«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Plus vicieux et « cheap » que Le Devoir, tu meurs !

Richard Le Hir et l’extrême-droite

Diffamation : Les plates excuses du Devoir

Les dessous fumants d’une vile manoeuvre

Editorial de Vigile
vendredi 9 juin
5 812 visites 19 messages

Pris en flagrant délit de diffamation sans justification pour avoir associé le soussigné à l’extrême-droite à titre de « porte-étendard » dans un article publié mercredi, Le Devoir, en conformité avec les exigences de la Loi de la presse, publie ce matin le rectificatif suivant :

« Rectificatif
9 juin 2017

Le Devoir a publié sur ses plateformes numériques, le mercredi 7 juin, une photo de l’ex-ministre péquiste Richard Le Hir pour illustrer sa participation à une conférence au collège de Maisonneuve. Malheureusement, la combinaison du titre de l’article et de la photo pouvait laisser croire qu’il était un porte-étendard de l’extrême droite. Ce n’était pas notre intention. Nous nous en excusons ».

Ne disposant pas de la copie papier du journal, je ne suis pas en mesure de préciser si ce rectificatif y apparaît, et le cas échéant, à quelle page. L’usage veut cependant que ce genre de message apparaisse généralement dans les coins les plus reculés du journal pris en défaut, de façon à dissimuler le plus possible sa turpitude.

Pour ce qui est de la version électronique du rectificatif, elle n’est pas classée en page d’accueil comme l’était l’article accompagnée de ma photo, et si je suis parvenu à la retracer en « googlant » Le Devoir Rectificatif 9juin 2017, c’est seulement parce que Luce Julien, la rédactrice-en-chef, m’avait prévenu de sa publication.

Aucun média n’apprécie se faire prendre en défaut, et Le Devoir ne fait pas exception. Vous pouvez être assurés qu’avant de donner suite mercredi après-midi à la mise en demeure que je leur avais fait parvenir le matin, les gens du Devoir ont cherché un moyen de s’éviter cette humiliation.

N’y étant pas parvenus, ils ont mandaté, à contre-cœur et à reculons, Luce Julien, pour m’offrir ce que prévoit la Loi de la presse, soit la publication d’un rectificatif et d’une réplique, que Le Devoir souhaitait limiter à 1 200 caractères. Vous avez bien lu CARACTÈRES, et non mots. Devant ma réaction, Luce Julien a majoré son offre à 2 000 et au maximum 2 200 caractères, offre qui m’a été confirmée par les avocats du Devoir le lendemain, et que j’ai rejetée du revers de la main tant elle m’apparaissait sans commune mesure avec la gravité de l’atteinte à ma réputation et le préjudice qui en découle.

Quand vous savez qu’un « tweet » est limité à 140 caractères, vous comprenez que la réplique doit être rédigée en style télégraphique, nullement adapté à la formulation d’un message qui permette d’évoquer la gravité de l’offense, son caractère totalement gratuit et injustifié à moins d’une intention malicieuse, sa violence, sa malveillance, et le préjudice qui en découle.

On comprend qu’une telle bavure cadre mal avec l’aura de supériorité intellectuelle et morale dont Le Devoir a hérité de son histoire et notamment de l’époque de Claude Ryan. Aujourd’hui, il ne reste plus grand chose de cet héritage, réduit de « Fais ce que dois » à « Libre de penser », à condition évidemment que ce soit comme ses journalistes.

Quiconque lit Le Devoir depuis au moins 25 ans a été à même d’observer que non seulement Le Devoir n’a pas échappé à ce grand mouvement de nivellement par le bas que les Américains appellent dans leur style imagé le « dumbing down », mais qu’il en constitue même un des acteurs les plus zélés.

Le Devoir et sa journaliste Lisa-Marie Gervais n’en sont pas à leur première bavure, comme me l’a aimablement rappelé un lecteur de Vigile. En effet, en 2013,le Conseil de presse du Québec avait retenu, « à la majorité, la plainte de M. Jean Archambault contre la journaliste Lisa-Marie Gervais et le quotidien Le Devoir, pour les griefs d’information incomplète et refus de rectification ».

Quant à la question de savoir si l’atteinte à ma réputation commise par Le Devoir et sa journaliste était volontaire malgré l’assurance au contraire contenue dans le rectificatif du Devoir publié aujourd’hui, sans doute à cause de ma formation juridique, je répugne toujours à mettre en cause la bonne foi de quelqu’un sans avoir une preuve solide du contraire.

Mais j’ai reçu ce matin un message de soutien d’un ami de longue date, un des meilleurs journalistes d’enquête que le Québec ait jamais connus et dont le visage est familier à tous les Québécois pour sa présence pendant de longues années sur les écrans de Radio-Canada et de TVA, qui me signalait ceci :

Pas surpris, car devinez donc qui est le rédacteur adjoint du Journal Le Devoir ? !

Un certain Jean-François Nadeau, co-fondateur du journal Le Couac et président fondateur de LUX Éditeur. Deux organes d’extrême-gauche liés au SALON DU LIVRE ANARCHISTE DE MONTRÉAL où l’on peut découvrir entre autres le militant altermondialiste Jaggi Singh…

Je vous fais grâce de l’abondante documentation qui accompagnait ce message.

Le Devoir serait donc noyauté et instrumentalisé par l’extrême-gauche ? Voilà qui jette un tout autre éclairage sur l’atteinte dont j’ai été la victime. Il s’agirait d’une mesure de représailles contre moi pour ma critique incessante de Québec Solidaire et des groupuscules communautaristes d’extrême gauche qu’il fédère, pour mes questions non pas sur le principe de l’immigration dont je reconnais l’utilité, mais sur le niveau de celle-ci et les coûts faramineux qu’elle entraîne alors que le Québec est en pleine austérité et ne parvient même pas à financer adéquatement ses écoles et son système de santé, et sur le principe de la neutralité de l’État face aux revendications communautaristes.

Au fond, Le Devoir, qui se dit « Libre de penser », et ses affidés, cherchaient à me punir pour vouloir exercer ma liberté d’opinion et d’expression. Comme je l’écrivais mercredi, Le Devoir est vraiment tombé très bas.

Qu’il sache seulement que ni moi ni les autres conférenciers réunis par le Mouvement Républicain du Québec nous laisserons-nous intimider par d’aussi vils procédés. Les organisateurs étant parvenus à se retourner sur un dix sous, la conférence qui devait se tenir au Collège Maisonneuve se tiendra ailleurs, dans un lieu qu’il ne m’appartient pas de divulguer.

Commentaires

  • Pierre Bourassa, 18 juin 08h32

    Ils ont envoyé Lisa-Marie Gervais en Turquie pour lui changer les idées.
    Dans son article écrit d’Ankara hier le 17-06-2017,
    http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/501494/la-resistance-du-milieu-de-l-education-derange-les-autorites-turques
    on peut y apercevoir au milieu,une photo illustrant une clôture métallique empêchant tout rassemblement aux côtés de cette femme de bronze lisant la Déclaration universelle des droits de l’Homme.
    À son retour,le Devoir devrait l’envoyer au parc Lafontaine.
    Là où il y a eu rassemblement très réussi l’an dernier en hommage à Dollard-Des Ormeaux,voilà que cette année,la Ville de Montréal(Denis Coderre ?) a brisé l’asphalte et y a planté des fleurs exactement là où la majorité des gens étaient rassemblés.C’est plus subtil qu’une clôture métallique,mais le message est le même.

    JPEG - 774.3 ko
  • Lucie Rompré, 13 juin 21h01

    - 

    Ils vont nous monter les uns contre les autres, comme s’il n’y avait pas assez de la CBC ces menteurs, voleurs, et manipulateurs.

    Ils vont nous diviser de plus en plus, en graissant quelques uns et en laissant le reste dans la m...

    Ou est le video de Philbox qui était sur YouTube, avec la musique de Ronan Hardiman, montrant comment ces lâches allumer des feux partout ? Le feu l’arme des lâches, la signature anglo-saxonne depuis des siècles ?

    _

  • Chrystian Lauzon, 13 juin 15h34

    Bien le bonjour M. Le Hir,

    Dans le cadre de notre encavage-enclavage systémique d’oligarchie prédatoriale angle-sionisto-saoudiano-desmaresquo-fédéraliste, il n’y a pas beaucoup de révélateurs du niveau de menace qu’une résistance réelle au Nouvel Ordre globaliste-mondialiste anti-peuples et États-nations peut représenter pour ce Haut à 1% de crétins pathologiques satanistes.

    Vigile et ce Mouvement républicain du Québec pour l’indépendance nationale qui désavouent les partis politiques et leurs élus officiels du municipal, provincial au canado-national jouent ce rôle d’indicateur climato-politique de guerre. Bien sûr que vous êtes, Me Le Hir, le candidat parfait à la monstration de leur pouvoir, de par votre notoriété acquise dans les rangs de cette oligarchie, ou du moins, dans le cadre de ses instruments et leviers politiques. En vous ciblant, tout en discréditant l’instrument médiatique à façade nationaliste d’ambivalence, la gouvernance de l’ombre montre que son pouvoir et son intolérance face au Québec-Français anti-globaliste-mondialiste sont maintenant absolus.

    Vous qui avez pourtant montré, portrait par portrait de prédateurs scrutés dans le détail, ceux qui tiraient les ficelles des marionnettes politiques et puisaient dans les ressources de l’État québécois, tant en appauvrissant les citoyens qu’en détruisant les services publics auxquels ces citoyens ont légitimement et contribuablement droit, vous faites encore du mot « conspiration » un tabou. Vous n’êtes pas seul à vivre cette intimidation réussie du système néolibéral : même Zemmour et Onfray refusent de reconnaître et divulguer cette réalité par crainte de discréditation intellectuelle.

    Je m’en tiendrai ici à cette conclusion d’appui et d’encouragement : résistez M. Le Hir ! Vous représentez un espoir plus grand que vous-même, ceux que Vigile et ce mouvement républicain entretiennent dans ce que j’appelle la ré-R.I.N.-ification EFFECTIVE des forces souverainistes, LA priorité et l’exigence première de la Cause, que peu savent respecter avec une intégrité telle que la vôtre.

    Cet événement, cette offensive en parfaite synchro avec celle de Radio-Can/Perrin contre Stu Pitt*, ne vous vise pas par hasard. Il me semble faire signe que plus qu’une carrière de commentateur-auteur en "réaction", un tournant authentiquement activiste à votre mission politique vous est interdit d’entrée par le pouvoir de l’ombre.

    Respecterez-vous l’adage de Sénèque en tête de la page d’accueil de Vigile et oserez-vous défier les establishments ? Jusqu’où la Cause rejoint votre responsabilité, de personnelle à nationale, voilà la question.

    Le reste n’est que littérature patriotique desmaresque utile à momifier la Cause. Aucun média n’est indépendantiste de facto, sauf le défunt Le Jour (nom très significatif d’ailleurs) de notre ami Yves Michaud, un vrai patriote parmi les vrais qui dit en pleine connaissance du "sujet", n’avoir rien à attendre de Lisée – ce qui revient pratiquement à dire le contraire : le pire était, est à chaque jour, pré-visible !

    Bien avec vous, pour la Cause !

    CL

    * https://www.youtube.com/watch?v=XS3F5mVjl2o : RADIO-CANADA ATTAQUE STU PITT (et ment tout le long) ; Timinou Noir ; vidéo ajoutée le 31 mai 2017 ; Mention écrite d’entrée de la vidéo : « Radio-Canada essaye de prouver qu’il y a une montée des chaînes d’extrême droite au Québec. Pour le prouver, ils parlent juste de moi pendant 13 minutes, sans démontrer factuellement que je suis de droite. C’est du pur délire. ».

    Aussi : https://www.youtube.com/watch?v=KPWeTAzFKEA: LE DEVOIR JOINT LES RANGS DES FAKE NEWS ; Timinou Noir ; vidéo ajoutée le 7 juin 2017 ; Mention écrite d’entrée de la vidéo : « La journaliste Lisa-Marie Gervais démontre qu’elle n’a pas le recul ou l’honnêteté nécessaire pour être journaliste. Si la liberté d’expression est le moindrement importante pour vous, partagez ce vidéo. »

  • Alain V., 12 juin 20h41

    Bon de la propagande pour la go-goche afin de démonter un gouvernement, maintenant.

    Ici il n’y en a pas de corruption.

    On a des leçons à donner aux autres.

    On est une vraie-de-vraie démocracy.

    Il n’y en a pas de corruption ici. Y’a en a juste en Russie.
    Donc il faut leur dire quoi faire avec les amis Soros et Kissinger. Bravo Le Devoir

    Et TVA, et tous les autres complices.

    Le Devoir :

    Manifestations anticorruption [SIC]

    L’opposant russe Navalny condamné à 30 jours de prison

    Quelque 1500 personnes ont été interpellées lors d’une nouvelle journée de mobilisation contre la corruption des élites

  • Richard Le Hir, 11 juin 17h11

    Réponse à MM. Jean-Luc Gouin et Claude G. Charron

    Les liens étroits de Jean-François Nadeau et de Gabriel Nadeau-Dubois sont de notoriété publique. C’est d’ailleurs la maison d’édition de Jean-François Nadeau (LUX) qui a édité l’essai de GND intitulé "Tenir tête".

    Je vous invite à prendre connaissance des notes biographiques de Jean-François Nadeau sur le site Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_Nadeau.

    GND (QS) et Alexandre Cormier-Denis (PI) étaient tous deux candidats à l’élection partielle de Gouin que GND a remportée. À cause de son opposition à l’islamisme radical et de ses relations avec Marine Le Pen, ACD est étiqueté extrême-droite par les médias même si ce n’est pas le cas. C’est le fait que ACD soit chroniqueur sur Vigile qui m’a valu d"être associé sans justification à l’extrême droite par Le Devoir dans un parfait exemple de culpabilisation par association, malgré quarante ans d’états de service et d’écrits qui démontrent abondamment le contraire.

    Le Sénateur McCarthy, la chasse aux sorcières, ça vous rappelle quelque chose ? Autre fois, la bien-pensance chassait les communistes, aujourd’hui elle traque l’extrême-droite. Et Le Devoir se prête à ce jeu. Pauvre Devoir ! Pauvres lecteurs du Devoir, trahis dans leur fidélité. Sic transit gloria mundi. Claude Ryan, doit se retourner dans sa tombe de honte.

  • Marcel Haché, 11 juin 08h56

    Temps durs ? Eh oui,misère ! Quand des patriotards accusent les patriotes d’être de l’extrême-droite...

    Les patriotes ont été depuis toujours,et le sont encore, parmi les derniers insoumis. Bravo Richard Le Hir.

  • Pierre Bourassa, 11 juin 07h45

    On y met la gomme au Devoir ce matin 11-06-2017.
    Le problème,c’est que le Devoir est déjà disparu.Seul le nom demeure.Et lorsqu’il s’agit d’appuyer les forces vives qui défendent l’identité québécoise,le Devoir s’acharne sur elles au lieu de les supporter.Henri Bourassa ne doit pas être fier de cette tangente. Emmanuel devrait le réaliser pourtant.

    JPEG - 88 ko
  • Francine Mayrand, 11 juin 00h04

    Bravo M.Richard Le Hir
    je suis très heureuse de votre démarche envers le journal Le Devoir. Nous vivons présentement une période où on doit constamment se battre pour ne pas se faire manger la laine sur le dos. Bravo à vos conférenciers...c’est justement ce qu’on a besoin de ces temps-ci. Des québécois...des vrais québécois(es). "L’Union fait la force"

  • Claude G. Charron. , 11 juin 00h01

    Je suis surpris que Richard Le Hir mêle Jean-François Nadeau à cette histoire.

    Nadeau a fondé Le Couac avec Pierre de Bellefeuille il y a de cela plusieurs décennies déjà. Il est vrai qu’à un certain moment donné, ce mensuel a bifurqué très à gauche alors que les deux co-fondateurs anticipèrent plutôt un journal humoristique – comme, disons, Le Canard enchainé en France - et devant en même temps être fortement indépendantiste. Et à tendance plutôt social-démocrate.

    À l’invitation de Pierre, j’ai pour un temps fait partie de l’équipe de rédaction du Couac. J’avais une chronique qui s’intitulait Le coin du masochiste, un tel titre voulant dire que j’étais le seul de l’équipe à me morfondre à lire les journaux anglais pour ensuite démontrer leur tendance à toujours décrire en mal les "séparatistes". J’ai bien souvent senti parmi quelques uns des autres collaborateurs qu’ils n’appréciaient guère mon penchant trop nationaliste à leur goût.
    Je pense que JFN n’a pas apprécié la tendance prise par le Couac après son départ afin d’occuper le poste de responsable des cahiers culturel et littéraire du samedi au Devoir. Il nous l’a fait sentir à l’occasion d’une mésentente au sein de l’équipe de rédaction.

    Quant à moi, j’ai finalement compris que j’allais mieux « fiter » dans le décor de l’aut’journal qu’à toujours fonctionner à contre-courant au Couac. Michel Rioux est d’ailleurs venu à la même conclusion. Il excelle d’ailleurs comme chroniqueur à l’aut’journal la preuve étant qu’à chacune des éditions du journal, c’est toujours un de ses percutants textes qui accapare la une.

    Pour ma part, je continue à apprécier les chroniques de JFN dans Le Devoir ainsi que sa grande érudition qu’il démontre quand avec l’animatrice du 15-18 à la radio de Radio-Canada, il nous décrit si bien des faits et des lieux qui ont marqué l’histoire de Montréal.
    S’il vivait encore, je suis certain que l’ami Pierre de Bellefeuille aurait la même admiration que moi pour celui avec qui il a fondé Le Couac.

    P.S. : Depuis quelques mois, le Couac a cessé d’exister.

  • Ivan Parent, 10 juin 22h39

    À plusieurs reprises dans le passé, dans Vigile, je me suis plaint de l’inexactitude et le désagréable penchant tendancieux des textes du Devoir concernant notre politique. Un collaborateur de Vigile m’avait alors dit pourquoi je payais pour me faire raconter des ’’salades’’. Après plus de vingt ans d’abonnement, j’ai justement téléphoné au journal pour me désabonner. Le Devoir que je connaissais n’existe plus.

    Plus ça va, et surtout, depuis l’arrivée de M. Brian Myles à sa tête, plus Le Devoir, comme média vendu, a remplacé La Presse des Desmarais. Ce qui arrive à M. LeHir est extrêmement dommage mais prévisible. On attaque sur tous les fronts. La scandaleuse pourriture de nos dirigeants en est la manifestation la plus visible. On fait une publicité pour défendre Le Devoir mais, elle serait inutile, si ce dernier reflétait, comme précédemment, une pensée libre, honnête.

  • Jean-Luc Gouin, 10 juin 16h11

    Bonjour,

    J’ai exprimé en marge du commentaire initial de M. Le Hir ma consternation devant ce chiffon froissé de pixels de mademoiselle Lisa-Marie Gervais. Qui est franchement impardonnable.

    Qui plus est, depuis au moins une bonne douzaine de mois (les vigiliens ne l’ignorent pas) j’ai plus d’une fois exprimé (et publié) mon désarroi face au Devoir tel qu’il se voit libellé (sic) à la faveur de la nouvelle direction, sous la tutelle, si j’ose dire, de M. Brian Myles.

    Mais aujourd’hui, je dis : Attention !

    Prenons garde à retenir dans nos argumentaires les méthodes mêmes que nous dénonçons chez nos « adversaires idéologiques » (pour le dire ainsi). À savoir, en l’occurrence : l’amalgame.

    À cet égard, l’allusion à Jean-François Nadeau m’apparaît plus que douteuse, monsieur Le Hir.

    Je lis ce concitoyen depuis de nombreuses années, au Devoir mais via d’autres tribunes aussi - son bel ouvrage sur Pierre Bourgault, par exemple.

    Et j’avoue que j’ai grand’peine à le relier aux manières que nous dénonçons tous ici, en cette page numérique.

    Je ne veux présumer de rien. Et JFN est capable de solidement se défendre lui-même, si besoin est. Certes.

    Mais j’en appelle tout de même à la prudence la plus élémentaire lorsqu’il s’agit de ’cibler’ publiquement, stigmatiser a fortiori, une personne. Il faut en ces circonstances avoir du solide en besace. Pas seulement des ouï-dire ou des impressions. Ou quelque vague ressentiment.

    Coda -. Conservons en tout temps une crédibilité intellectuelle au-dessus de tout soupçon. Ça reste à mon humble avis la plus convaincante des manières d’aller chercher l’assentiment des esprits réfléchis et intelligents.

    C’est-à-dire : presque tout le monde... (je pense).

    Bref. N’attaquons personne comme M. Le Hir le fut lui-même dans le présent cas - déshonorant - de figure.

    Cordialement.

    JLG
    En Stadaconé éternelle, 10 Juin 2017

  • Melany R Coulombe, 10 juin 15h04

    J’ai lu :-)

  • Mireille Deschênes, 10 juin 14h42

    Thierry Hardy Simonelli, 10 juin 00h28

    C’est très drôle, ça : reprocher ses accointances et partis pris au Devoir, mais titrer "Ne lire que le Devoir rend con", alors qu’il serait plus juste et objectif de dire que c’est de ne lire qu’un seul journal qui rend con. Mais puisque’il s’agissait de faire sonner le tocsin dans cette guerre de clochers...
    Misère !

    Vous avez sauté des mots ! Quoi ! ?

    Sur l’affiche il est très bien mentionné " variez vos sources ! " Il est où le problème ? Qu’est-ce que vous n’avez pas compris ! ?

  • Sylvain Brouillette, 10 juin 14h09

    C’est typique de l’extrême gauche québécoise moderne. Tout ceux qui ne pensent pas comme eux sont taxés d’être des extrémistes de droite et des fascistes, sans avoir la moindre idée du discours de ces gens, puisque il n’y a plus aucune échange idéologique possible. Dans ce monde ou tout le monde est automatiquement coupable par association, il n’y a plus de débat possible, il n’y a de place que pour la pensée unique de l’extrême gauche communiste. Toute personne qui ose sortir du discours autorisé sera victime d’intimidation, de menaces, de censure et de voies de fait par les même personnes qui prétendent vouloir lutter contre le fascisme.

    Les gens de la gauche, qui autrefois se faisaient les porte étendard de la liberté d’expression et des droits fondamentaux sont aujourd’hui les dictateurs d’un système qu’il n’est plus possible de critiquer. La liberté d’expression est bafouée à l’extrême sous le nez même des autorités gouvernementales qui ne font rien devant des abus qui feraient l’envie de néo nazis.

    Le Québec est effectivement sous le contrôle des fascistes, mais ils ne sont pas de l’extrême droite, puisque l’extrême droite n’existe pas au Québec ( sauf dans leur délire collectif ), il sont plutôt de l’extrême gauche, qui elle est de plus en plus présente.

  • Richard Génois Chalifoux, 10 juin 14h00

    Haro sur Le Devoir

    Sans Surprises le journal Le Devoir est devenu, Sans Scrupules, l’organe de propagande de (QS) Québec Solidaire.

    En espérant que Richard Le Hir ne laissera pas braire Le Devoir en toute impunité. Il y a trop de gens qui écrivent dans Le Devoir en se prenant pour Jean Paul Sartre, parce que bien qu’ils n’aient pas écrit « La nausée » ils savent la donner.

  • Jean Lespérance, 10 juin 01h26

    Il est facile de dire que ce n’était pas notre intention de ....... mais tout semble prouver le contraire. Est-ce Le Devoir pourrait préciser les intentions de l’article ou de l’auteur ? Je pense bien que c’est une demande raisonnable.

    Pour pardonner, il y a 3 conditions : la première condition est l’aveu de sa faute, la deuxième condition est de faire des efforts pour réparer sa faute, et la troisième condition est la promesse de ne plus recommencer.

  • Thierry Hardy Simonelli, 10 juin 00h28

    C’est très drôle, ça : reprocher ses accointances et partis pris au Devoir, mais titrer "Ne lire que le Devoir rend con", alors qu’il serait plus juste et objectif de dire que c’est de ne lire qu’un seul journal qui rend con. Mais puisque’il s’agissait de faire sonner le tocsin dans cette guerre de clochers...
    Misère !

  • J. Sansfaçon, 9 juin 22h23

    Bravo M. Le Hir,

    - Ce n’est pas évident de dénoncer des bandits de haut niveau, de misérables lâches, menteurs, voleurs, profiteurs, manipulateurs, qui se roulent dans leur fange, la corruption.

    Je constate que les mêmes méthodes sont utilisées ici et chez nos voisins du Sud, pour calomnier, discréditer les dénonciateurs, ceux qui refusent de laisser faire ces monstres.

    Voici un extrait, en anglais, excellents textes :

    Political Persecution in America & War on Whistleblowers

    ’’We have both suffered decades of this targeting, retaliation against whistleblowers. And unless you have experienced it (I would not wish it on my worst enemies, no matter how heinous their crimes), there is no way to understand what it is like. The perps of these campaigns against targeted individuals, which are brutal beyond description, have one overriding agenda in mind :

    To totally destroy the Target’s life. To ruin the Target, financially, to send him to the depths of emotional despair ; to destroy his personal/professional reputation with smear campaigns, to sabotage his relationships, to leave him broken, battered, homeless, destitute and alone in the world. (More details to follow...)’’

    TACTICS FOR TARGETING

    The basic model for a campaign against a Target is : Isolation. Alienation. Deprivation. The goal being to disrupt and destabilize every area of the Target’s life.

    Organized stalking aka gang stalking (on foot, in vehicles and/or cyber-stalking

    Recruit neighbors for citizen spies/”neighborhood watch”, harassment, creating disturbances

    Inform local police that the “suspect” (Target) is “under investigation” usually by FBI

    Blacklisting : potential landlords, attorneys, employers, so Target cannot find a place to live, hire an attorney, find employment

    Tailed while driving/harassment on road

    Electronic harassment/DEW : assaults on the person of the Target, disrupting electric/electronic systems, TV, computers, etc. in the Target’s home

    Impugn sanity of the Target : delusional, paranoid

    Home invasions, theft, destruction of property, leaving tokens or ’calling cards’, moving items out of place so Target knows his home has been violated

    Vandalism of property, vehicles, screws/nails in tires

    Smear campaign : Calls, letters to employers, family, friends, colleagues, slandering the Target, outrageous lies, false accusations

    Public libel/slander campaign : Fraudulent “reports” and articles, radio broadcasts, outrageous calumny against Target

    Agent provocateurs/plants : sent to infiltrate/disrupt the Target’s life

    Sabotage relationships : family, friends, colleagues, so the Target may be abandoned and/or betrayed by those closest to him

    Driven into financial destitution/bankruptcy

    Driven to homelessness

    False arrests, set ups, Target framed

    False police reports/criminal complaints against Target

    Threats, criminal menacing

    Harassment by phone calls and e-mails

    http://barbarahartwellvscia.blogspot.com/2016/12/political-persecution-in-america-war-on.html

  • Marcel Cormier, 9 juin 21h40

    Bravo, M. Le Hir, je vous admire. Il ne faut jamais se laisser intimider par ces faux-jetons, ces négationnistes de la liberté d’expression.

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Médiacrassie 101
Détrompez-vous, il n’y a pas de limites !

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
10 905$  18%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 16/06 Richard Carrier: 50$
  • 16/06 Marc Labelle: 50 $
  • 16/06 Les Amis de Vigile : 350$
  • 16/06 Jacques Bergeron: 100$
  • 16/06 PeeWee Troodeau: 100$
  • 15/06 Réal Coutu : 50$
  • 15/06 Serge Labossiere: 100$
  • 12/06 Michel Pauzé: 25$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités