«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Une ouverture de bon augure

Des militants péquistes souhaitent restreindre l’accès au cégep en anglais

Jean-François Lisée dit être ouvert aux propositions qui seront faites au congrès

samedi 2 septembre

Les délégués du Parti québécois (PQ) débattront la semaine prochaine de la possibilité d’interdire le cégep en anglais aux personnes qui n’ont fréquenté qu’un seul établissement francophone au cours de leur parcours scolaire.

 

En congrès à Montréal, ils devront étudier une proposition de militants estriens, qui suggèrent d’obliger la fréquentation d’un établissement d’enseignement francophone lors des « deux premiers diplômes préuniversitaires réalisés au Québec ».

 

En clair, une personne qui n’aurait étudié en français qu’au courant de ses études secondaires, par exemple, ne pourrait fréquenter un cégep anglophone. Le même principe — « des deux blocs », comme l’appellent certains militants — s’appliquerait à un jeune qui aurait seulement fait ses études primaires en français.

 

L’idée est d’assurer la pleine intégration, en français, des nouveaux arrivants. « Le choix des cégeps anglophones par une trop grande proportion d’élèves allophones représente un obstacle à leur pleine intégration à la société québécoise et à la préservation de la langue française comme langue commune », lit-on dans l’introduction de la proposition.

 

Un « point d’équilibre »

 

En clôture de caucus, jeudi à Shawinigan, le chef du PQ, Jean-François Lisée, a déclaré que son parti et ses militants tentaient de trouver « un point d’équilibre » sur la question de la langue. « La loi 101 au cégep, j’ai des raisons de penser que ce n’est pas une bonne idée, comme le pensait Jacques Parizeau. Mais on est ouverts à autre chose. La liste n’est pas fermée », a-t-il avancé. « Alors, faites-nous des propositions. C’est l’appel que je leur ai lancé [aux militants]. J’ai toujours voulu être en dialogue avec ceux qui veulent aller plus loin. »

 

Le PQ a intégré à son programme, en 2011, l’interdiction pour les étudiants francophones ou allophones de fréquenter le cégep en anglais. Une fois au pouvoir, le gouvernement de Pauline Marois a renoncé à cet engagement.

 

Selon Jean-François Lisée, cette proposition n’a plus la cote aujourd’hui. « Je sais que si on allait au vote sur la loi 101 dans les cégeps [au congrès], ce serait battu », a-t-il avancé. « On connaît déjà le score. Plutôt que de faire ça, est-ce qu’on peut trouver un point d’équilibre ? On essaie de le chercher. » Le chef n’a pas souhaité émettre de commentaires sur la proposition des « deux blocs ».

 

Renforcer la Charte

 

Parmi les autres propositions sur la langue mises en avant par les militants se trouve celle d’accorder le droit à l’enseignement en anglais « uniquement aux enfants dont les deux parents ont reçu la majorité de leur éducation en anglais ». Il s’agit là d’une proposition visant à renforcer l’article 76 de la Charte de la langue française, qui prévoit qu’un enfant dont un des parents a fréquenté l’école anglophone puisse obtenir une éducation en anglais.

 

Des militants de l’Estrie suggèrent aussi de « permettre aux étudiants des cégeps francophones qui le désirent et qui démontrent une maîtrise du français suffisante de suivre au cégep un parcours en anglais enrichi qui pourra comporter une session dans un cégep anglophone ».

 

> Lire la suite de l’article sur Le Devoir


Suggérer cet article par courriel
PQ - La reconstruction
Un avenir ou pas ?

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
13 530$  23%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 19/09 Alain Tousignant: 5$
  • 16/09 François-Luc Valiquette: 5$
  • 15/09 André Thibault: 5$
  • 13/09 Robert Lecompte: 5$
  • 6/09 André Lafrenaie: 25$
  • 6/09 Georges Le Gal: 100$
  • 4/09 André Gignac: 50$
  • 3/09 Maxime Boisvert: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités