«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Un scoop de l’Aut’Journal

Départ de Couillard. Remplacé par Taillefer ?

mercredi 26 octobre 2016

Une rumeur de plus en plus persistante voudrait que Philippe Couillard ne sollicite pas un nouveau mandat. Le poste de premier ministre ne l’intéresserait plus. Une hypothèse qui paraît fondée si on considère son attitude désinvolte à l’égard des événements politiques.

Pour remplacer Couillard, l’establishment du Parti Libéral mousserait la candidature d’Alexandre Taillefer, le patron de Téo Taxi. Les accointances de Taillefer avec le Parti libéral viennent d’ailleurs d’être révélées au grand jour avec son appui public à la candidate libérale, lors de l’élection partielle dans la circonscription de Verdun.

L’ancien « dragon » serait un candidat de choix pour renouveler l’image du Parti Libéral. Il est écologiste (avec ses taxis électriques), progressiste (avec son appui au salaire minimum à 15 $), un « success story » en affaires (il possède la moitié de la flotte de taxis de Montréal), un ami des arts (il siège sur le conseil d’administration de plusieurs institutions culturelles et contrôle 49% des actions de Communications Voir).

Il se présente également comme nationaliste, comme (en témoigne sa contribution financière à la campagne de Jean-François Lisée) et fédéraliste (son appui à Lisée était « personnel » et non un appui à l’indépendance).

D’où vient son argent ?

Dans l’édition du 2 mai 2015 du journal La Presse, le journaliste Jean-Philippe Décarie décrivait les principales étapes de la carrière d’Alexandre Taillefer. On retient qu’il a amorcé sa carrière d’entrepreneur, en 1993, à l’âge de 21 ans, en fondant la société Intellia, un fournisseur de services pour le commerce électronique, qui a été rachetée trois ans plus tard par Québecor pour devenir Nurun.

Après cinq années chez Québecor, où il a effectué différentes acquisitions, dont les actions ont fluctué selon les cours des marchés financiers, son bilan financier est à ce point négatif que « les banques ne voulaient pas me financer », confie-t-il au journaliste de La Presse.

C’est son association avec Stephen Bronfman et son holding Claridge dans la création du fonds XNPD qui a véritablement lancé la carrière de Taillefer. Dans un premier fonds XNPD doté de 20 millions $, Taillefer aurait conservé une participation majoritaire. Mais dans un deuxième fonds XNPD, doté d’un capital d’investissement de 40 millions $, la position de Taillefer est minoritaire et celle de Claridge, majoritaire. La Caisse de dépôt et placement y a aussi investi des millions de dollars.

De toute évidence, les 200 millions $ que Taxelco, la filière de XPND, entend injecter dans le taxi ne proviendront pas de la fortune personnelle d’Alexandre Taillefer.

Son ami, Stephen Bronfman

Stephen Bronfman est le fils du milliardaire Charles Bronfman. Il est très impliqué à dans les activités de Montréal. Il fait campagne avec le maire Coderre pour le retour des Expos et la construction d’un stade de baseball au Bassin Peel, à proximité de l’endroit où sa société Claridge a investi dans un projet de 1600 copropriétés.

Il fait aussi partie du comité responsable de l’organisation des Fêtes du 375e anniversaire de Montréal, où siège également Alexandre Taillefer. Rappelons que le comité responsable de l’organisation des Fêtes du 375e anniversaire de Montréal est dirigé par France Chrétien-Desmarais, fille de Jean Chrétien et épouse d’André Desmarais de Power Corporation.

Mais, plus important encore, Stephen Bronfman est un intime de Justin Trudeau. En 2013, ce dernier l’a recruté pour financer sa course à la direction du Parti libéral. Il a rapidement recueilli 2 millions $, ce qui lui a valu d’être nommé, par la suite, à la tête du comité chargé des finances du Parti libéral fédéral. En un an, Bronfman avait déjà récolté près de 16 millions $, soit plus que le Parti libéral n’en avait jamais récolté au cours de chacune des années de la décennie précédente.

Soulignons, enfin, que Stephen Bronfman a été la seule personne invitée à la Maison-Blanche pour la réception offerte par Barack Obama à Justin Trudeau, qui n’était pas de la famille de Justin, ou membre du gouvernement ou de son personnel politique.

Avec Alexandre Taillefer pour succéder à Philippe Couillard, la famille Desmarais, les Bronfman et les libéraux auraient le candidat idéal pour maintenir leur contrôle sur la politique québécoise.


Suggérer cet article par courriel
Dans les placards du PLQ
Magouilles et omerta

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
8 690$  14%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 24/05 Françoise Simard: 25$
  • 23/05 Jose Almeida: 40$
  • 22/05 Nicole Hamel : 50$
  • 22/05 Pierre Bourassa: 20$
  • 10/05 Pierre Vachon : 100$
  • 8/05 Normand McCluskey: 5$
  • 8/05 Pierre Renaud: 30$
  • 8/05 Gilles Thouin: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités