«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La rhétorique d’une idéologie sectaire pour justifier la censure

IDÉES

Droit de parole, privilège de tribune

jeudi 6 avril

En 1906, dans The Friends of Voltaire, Evelyn Beatrice Hall (sous le pseudonyme de S. G. Tallentyre) résume ainsi la pensée de cette figure de proue des Lumières françaises : «  Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire.  » Cette phrase due à Mme Hall elle-même (et originellement en anglais) a depuis été employée à maintes reprises par des polémistes et des défenseurs de la démocratie occidentale de tous horizons politiques.

 

La clé de cette formule réside à la fin. On se battra «  … pour que vous ayez le droit de le dire  ». Pas «  pour que vous soit garanti un large auditoire attentif  ». En d’autres termes, le droit à la liberté d’expression prescrit qu’une personne ne puisse pas être mise en prison (ou judiciarisée d’une quelconque façon) pour des propos qu’il ou elle a tenus, en public ou en privé (à quelques exceptions près). La tribune constitue un privilège, et si les médias ont le devoir moral de s’assurer que la tribune qu’ils offrent soit répartie de façon juste entre des gens de toutes opinions, le droit à la liberté d’expression n’oblige en rien d’autres institutions à accorder du temps de parole à ceux et celles dont elles estiment le ton déplacé ou inapproprié. Quelqu’un aurait-il l’idée, par exemple, de contester l’ordre de garder le silence décrété par un juge à la cour au nom de la liberté d’expression ? Toutes les tribunes ne sont pas pour tous les discours.

 

Personnages controversés

 

Récemment M. Normand Baillargeon, ancien professeur à l’UQAM, a cru bon tirer la sonnette d’alarme sur une situation qu’il croit dangereuse. Selon lui, la liberté d’expression est de plus en plus menacée au sein même des universités. Pour exemples, il cite les multiples conférences présentées à l’UQAM par une panoplie de personnages tenant des propos souvent controversés, et qui ont été à plusieurs reprises perturbées par des groupes d’étudiants. Dans certains cas, les administrations des universités auraient été jusqu’à annuler des événements de manière préventive. Selon lui, l’université doit être un lieu de discussion ouvert où chacun doit être libre d’exprimer ses opinions, et cette liberté se trouverait entravée par les réactions épidermiques des associations étudiantes et la frilosité des administrateurs et administratrices.

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
Les dérives de notre temps

 

À l’heure des remises en question

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 740$  15%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 26/05 Jacques Bélanger : 50$
  • 24/05 Françoise Simard: 25$
  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités