ; protestant, individualiste et différencialiste ne comprend pas que le Québec, foyer lumineux de l’Amérique française, puisse avoir une conception catholique, universaliste et assimilationniste de l’intégration des immigrants et du rapport au religieux dans l’espace public.

De manière bien maladroite, c’est ce que dit en substance un joli petit texte d’une étudiante de Colombie-Britannique publiée sur le site de la CBC qui dénonce explicitement les objectifs de la Charte de la laïcité proposée par le Parti Québécois en 2014 :

The message, implicit in these examples and others is clear : non-white, non-Catholic "others" must assimilate into the Québécois identity.

Bien que présentée de manière grossière, cette analyse est juste. La majorité des Québécois veulent l’assimilation culturelle des nouveaux arrivants et rejettent la ghettoïsation identitaire du multiculturalisme anglo-saxon.

Oui, nous voulons l’assimilation des immigrants.

Oui, nous voulons une forme de laïcité dans l’espace public.

Non, nous ne serons jamais de bons petits Canadiens post-nationaux, heureux d’être une simple minorité ethnique dans un Canada multiculturel.

Il est temps que la classe politique québécoise le comprenne.

La logique communautariste du multiculturalisme canadien

Au fond, ce que révèle la tuerie de Sainte-Foy, c’est le clivage qui sépare encore une fois l’utopie multiculturelle du Canada anglais et le réflexe assimilationniste du Québec. La logique multiculturaliste qui voit des communautés religieuses, ethniques et culturelles lutter pour recevoir des privilèges de l’État par l’acharnement judiciaire est une utopie sociale.

Car en essence, qu’est-ce que constituent les accommodements raisonnables ? C’est une guerre juridique afin de savoir jusqu’où les lobbies communautaristes pourront pousser leurs revendications. Cette guerre permanente pour la reconnaissance trouve sa logique suprême dans un affrontement des différentes soi-disant communautés afin de savoir laquelle aura le plus de privilèges.

Depuis l’attaque de dimanche dernier, on entend à tout-va le terme de « communauté musulmane », un terme qui ne veut strictement rien dire. En quoi l’humoriste Nabila Ben Youssef et le prédicateur Adil Charkaoui appartiennent-ils à la même « communauté » ?

Certes, il y a des individus de confession musulmane sur le territoire québécois, mais ils ne forment en aucun cas un groupe homogène identifiable à une communauté ayant des intérêts communs et solidaires. Ce qui existe par contre, ce sont des lobbies qui affirment représenter des groupes ethno-confessionnels mais qui ne représentent surtout qu’eux-mêmes et qui sont subventionnés par les fonds publics.

Il est important de rappeler que la seule véritable communauté existante est la Nation.
Sans ce socle commun qui fait que nous nous associons tous à l’histoire, à la culture et au territoire québécois, il ne peut que s’ensuivre une logique de concurrence communautariste menant à une guerre permanente pour la reconnaissance de privilèges. Cette logique ultime d’affrontement communautariste trouve sa réponse finale dans la guerre de tous contre tous.

À force de ne pas vouloir intervenir, l’État québécois a laissé une situation sociale se dégrader. Rappelons que ce ne sont pas des gouvernements nationalistes qui sont au pouvoir, mais bien des gouvernements libéraux, multiculturalistes et immigrationnistes qui sont à Québec et à Ottawa. Depuis 1998, les forces nationalistes du Québec n’ont pas gagné une élection menant à un gouvernement majoritaire.

Au lieu de s’enfoncer la tête dans le sable et de s’auto-flageller dans une repentance inutile, les Québécois ont le devoir de regarder le réel en face afin d’éviter que le mauvais rêve se prolonge. La responsabilité de la cohésion sociale exige enfin que l’État assure la paix et mette fin à la concurrence communautariste entretenue par le modèle mutliculturaliste canadien. Il est impératif de se réveiller du rêve multiculturel afin de sortir de ce cauchemar multiconflictuel qu’on a imposé de force.

Commentaires

  • Alain Rioux, 26 février 20h44

    Le concept de laïcité est consubstantiel au Christianisme. Car, depuis l’Ascension, le sacré-Jésus-Christ-est investi en une autre dimension : le Ciel, d’après le Credo ou Eph.2 etc... De sorte que, tout le réel temporel, en chrétienté, est profane, même la Bible, puisque sans l’action de l’Esprit-Saint, elle demeure lettre morte, du simple gribouillis, selon II Cor.3, entre autres. Or, il n’en est pas de même, ni pour l’Alcoran, ni pour la Torah (phylactères), ni pour la Bagavad-Gita, ni pour quelqu’autres livres, fétiches ou totems. C’est pourquoi, le grand Capital ou le Marxisme-mondialismes, de façon "sui generis"-se leurrent, en favorisant l’invasion barbare en Occident, compte tenu que, le sacré contrôlera toujours le marché, comme le sens de la vie précède et dirige l’aménagement de l’existence. On risque, même au plus haut de l’échelle, de se préparer de bien effroyables surprises. Les Américains, eux, l’ont compris...

  • Louise Michaud, 22 février 07h37

    Le but de ceux qui plaident en faveur de la diversité culturelle est d’imposer l’uniformité idéologique.
    ― Theodore Dalrymple

    Ce que font les milliardaires Globalistes en Occident, depuis des décennies.

  • Alain Rioux, 15 février 13h39

    Le mot “laïcité” provient du mot grec : “laos”, qui veut dire peuple. On l’a opposé trop souvent au “klèros”, les “purs”, le clergé, alors qu’on peut aussi le distinguer du terme “démos”, qui signifie : “société”. Or, la première alternative du sens de la laïcité mène à l’athéisme d’État, ce qui est négation de la liberté religieuse ou d’opinion, tandis que la seconde version conduit à la neutralité idéologique et religieuse de l’État, si le peuple est démocrate, du mot : “démos”. Car, selon cette perspective , la valeur centrale de l’organisation politique est la liberté, exprimée par le suffrage universel. De sorte que, parce que la liberté est indétermination et délibération, alors l’État ne doit pas influencer la liberté, sous peine de la supprimer, en la fixant en un choix, d’autant que l’État, c’est le pouvoir de contrainte, qui force le respect des règles de la communauté politique (armée, juges, policiers, prison etc…). Le devoir de réserve est, donc, une obligation pour tout état démocratique, en ses institutions publiques et parapubliques, contrairement aux assertions de la petite crapule à Trudeau !

  • Alain Rioux, 13 février 12h27

    Depuis l’attentat de Québec, aucun media n’a abordé la question de la laïcité, en termes de neutralité religieuse ET idéologique de l’État. Pourtant, c’est la seule façon d’intégrer les différences, sans balkaniser la société, comme par le multiculturalisme “canadian”.

    En effet, si le gouvernement du Québec, au lieu de s’enfermer dans le faux débat de l’interdiction des signes religieux, ce qui contrevient frontalement contre la Charte de 1982, abordait le problème différemment, en refusant de subventionner toutes religions, ou idéologies, dans le domaine public et parapublic, alors il serait malaisé, pour la cour suprême du Canada de pourfendre cette loi provinciale. Car, le gouvernement du Québec pourrait répliquer qu’en refusant de subventionner les opinions religieuses, politiques, idéologiques, ou autres, il protège la liberté de religion de tous les citoyens québécois, lesquels n’ont pas à les cautionner, en y contribuant financièrement par leurs taxes et impôts. A telle enseigne que, si la cour suprême s’obstinait en son délire multiculturaliste, alors le Québec aurait beau jeu d’user de la clause nonobstant, en invoquant la protection de la liberté religieuse des québécois, en vertu de la charte de 1975.
    Voilà, la seule façon d’éviter les accusations de racisme, tout en mettant un frein au morcellement social du Québec.
    Me. Alain Rioux

    M.A. philosophie

  • Alain Rioux, 8 février 16h41

    IL ne saurait être question d’interdire quelque manifestation religieuse que ce soit, au Québec. La question est ailleurs : le gouvernement du Québec, l’ensemble des citoyens québécois, n’a pas à subventionner quelque religion ou opinion que ce soit. C’est cela, en fin de compte, la justification de la laïcité de l’État : la neutralité du tout politique, uni autour d’une seule valeur, la liberté, essentiellement exprimée par l’universalité du suffrage citoyen.

  • Alain Rioux, 7 février 15h33

    Proposition de loi sur la laïcité de la province de Québec :

    "La province de Québec assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes et la liberté des manifestations, à caractère idéologique, sous réserve de la préservation de l’ordre public. La Province de Québec ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ni aucune idéologie."

    Voilà, la solution à la haine communautaire, subséquente à l’imposition du modèle multiculturaliste "canadian".

  • Jean-Louis Perez-Martel, 7 février 12h55

    Le grand patriote Donald J. Trump est bien déterminé à stopper la dynamique de destruction nationale provoquée par la mouvance du multiculturalisme :

    Immigration : des républicains veulent réduire les « cartes vertes »
    http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201702/07/01-5067108-immigration-des-republicains-veulent-reduire-les-cartes-vertes.php

    ***

    JLPM

  • Jean-Louis Perez-Martel, 7 février 12h27

    Le multiculturalisme, un facteur inéluctable d’appauvrissement collectif

    Autre des conséquences de la dynamique socioéconomique du multiculturalisme au Québec avec la politique d’immigration paupérisante et extractive de fonds publics (4 milliards $ par année) :

    Bien qu’en 2014 le Québec comptait pour 23% de la population canadienne, seulement 13% des plus riches du pays y résidaient. En 1976, 21% de ces plus riches étaient Québécois. Pour plus de détails, consulter Au Québec, 10% des gens empochent 27% des revenus
    http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201702/07/01-5067091-au-quebec-10-des-gens-empochent-27-des-revenus.php

    ***

    JLPM

  • Jean Brilland, 6 février 12h55

    "Certains pensent que nous les « Rockefeller » faisons partie d’une cabale secrète travaillant pour les meilleurs intérêt des Etats unis, me caracterisant moi et ma famille comme des « internationalistes » conspirant avec d’autres, partout dans le monde pour construire une structure unique mondiale politique et economique, si vous voulez. Si c’est l’accusation, je suis coupable et fier de l’etre."

    David Rockfeller p. 405 - Mémoires : https://www.amazon.fr/M%C3%A9moires-David-Rockefeller/dp/2877065871

    Monsieur Cormier-Denis,

    Il y a au Québec, comme ailleurs, des forces occultes qui cherchent à nous distraire, nous séparer, et nous projeter vers l’extérieur.

    Suivez les traces de l’argent. Vous comprendrez que l’équation est plus simple à comprendre si vous changez votre angle d’approche.

    A ce sujet, je joins pour votre intérêt et celui de vos lecteurs, un livre écrit par Charles Higham en 1983. Il révèle les résultats de ses recherches sur le financement de l’Allemagne entre 1933 et 1944. Fascinant. Pas différent aujourd’hui, dois-je vous rappeler.

    Vous comprendrez peut-être, que les mêmes forces sont à l’oeuvre aujourd’hui et que l’on se sert de vous et moi comme des idiots utiles (https://www.youtube.com/watch?v=y3qkf3bajd4&spfreload=10) avant la grande rafle.

    La solution se trouve je crois, dans le micro développement économique, le retour aux régions, dans l’échange et l’entraide. Mais malheureusement, tout est orchestré pour nous sortir de l’indépendance et nous rendre dépendant au système.

    Rappelez-vous, l’idée derrière le message des médias est celui-ci : il y a un bon et il y a nécessairement un méchant. Nous sommes pris dans ce carcan depuis des millénaires. Ca prendra une grosse "grippe" civilisationnelle pour passer de l’autre côté de l’illusion nourrie à coups d’événements, images, clivages, etc.

    L’ingénierie du chaos ne pourra durer qu’un temps. "Cette stratégie du chaos n’est pas un but en soi. Le chaos est une technique de contrôle social par l’affaiblissement de la capacité de résistance des populations désorganisées. C’est un moyen « psychopathique » de jouer des faiblesses et des contradictions des sociétés humaines pour les disloquer. (Source : http://www.autochtonisme.com/2016/09/la-strategie-du-chaos.html et http://www.polemia.com/gouverner-par-le-chaos-ingenierie-sociale-et-mondialisation-dun-collectif-max-milo/ )

    En lien avec un passage du lien de Polemia (plus haut), il y a certainement une nécessité à la totale transparence ou au total anonymat (pour ceux qui qui souhaitent "tenter" de passer incognito sur le Web), voici : https://www.torproject.org/.

    Pour nourrir votre espoir de changements porteurs et positifs : http://www.cercledesvolontaires.fr/2017/02/02/chant-colibris-lappel-monde-de-demain/

  • Marcel Haché, 6 février 08h48

    Derrière la tolérance professée par les tenants du multiculturalisme se cache une peur inavouée, inavouable : la peur de se mélanger véritablement à l’Autre. C’est cette peur, et non pas la tolérance, qui est la mère de toutes les formes de communautarisme, d’où proviennent souvent les violences.

    D’une certaine façon, le multiculturalisme est l’instigateur de l’intolérance qu’il combat. C’est lui-même qui est souvent à la source des violences les plus déplorables. Par ailleurs, la seule « violence » qui puisse être véritablement généreuse (et porteuse), c’est l’assimilation la plus exigeante, au prix parfois d’être la plus intolérante.

    Contrairement à ce que professe depuis des lunes une gauche vertueuse et agenouillée, ce ne fut jamais, non, ce ne fut jamais-jamais l’immigration qui fit le succès des deux grandes républiques, la française et l’américaine, ce fut toujours l’assimilation de l’immigration. Renoncer à l’assimilation, c’est prendre un ticket pour le déclin.

    Les Bouchard et les Taylor sont de misérables farceurs.

  • Alain Rioux, 6 février 02h26

    L’identité d’une nation, c’est son territoire, sa langue et ses institutions, selon Machiavel. En ce qui a trait au Québec, cela se traduit par : la Laurentie (1867-1912), le français (1774-1977) et la démocratie laïque et sociale (1791-1975).

  • Mireille Deschênes, 5 février 20h30

    Excellent texte !

    FÉLIX-ANTOINE SAVARD

    Pour lui, il avait souffert sous le joug, assez gémi tout bas de valeter sous le mépris des autres, assez entendu de reproches de son sang, que jamais il ne consentirait, non jamais à ce que l’étranger soufflât comme ailleurs ce qu’il avait reçu en héritage.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9lix-Antoine_Savard

    💙 LES VALETS D’HIER SONT LES VALETS D’AUJOURD’HUI ! ARRIVERONS NOUS À NOUS AFFRANCHIR COMME NÈGRES BLANCS D’AMÉRIQUE ! ?

  • Pierre Marchand, 5 février 17h52

    Merci bien ! C’est clair comme de l’eau de roche !

    Je retiens : « La guerre de tous contre tous » ! Qui est leur objectif ultime, afin de maintenir leur survivance : « Diviser pour mieux régner. » Foutre le bordel partout ! L’ingénierie du chaos ! Allumer des contre-feux ! Distraire la plèbe des enjeux mondiaux actuels ! Noyer le poisson ! Étendre la confusion ! Faire peur ! Faire peur ! Faire peur ! Ça marchait peut-être hier, mais aujourd’hui, ça ne marchera plus, du moins, de moins en moins ! Le Feu de la Saint-Jean est trop puissant sous le boisseau ! Et bientôt tout s’enflammera !

    À chaque fois que le pouvoir hégémonique mondial, mondialiste, globaliste, satanique, luciférien, néo-conservateur, atlantiste…etc., etc., se sent menacé par l’ouverture d’esprit fulgurante des peuples, que nous vivons tous aujourd’hui partout autour de la terre, et leurs remises en questions intelligentes, qui mets leurs magouilles en lumière, qui dévoilent leur jeu de prédation mondiale, toujours à l’encontre des intérêts des peuples et leur bien-être, alors dans un instinct de survie, ces prédateurs, créent en urgence des pièces de théâtre stériles à la Hollywood qui n’ont ni queue ni tête, toujours aujourd’hui remises en questions, étant donné leur imperfection ; des évènements-choc, des opérations sous fausses bannières, en guise de répliques désespérées, afin d’exacerber le plus possible la peur chez tous, et par la peur, ils espèrent regagner ou maintenir le contrôle, qu’ils sentent en ce moment de la terre en train de leurs échapper, et qu’ils ont toujours su exercer hier par le mensonge sur l’âme des peuples afin de se maintenir au pouvoir !

    Ma vision est qu’ils n’y arriveront pas ! Ça ne marchera plus ! Leur jeu est dévoilé !

    La peur ou l’Amour ! Et au Québec, c’est malheureux pour eux, c’est l’Amour qui prime !

    Et l’Amour désintègre la peur !

    Et en Amour, c’est la Paix !

    Et dans la Paix, ces forces de ténèbres sont impuissantes !

    Et le règne de Satan fait place au règne de l’Amour !

    C’est la destinée du Québec ! D’où le Feu de la Saint-Jean : ce Feu Ignée, qui transmutera l’âme québécoise, afin que son peuple et les peuples de la terre, ressuscitent tous de leurs cendres !

  • André Gignac, 5 février 13h54

    Monsieur Cormier-Denis

    Excellent commentaire ! Si les Québécois ne regardent pas rapidement la réalité en face d’eux, nous allons nous diriger vers une guerre civile. Dans son dernier livre que je suis en train de lire : "Les cloches sonneront-elles encore demain ?", l’auteur Philippe De Villiers écrit que le multiculturalisme mène à la guerre civile. D’après les dernières statistiques venant d’Ottawa, en plus, la majorité québécoise passera de 79% en 2011 à 69% en 2036. Ça fait peur surtout que nous n’avons pratiquement presque aucun contrôle sur notre immigration dans le statut provincial dans lequel nous nous complaisons. Il vaut mieux prévenir que guérir !

    Et ce n’est pas Couillard, le pantin de Trudeau qui va remédier à la situation puisque il doit protéger sa clientèle électoraliste du West Island et celle des immigrants qui la plupart ne s’intègrent pas à nous mais à cette minorité de possédants anglos. De plus, Couillard qui a passé 4 années en Arabie Saoudite a un faible pour l’islamisation du Québec sans aucune balise en vue. Un bel avenir nous attend si nous ne nous mettons pas tout de suite résolument en mode action avec un nouveau parti indépendantiste pour réaliser l’indépendance du Québec. Oubliez le PQ, son chien est mort !

    Un pays, le Québec, le contrôle de notre immigration, le français devenant la seule langue commune et officielle du Québec : voilà l’essentiel sur quoi nous devons travailler sans relâche et rapidement sinon le Québec continuera à s’assimiler et à devenir de plus en plus minoritaire dans le pays des autres, le Canada. Donnerons-nous raison à Statistiques Canada ? J’espère que non.
    INDÉPENDANCE OU ASSIMILATION !!!

    André Gignac 5/2/17

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités