«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Doit-on sauver le Canada de lui-même ?

Tentative de réplique à Jean Dorion

Tribune libre de Vigile
lundi 21 septembre 2015
277 visites 2 messages

Cher Jean,

Je comprends bien les arguments, les ayant moi-même utilisés, disant que le sort du gouvernement fédéral se joue d’abord ailleurs qu’au Québec et que les députés du NPD demeurent prisonniers de la volonté de leur parti de ne pas déplaire au "Rest of Canada", toutefois, ils ne convainquent pas ceux et celles obsédés par l’idée de déloger le gouvernement Harper. Car ils font un calcul arithmétique tout simple : si les autres provinces élisaient 90 députés NPD et qu’il en manquait, disons 36 pour que ce parti ait le plus d’élus à la Chambre des communes, alors l’appui du Québec au NPD pourrait faire toute la différence.

Ajoute à ce calcul, l’idéation d’une alliance entre les progressistes du Canada et ceux du Québec, à l’orée du COP21 à Paris sur les changements climatiques, comme pour soutenir le maintien de l’aide aux plus démunis (je pense entre autres aux subventions accordées pour les logements sociaux). Puis, prends en considération que dans l’esprit de bon nombre de nos concitoyens, le jour où le Québec sera souverain ne leur apparaît pas être pour "demain" et qu’entre temps, il faut bien faire avec le Canada. Ce sont aussi des arguments qui ont leur poids et qu’on ne peut écarter du revers de la main. Je ne fais pas confiance à Thomas Mulcair, mais parmi les candidats du NPD, il y a des gens avec lesquels je conserve plus d’affinités qu’avec ceux du PLC ou encore pire ceux du PC.

J’ajouterai que du temps où Lucien Bouchard présidait le BQ puis le PQ, il était loin d’être un leader progressiste, mais au sein de la députation du PQ comme du BQ, heureusement l’on pouvait trouver des gens avec lesquels partager les mêmes valeurs. Bien c’est la même chose avec le NPD et en prime ça nous rapproche de gens fréquentables sur beaucoup d’autres sujets dans le ROC. Alors pourquoi s’en priver ?

Tu écris : "Le premier argument en faveur de cet appui d’indépendantistes au NPD est celui du vote « stratégique » pour renverser à tout prix le régime Harper et éviter que les conservateurs ne profitent de la division du vote pour se faufiler vers la victoire. Or, dans la plupart des circonscriptions du Québec, cette dernière possibilité est inexistante.".

En fait, les électeurs ne se posent pas des questions concernant le sort du député de leur circonscription (à l’exception sans doute de Papineau, Laurier Sainte-Marie et d’Outremont), c’est bien plus sur le sort du gouvernement Harper que porte leur intérêt. Or actuellement, c’est l’Ontario qui conserve la clé de cette élection, le NPD est troisième derrière le PLC et le PC qui sont au coude-à-coude (si je peux emprunter cette image !). Ainsi, l’envoi d’une forte députation d’élus NPD du Québec à Ottawa pourrait encore faire toute la différence. Comme nous sommes dans les marges électorales, tout peut encore se produire. Le système électoral de type anglais fonctionne selon le principe que "the winner takes it all" donnant parfois des majorités artificielles en regard des scores électoraux.

Par contre, si le BQ pouvait compter sur l’appui d’une majorité électorale au Québec comme celles qu’il a connu par le passé, je serais d’accord avec toi que l’élection d’une cinquantaine de députés bloquistes pourrait créer un dynamique fort différente où le BQ pourrait jouer un rôle de défenseur des intérêts québécois en détenant une balance du pouvoir. Mais nous sommes loin de la coupe aux lèvres et je ne crois pas que les tendances soient en voie de s’inverser au Québec, bien au contraire. D’où mon commentaire à l’effet qu’il est contreproductif de tenter d’arrêter une volonté bien enracinée au sein de notre peuple, soit de sortir le gouvernement Harper (il n’y a d’ailleurs pas de différence en cette matière entre fédéralistes et souverainistes).

Que les souverainistes ne perçoivent pas ce message ou n’en tirent pas les conclusions, ça me sidère. Ils semblent mettre tous leurs œufs dans le même panier et c’est ça le problème en regard de la question nationale, car d’associer cette question au sort des urnes fédérales, ça m’apparaît comme la pire des stratégies. Il faudrait peut-être comprendre qu’une pluralité d’électeurs ne conçoit plus que le BQ puisse rendre ce service de mettre fin au gouvernement Harper. Il faudrait peut-être les écouter au lieu de chercher à avoir raison à tout prix.

Le mariage entre le vote souverainiste et celui du BQ risque donc d’envoyer un signal délétère aux électeurs sur les appuis que récolterait lors d’un référendum la souveraineté du Québec. Je le répète, je plaide pour qu’on ne marrie pas trop le sort politique du Québec au sort électoral du BQ. Bref, que les souverainistes reconnaissent la mesure du rejet du gouvernement Harper par notre peuple au lieu de le lui reprocher implicitement. Car ce rejet viscéral d’un gouvernement en rupture avec les valeurs portées par la très grande majorité n’est-il pas l’illustration la plus évidente que nous formons une nation distincte ?

Les valeurs portées par les conservateurs fédéraux viennent heurter de plein fouet celles partagées par la très grande majorité de l’électorat du Québec. Comme le souligne Colin Woodard dans American Nations : A History of the Eleven Rival Regional Cultures of North America : « Down-to-earth, egalitarian, and consensus-driven, the New French (c.-à-d. les Québécois) have recently been demonstrated by pollsters to be far and away the most liberal people on the continent ». Le documentaire de Carole Poliquin et Yvan Dubuc, L’empreinte (http://lempreinte.quebec), illustre ces valeurs où l’importance accordée à la collectivité fait de cette nation un cas unique en Amérique du Nord.

Commentaires

  • Jean Claude Pomerleau, 22 septembre 2015 16h39

    Encore les valeurs. Quand-donc allons nous penser : intérêt d’État.

    La politique est fait d’intérêts. Le Québec est un État et à ce titre a des intérêts à défendre. La défense systématique de nos intérêts d’État est la seule stratégie qui nourrit une dynamique politique de la rupture (géopolitique 101).

    Renoncer à défendre nos intérêts (et non nos valeurs) pour donner une légitimité démocratique au parti le plus centralisateur du Bloc canadien de nous imposer sa version du fédéralisme (souvenez vous de Trudeau et de son argumentaire, 74 député sur 75 au Québec pour nous imposer la constitution de 1982), relève de la plus complète confusion.

    Confusion qui consacre notre impuissance.

    La souveraineté n’est pas un souhait, mais bien un sommes. On additionne et on s’en approche, on soustrait et on s’en éloigne. C’est ce doivent comprendre les indépendantistes pour le NON.

    Le retour des indépendantistes pour le NON

    http://vigile.quebec/retour-des-independantistes-edito

    JCPomerleau

  • Richard Dancause, 21 septembre 2015 21h23

    Ma compréhension de votre point de vue : Laissons les Québécois vivre leur « trip » de sortir M. Harper et d’en avoir le mérite, « Nous avons gagné, grâce à nous Harper est en congé ».

    Comme Mme Hébert je disais la semaine dernière : « Les intentions de vote des Québécois ne bougent pas tandis qu’à l’extérieur du Québec, 20% des gens ont changé d’opinion depuis le début de la campagne ».

    Donc notre idée est faite ! Pourquoi ?

    Parce qu’on veut gagner, faire partie de l’équipe qui gagne comme au hockey.

    Mais que gagnerons-nous au juste après avoir fini nos bières le soir de l’élection ?

    Un gouvernement NPD qui continuera son recentrage à droite afin de rester au pouvoir (s’il est minoritaire) ou de se faire réélire dans 4 ans.

    Il est certain que nous ne pouvons constituer le Gouvernement Canadien en votant pour le Bloc. Mais est-ce par un meilleur gouvernement Canadien que passe un avenir meilleur pour le Québec ?

    La diversité des ambitions des Canadiens est tout simplement trop grande pour qu’un gouvernement central puisse y répondre. Et qui en souffre le plus ?

    Les Québécois surtout, tout simplement parce qu’ils sont les plus progressistes (avant nous disions distincts). Vous en doutez ?

    1- C’est au Québec où le statut de la femme est le plus avancé au Canada et les Centres de la Petite Enfance (en autres) leur permettent de poursuivre cet avancé.
    2- C’est le Québec qui vient de voter à l’unanimité le projet de loi sur l’aide médicale à mourir.
    3- C’est le Québec qui est le plus avancé en matière de réhabilitation des jeunes délinquants.
    4- C’est au Québec que la culture est la plus créative, vivante et exportatrice.

    Je pourrais continuer sur bien d’autres sujets.

    Les CPE et l’aide médicale à mourir ne seront pas implantés au Canada avant 5 ou 10 ans. Le Reste du Canada nous empêche de faire nos choix en lien avec nos forces et nos compétences différenciatrices et ce, peu importe le parti politique au pouvoir.

    Un exemple de plus.

    L’énergie : au cours des 20 dernières années, le Canada a misé sur le nucléaire (Candu) et le pétrole. Plus de 2MM$ de dollars en impôt payé par les Québécois ont été investi par Ottawa pour supporter ces deux filières mais RIEN pour supporter notre choix hydro-électrique. Pire, quand Terre-Neuve décide de s’y investir, le Canada la supporte avec une garantie de prêt de 5MM$.

    Alors, continuons d’espérer un gouvernement Canadien meilleur en votant NPD par opposition à faire un pas vers un pays nommé Québec en votant BLOC.

    Pour moi la bière serait vraiment meilleure le 19 octobre au soir avec un gouvernement minoritaire et une députation significative du Bloc Québécois.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
440$  1%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 12/01 Gilles Longtin: 50$
  • 11/01 Henri Marineau : 25$
  • 10/01 Majella D'Anjou: 100$
  • 9/01 Marc Huber: 40$
  • 9/01 Claude Viger: 40$
  • 9/01 Sylvain Bolduc: 10$
  • 9/01 Ludovic Marin: 10$
  • 9/01 Gilles Dionne: 10$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités