«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

La honte des libéraux, cachée par la propagande

Des vrais fédéralistes, en v’là !

Tribune libre de Vigile
dimanche 10 janvier 2016
692 visites

 !
L’historien du prochain siècle n’aura pas de mal à le
constater : sur la question de l’indépendance du Québec,
Canadians-québécois et Québécois-québécois étaient
pratiquement à égalité, autour du 50%. Mais il se demandera
peut-être pourquoi les fédéralistes et leurs médias incorporés ne
cessaient alors de proclamer que l’indépendance du Québec « 
plafonnait », sans jamais dire que leur plafond, lui aussi, « 
plafonnait ». Si tu plafonnes à 50 + 1, tu es mal placé pour lever un
nez de spécialiste des parfums sur le pauvre type dont le nez
plafonne à 50 - 1. OUI ou NON ?
 !
Le même historien aura raison de se demander si le plafond
de l‘honnêteté des fédéralistes canadians-québécois plafonnait, lui,
sous la barre de l’honnêteté. La Commission Gomery a signalé la
présence active de gros rats d’égout à l’oeuvre dans les bas-fonds
du fédéralisme. Ces rats, ces rats-hommes de main, avaient reçu
du Conseil des ministres ottawais unanimes le mandat, la noble
mission d’acheter les Québécois québécois à coups de centaines de
millions.
 !
Ces mafieux subordonnés étaient-ils des fédéralistes aussi
pursetdurs que leurs barons commanditaires, les Stéphane Dion,
Jean Chrétien et Cie ? La preuve n’est pas à faire : ils l’ont faite. Il
ne restera donc plus à notre historien qu’à se demander pourquoi
les parrains fédéralisés n’ont même pas eu à justifier leur décision
criminelle qui a permis aux rats confédérés d’exercer effrontément
leur métier de pollution et de corruption. Jean Chrétien s’était
contenté de leur dire, aux rats : « Si vous vous faites pogner, ça
sera votre problème. Nous, on a fait notre job. »
 !
Mais notre historien aura à se poser une question plus
délicate : parmi ces autres rats que la Commission Charbonneau a
siphonnés des bas-fonds, à quel niveau de corruption plafonnaient
nos fédéralistes québécois ? Seulement à 50 + 1 ? Évidemment,
même cent ans après, l’historien qui osera poser cette question se
fera accuser de séparatisse ? Le seul fait de poser cette question,
n’est-ce pas violer les consciences et le secret professionnel ? N’estce
pas nuire à la bonne réputation des rats ? N’est-ce pas là « se
contenter d’allusions tendancieuses » comme disait Jean Charest
pendant les deux ans où il refusait de nommer une commission
d’enquête sur les (ses) rats ?
 !
Il n’empêche que notre historien, s’il est honnête, lui, pourra
se demander : « Dans cette faune des bas-fonds, trouvait-on une
aussi grande majorité de fédéralistes québécois que dans celle de
la Commission Gomery ? » Combien ? 92% ? 97% ? J’entends d’ici
les « cris des putois » de Brassens, les hurlements indignés et le
scandale aussi vertueux qu’hypocrite de ceux qui prétendent que
le secret de l’isoloir, c’est sacré. Toi, qui ne comprends rien à la
psychanalyse, à l’astrologie et à la métempsycose, qu’est-ce qui te
permet, par exemple, de dire que Jean Charest et Stéphane Dion
ont voté deux fois NON au Québec ? Et Couillard, lui, combien de
fois il t’a dit, te redit et te redira NON ?
 !
Lors du dernier référendum, les Hell’s Angels ont arboré un
énorme NON sur une banderole décorant leur bunker. Les
Charest et Couillard peuvent-ils en conclure que ce sont là de
simples allusions, des rumeurs non fondées, des calomnies ou du
moins des médisances contre leurs Hell’s Angels ? Ces Hell’s ne
sont-ils pas, eux aussi, des gens pratiques-efficaces-rentables, qui
s’occupent des « vraies affaires » ? Mais Bozo-les-culottes et Titcul
Lachance que pensent-ils, eux, en voyant cette banderole
fédéralisante ? Vont-ils attendre qu’un sondage de désinformation
des Crop-Power Desmarais-Radio-Canada-La Presse les informe
dans quelle proportion les Hell’s sont fédéralistes et pourquoi ils
sont fédéralistes ?
 !
À partir d’un certain barreau dans l’échelle sociale, la
bienséance hypocrite interdit de poser de telles questions. Mais
moi, homme de la rue, je peux encore demander aux fédéralistes
pourquoi on trouve une telle majorité des leurs au fond des
poubelles, dès qu’on en soulève les couvercles. Suffira-t-il qu’ils
me disent dans leur rapport dissident qu’il n’y a pas de poubelles ?
Et surtout pas de poubelles fédéralistes-libérales ?

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Propagande fédéraliste
L’enchaînement docile

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 925$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 23/08 Michel Tremblay: 5$
  • 23/08 André Lepage: 5$
  • 23/08 Éric Haddad: 5$
  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités