«Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus»
-(Sénèque)
«Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur».

Aux Jean-Marc Fournier de ce monde

De la malhonnêteté intellectuelle

À propos de principes sous les politiques

Tribune libre de Vigile
mercredi 5 juillet
325 visites

- 

De la malhonnêteté intellectuelle
Aussi nommée mauvaise foi

- 

« Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime : il est complice. »
George Orwell

- 

Voici d’abord ce que j’entends par malhonnêteté intellectuelle :

Viser, le plus souvent sous le couvert de notions réputées nobles (le vrai, le bien, la liberté, l’amour, le beau, le digne, à titre d’exemples), à affaiblir, invalider ou discréditer, sinon terrasser, un adversaire – au plan discursif – par des procédés et des méthodes qui relèvent en apparence de l’outillage probe de la pensée et de la réflexion : faits avérés, connaissance réelle de l’ensemble des éléments du dossier en débat, logicité, démonstration, écoute effective du vis-à-vis (audi alteram partem) et, de manière plus générale, volonté de vérité par distinction de la volonté de domination, voire d’assujettissement. C’est au nom de la raison même chercher sciemment – par opposition à l’ignorance (dans sa modalité intransitive) ou à l’erreur (commise de bonne foi) – à maintenir ou promouvoir une thèse (opinion, jugement, point de vue…) dont on ne méconnaît pas soi-même, à part soi, les insuffisances et le caractère jésuistique, ou tendancieux, voire la fausseté, sinon l’inanité.

Il existe dans ce créneau de la tromperie intellectuelle deux types fonciers de « malhonnête », nullement exclusifs l’un de l’autre au demeurant. D’abord, celui qui sait ou intuitionne d’emblée que les assertions de son discours ne font pas le poids face aux arguments ou contre-arguments du collègue ou « concurrent », actuel ou hypothétique (fragilité des thèses) ; ensuite, celui qui sait ou présume que son argumentaire ne soutiendra pas la confrontation face à la puissance intellective irriguant les positions adverses (modicité intellectuelle). Devant cette alternative l’« honnête homme » retournera à ses travaux avec l’espoir, dans certains cas, de revenir à la charge. Le moins honnête ira tout de même de l’avant en espérant que le plus grand nombre, à défaut de tous (si tant est qu’il s’adressât à plus d’une personne), n’y verra que du feu quant aux faiblesses rédhibitoires de sa démarche.

Premier cas de figure :
Plan des idées (fragilité des thèses)

L’individu cherchera à parvenir à un certain « équilibre », ou dosage, entre la puissance apparente de son verbe (exposé foisonnant, digressions et liens de tous ordres susceptibles d’égarer l’interlocuteur, techniques diverses de « séduction » et de « diversion », dont l’éloquence, une maîtrise supérieure de la langue, etc.), d’une part, et l’indigence du propos en son fond (rarement totale, plus souvent diffuse, ou ponctuelle), d’autre part. Quelquefois (tantôt pour un temps, tantôt auprès d’une audience circonscrite ou plus ou moins captive) le doué de la contrefaçon mentale parvient par ces ressorts à gagner l’assentiment de son allocutaire par le biais d’assertions qui – quelque fausses, erronées ou chétives qu’elles fussent (voire ridicules, sinon malsaines ou dangereuses) – auront été présentées dans une superbe telle (fougue, conviction, humour, sophistique raffinée...) que celle-ci, cette contrefaçon, aura pu en quelque sorte faire office d’intelligence réelle des propositions ou des idées en délibéré. Les opinions du débateur auront alors réussi à investir l’esprit de l’auditeur non tant par le filtre de la raison (la réflexion qui purifie la matière brute de ses scories) qu’à la manière d’un microbe ou d’un virus : à son insu. D’où les conséquences pas toujours heureuses, on le devine, de ce type d’exercice (qui n’est somme toute autre chose que de l’esbroufe). En particulier auprès d’oreilles moins favorisées à l’échelle cognitive, auprès des foules aussi et/ou, enfin, dans tout contexte spécialement émotif.

Second cas de figure :
Plan de l’argumentation (modicité intellectuelle)

Ce cas, plus rare, moins familier, se révèle tout à la fois plus ondoyant, d’une part, et nettement plus risqué pour le protagoniste, d’autre part. Tout d’abord, il n’est pas dit que l’inaptitude plus ou moins marquée à présenter un « dossier » avec adresse ou brio signifiât du coup que celui-ci ne tient pas la route sous l’angle des faits ou de la solidité intrinsèque des thèses avancées. Reste toutefois qu’à la lumière de ce handicap – ce vice dans la forme, pour ainsi dire – l’agent qui persiste dans ses intentions n’aura d’autre choix que de tabler sur la diversion afin de détourner le regard de ses propres lacunes ; c’est-à-dire, focaliser l’attention sur les carences – réelles, présumées ou inventées de toutes pièces – des thèses opposées. Ou divergentes. L’ennui c’est que voilà une tâche qui exige, pour s’avouer efficace pour la peine, une dextérité conceptuelle dont l’individu en question ne se voit point pourvu outre mesure. D’où l’éventualité de coups d’épée dans l’eau et de dérapages divers susceptibles de se retourner tôt ou tard contre le disert personnage, alors piégé dans des manœuvres pas toujours élégantes. Faute de jouer de finesse au plan de l’argumentation, ne reste plus en effet qu’à miser sur des façons, disons, un tantinet maladroites et certainement contre-productives à terme : excès de langage, procès d’intention, restriction mentale, une certaine rudesse dans le phrasé et dans les procédés rhétoriques, affirmations douteuses ou hors propos, voire mensongères, débordements de tous ordres, y compris, à l’occasion, l’attaque ad hominem, etc. C’est ici que l’on saisira dans toute son acuité le mot fameux de Nietzsche :

Celui qui sait défendre sa cause et qui en a conscience fait généralement preuve d’un esprit conciliant envers ses adversaires. Mais croire que l’on a pour soi la bonne cause [à raison ou à tort] et savoir que l’on manque d’habileté pour la défendre, cela provoque une haine féroce et implacable envers l’adversaire de sa propre cause. Que chacun suppute d’après cela où il doit chercher ses pires ennemis. (Aurore, § 416)

  • ______

De quelque étiquette qu’elle ressortît – le plus souvent nous assistons à une prestation issue, dans des proportions variables, de la combinaison ‘savante’ des deux « stratégies » ci-décrites sommairement – la personne de mauvaise foi n’a cure, ou fort peu, des hautes valeurs dont elle se réclame volontiers, et d’ordinaire avec force ostentation. Aussi loge-t-elle tout entier dans ce mantra : « Je n’ai aucune parole ! Rien que des mots… ». Ces dites valeurs lui sont toutefois nécessaires à titre instrumental dans l’élaboration de son Plan d’« occupation » du territoire des idées par ses propres opinions. Opinions qu’elle sait irrecevables en tout ou en partie, sans quoi, c’est entendu, la mauvaise foi – ou l’art de refiler un moi pour un mieux – s’avérerait parfaitement inutile.

C’est que l’on baigne ici dans le combat verbal à finir, où l’enjeu réside dans le triomphe ou l’échec des opinions. Nonobstant, puisqu’elles se voient réduites à prétextes, la qualité congéniale ou l’envergure des idées – y compris, en « mode mineur », l’équité, l’objectivité, le droit, l’honnêteté (sic) et la justice – dont celles-ci prétendent s’inspirer. Pour le coup, lesdites notions « nobles » et universelles (ou largement partagées par la communauté d’appartenance) confectionnent le costume d’Arlequin sous lequel le phraseur, alors masqué, avance d’un pas pesant.

Aussi puissent les Philippe Couillard et les Jean-Marc Fournier de ce monde en prendre un peu de la graine. Et se gouverner en conséquence.

Jean-Luc Gouin
LePeregrin@yahoo.ca
Stadaconé en Québec, Juillet 2017

Écrire un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document
Ajouter un document

Éviter les réponses à un autre commentaire, les commentaires s'appliquent au texte seulement.

Pas d'attaques personnelles ni de propos injurieux ou discriminatoires.

Vigile se réserve le droit de refuser tout commentaire sans avoir à justifier sa décision éditoriale.

Veuillez lire attentivement les consignes détaillées avant de soumettre votre premier commentaire.

Consignes détaillées

Financement de Vigile

N’hésitez pas à contribuer à sa production

Joignez-vous aux Amis de Vigile

Objectif 2017: 60 000$
11 925$  20%
Paiement en ligne
Don récurrent

Contributions récentes :

  • 21/07 Jean-Robert Primeau: 50$
  • 21/07 Ginette Doiron: 10$
  • 21/07 Andre Laflamme: 100$
  • 21/07 Gilbert Paquette: 10$
  • 19/07 Alain Tousignant: 5$
  • 19/07 Patrice Albert: 5$
  • 19/07 Michel Arteau: 10$
  • 16/07 Gilles Harvey: 5$

Toutes les contributions

Merci beaucoup!

Publicités