«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Ce grossier personnage fut un des témoins du promoteur immobilier Vincenzo (Vincent) Chiara dans son procès contre Vigile

Député dans l’embarras pour des propos « inappropriés »

Il a sous-entendu qu’une collègue est une danseuse nue

OTTAWA | Justin Trudeau est sommé de sévir contre le député libéral montréalais, Nicolas Di lorio, qui a fait une blague de mauvais goût à une collègue conservatrice en sous-entendant qu’elle est une danseuse nue.

L’incident rapporté s’est produit le 8 mars dernier, Journée internationale de la femme, lors d’une séance à huis clos du comité parlementaire de la sécurité publique et nationale où siègent l’élu de Saint-Léonard-Saint-Michel et la députée conservatrice de la Colombie-Britannique, Dianne Watts.

La rencontre du comité s’apprêtait à débuter, lorsque Mme Watts a reçu un appel sur son téléphone cellulaire, auquel elle a attribué une sonnette distinctive pour reconnaître les appels de sa fille, comme c’était le cas à ce moment-là.

Le député libéral a alors déclaré en réaction à la sonnette : « Où est ton poteau pour glisser autour ? ».

Mme Watts estime que ce « commentaire suggestif » est « très inapproprié » et a créé un malaise parmi les députés et les employés présents. Elle demande au premier ministre Trudeau de prendre des mesures en conséquence.

« De tels commentaires devraient être inacceptables en tout lieu et à tout moment. Je laisse cela entre les mains du premier ministre pour qu’il prenne les mesures qu’il juge appropriées », a-t-elle soutenu hier

Whip au courant

Une autre députée conservatrice, Karen Vecchio, présente lors de la séance du comité a confirmé avoir été témoin des propos de M. Di lorio. Elle accuse le premier ministre, qui n’hésite pas à qualifier son gouvernement de « féministe » d’être « extrêmement hypocrite », faisant valoir que le whip libéral, Pablo Rodriguez, avait été mis au parfum de l’histoire.

Ce dernier a réagi hier en soirée par la voix de son chef de cabinet, Charles-Éric Lépine : « Lorsque la question a été portée à l’attention du Whip, il a immédiatement pris les mesures appropriées. M. Di Iorio a offert ses excuses à Mme Watts et a expliqué qu’aucun mot qui fut prononcé de sa part n’avait pour effet but de l’offenser. »

Mais pour la députée Vecchio, ces excuses sont trop peu, trop tard. « Le premier ministre féministe peut prendre une décision de ce qu’il veut faire avec ça maintenant », a-t-elle dit.


Suggérer cet article par courriel
Les dérives de notre temps

 

À l’heure des remises en question

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 740$  15%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 26/05 Jacques Bélanger : 50$
  • 24/05 Françoise Simard: 25$
  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités