«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Encore et toujours cette fatigue culturelle

De notre folklorisation

Les spectacles et les remises de prix de fin d’année dans les écoles de nos enfants ont le don de me déprimer.

Certainement pas à cause de l’humour potache qu’on y pratique. Je ne suis pas insensible non plus à cette « belle énergie » de la jeunesse-qui-a-la-vie-devant-elle. Tout cela est contagieux, me rend joyeux. Ce n’est pas non plus le talent qui manque.

Ce qui manque, en fait, c’est le français, notamment dans les chansons.

Lors d’une remise de diplôme à laquelle j’ai assisté récemment, des finissants de secondaire V avaient eu à choisir un extrait d’une chanson qui les caractérise. Au moins 98 % des ritournelles étaient anglaises.

Quand les enfants prennent leur courage à deux mains pour chanter devant leurs consœurs et confrères, c’est en anglais qu’ils le font, systématiquement.

Pour plusieurs, le français est « kétaine », inintéressant. Ils en connaissent peu le répertoire. Peut-être qu’on leur en a trop peu parlé à l’école.

Comme vivre aux États-Unis

Une chanson me revient souvent en tête dans ces moments : « Vivre en ce pays / C’est comme vivre aux États-Unis », de Pierre Calvé, interprétée avec mélancolie par Robert Charlebois : « Les mêmes danses, les mêmes chansons. »

Aujourd’hui, c’est, en plus, les « mêmes mortiers », que les étudiants de secondaire V lancent en l’air, comme dans ces films américains que tout le monde regarde sur le « même Netflix ».

J’imagine plusieurs lecteurs se dire, en me lisant : « Ce Robitaille est antiaméricain. » « Doublé d’un vieux #mononcle101 borné baby-boomer, nostalgique d’une autre époque. » « Les enfants sont libres de choisir ce qu’ils écoutent et chantent. C’est devenu leur culture. » « Et l’anglais est tellement important aujourd’hui. »

Sur l’antiaméricanisme, vous ne m’aurez pas. J’admire de nombreux aspects de la culture américaine. Mais devons-nous tous devenir des Américains ? Pouvons-nous encore vouloir cultiver une différence, vouloir transmettre certains traits culturels ? (Oh, en passant, je ne suis pas un boomer, mais un X !) Quant à l’anglais, je ne nie pas son importance.

Rouleau compresseur

Non, c’est l’aspect rouleau compresseur de l’anglais et de la culture américaine qui m’effraie. Lequel est décuplé en cette ère de réseaux sociaux et de « netflixisation » (si vous permettez un néologisme).

Dans les années 1990, les futurologues soutenaient que l’ère de l’internet serait celle de la diversité. Contrairement à celle des médias de masse, elle laisserait les gens libres de choisir ! Finalement, une autre sorte de culture de masse, plus forte que jamais, se forme.

Les petites digues que nous avions érigées à l’ère des médias de masse pour faire face au déferlement –même si elles ont encore leur effet – s’avèrent moins efficaces.

Tellement que le CRTC songe, sous la pression des diffuseurs, à les abolir, ce qu’a justement dénoncé le Parti québécois hier. (Et on peut imaginer Claire Samson de la CAQ et Luc Fortin du PLQ aller dans le même sens.)

Folklorisation

« Contre le risque de nouvelles hégémonies, contre les dangers [...] de folklorisation des cultures, la véritable chance d’un nouvel humanisme mondial doit passer par l’apport original et constructif des personnes nationales, dont nous sommes », déclarait René Lévesque en 1977 à Paris.

40 ans plus tard, la folklorisation nous guette plus que jamais : voyez les chansons en français, réservées aux soirs de « Saint-Jean-Baptiste », mais pratiquement exclues le reste de l’année.

Vous aurez sûrement quelques initiatives locales et non liées à la fête nationale, du type « hommage à la langue française », à me signaler, dans telle école, tel cégep. Parfait. Parlez-m’en ; ça m’intéresse. Ça me remontera le moral.

 

La Citation de la semaine

« La récréation est finie. Les députés ont des choix à faire. » – la chef bloquiste, Martine Ouellet, quelques heures avant de s’excuser publiquement à Réal Fortin.

 

Le carnet de la semaine

Néologisme barrettien

Le ministre Gaétan Barrette a habilement forgé un néologisme à partir du nom Nostradamus, ce médecin (!) et astrologue du XVIe siècle reconnu pour ses prédictions. « Il y a deux manières d’approcher le système de santé. [De] façon nostradamienne, en annonçant évidemment la fin du monde qui va se produire dans les prochaines semaines [...] ou, comme je le fais maintenant, rester calme, et ne pas alarmer la population inutilement. » Dans l’esprit de M. Barrette, n’y a-t-il pas confusion entre Nostradamus et Cassandre ?

Nouveaux mots interdits

Six nouveaux vocables ont été ajoutés au fameux lexique des propos non parlementaires depuis le début de 2017. « Complice (de l’opacité) », « Corruption (en parlant d’un parti politique) », « Désinformation (le ministre fait de la) », « Despote éclairé », « Protéger la grande famille libérale (se servir des outils du pouvoir pour) », « têtu ». Pour qu’un terme entre au lexique, il suffit que le président ou un de ses vice-présidents ordonne à un parlementaire de retirer ses propos. Par la suite, le terme devient prohibé pour toujours en chambre.

Lessarderie

Le ministre Laurent Lessard s’est attribué le mauvais ministère vendredi en chambre, dans une envolée sur le projet de troisième lien entre Québec et Lévis : « Depuis 10 mois que je suis au ministère du Travail, nous, on y travaille beaucoup ! » Comme chacun le sait (sauf lui peut-être), M. Lessard est ministre des Transports.

 


Suggérer cet article par courriel
Culture québécoise
L’étouffement tranquille

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
12 910$  22%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 22/08 Pierre Cournoyer: 50$
  • 21/08 Gilbert Paquette: 10$
  • 20/08 Marius Morin: 25$
  • 20/08 Jean Lussier: 5$
  • 20/08 Carole Smith: 5$
  • 19/08 Alain Tousignant: 5$
  • 18/08 Laurent Chaubart: 10$
  • 17/08 Anonyme: 50$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités